terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Lun 17 Juil - 0:54

à peine le bail signé, tu t'es lancé dans les rues chaudes de lyon à la conquête de ton nouveau territoire. sautant d'un trottoir à l'autre, t'attrapes le bus à la dernière seconde, mué par un soupçon de chance. tu fais tourbillonner, tinter les clés autour de tes doigts, le bruit métallique des chocs sonnant comme la douce alerte d'un nouveau départ. ton sac à dos militaire trop serrée sur les épaules, tu descends en lançant "merci, au revoir" à l'attention du chauffeur, habitude étrangement polie de ta ville natale. tu avales les marches trois par trois, sans même prendre le temps de faire attention à tes mollets déjà trop contracté par ta course effrénée dans la ville. tu frôles la contracture sur le dernier palier, rentres ta clé dans la serrure et pousses la porte beaucoup trop violemment. une odeur de peinture fraichement refaite te chatouille le nez. « y'a quelqu'un ? » tu t'immobilises une demi seconde, feins de tendre l'oreille. pas de réponse. t'es le premier, comme te l'avais dit le proprio entre deux gauloises. tu claques la porte derrière toi et lances ton sac sur le canapé. t'as beaucoup trop envie de t'y vautrer aussi, mais t'es trop curieux pour ne pas faire le tour. tu commences par la cuisine, ouvrant tous les placards évidemment -mais à ta plus grande tristesse- vide, le frigidaire, le four, le micro, bref, tout ce qui possède une porte. tu fais un tour sur toi même pour regarder le salon. c'était franchement tout confort, t'avais pas à te plaindre. encore moins pour le prix. t'avais ouïe dire entre deux quintes du toux qu'une chambre avait une terrasse. un rêve de gosse. tu pourras peut être y foutre un petit hamac pour la gueule de bois du dimanche. tu t'approches de la porte au fond, pointe le bout de ton nez dans la salle de bain avant de pivoter à droite. bingo, tu te lances sur la terrasse et tu remarques à peine le lit une place en passant. tu t'accoudes sur la rambarde et allumes une camel, profitant de la vue grise et bétonnée du parking. un arbre plantée sous ta fenêtre prend son rôle de verdure très au sérieux et fait pointer ses feuilles vertes vers le ciel bleu.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Micky le Mer 19 Juil - 22:22

Ça doit faire maintenant quatre ans qu'elle a quitté Paname et sa vie de banlieusarde monochrome pour Lyon et ses magnifiques lumières. Quatre ans, trois apparts et dix colocs différents. La première année, les propriétaires ont eu marre du tapage nocturne quotidien et ont fini par les virer comme des malpropres. Après cela, elle s'était mise en coloc avec un couple et la conclusion de cette expérience tient en trois mots : très mauvaise idée. La dernière fois, tous ses colocs ont fini par emprunter des chemins différents entre année à l'étranger et déménagement dans une autre ville, laissant Micky et son manque d'ambition affronter son pire cauchemar, la solitude. Mais il en fallait bien plus pour la décourager, aussi avait-elle écumé les annonces sur Facebook, Le Bon Coin, PAP et co. à la recherche d'une nouvelle coloc et trouvé son bonheur en à peine cinq jours : appartement quartier de la Guillotière, pas trop loin de la fac, loyer pas cher, à partager avec trois inconnus. Parfait. Micky marche à grands pas dans les rues de Lyon, sa grosse valise pleine à craquer frappant lourdement sur les pavés. Avec des centaines de lieux écumés et autant de soirées à son actif, elle commence à connaître la ville par cœur. Un mec la siffle, elle se retourne, lui montre son majeur droit plein de bagouzes. Le mec continue sa route en riant. Auparavant, elle lui serait surement rentrée dedans mais maintenant, elle a appris à la boucler et à tracer sa route. Après une bonne dizaine de minutes de marche, elle se retrouve devant l'immeuble indiqué dans le mail du proprio, entre le digicode, lâche un "putain" cinglant en remarquant qu'il n'y a pas d’ascenseur puis se décide à monter les quatre étages la séparant de son nouvel appart. Elle sort son jeu de clés, bataille encore cinq minutes avec la serrure puis parvint enfin à rentrer dans sa nouvelle demeure. Micky, à bout de souffle, se dirige vers le salon, balance sa valise dans un coin de la pièce et s'affale lourdement sur le canapé qui émet une sorte de cri d'agonie sous la pression. - Parfait !, qu'elle balance sans même remarquer le sac déjà posé non loin d'elle. Vautrée là, elle balade son regard à travers la pièce : la déco est minimaliste, tout sent le propre, le neuf mais l'appartement est bien agencé et on peut vite s'y sentir chez soi. Elle s'imagine déjà les odeurs de junk food qui se mélangent, les soirées canapés à se mater des films, elle repense la déco dans sa tête et se demande s'il n'y a pas moyen d'ajouter quelques tableaux par-ci, des lampions par-là, des platines quelque part dans le salon. Soudain, une odeur de cigarettes lui parvient aux narines et la tire de ses pensées. Une légère fumée blanchâtre s'échappe d'une chambre proche de ce qui semble être la salle de bain. Il y a quelqu'un. Elle s'avance et aperçoit une silhouette derrière la vitre, sur ce qui semble être une terrasse. - Prems sur la meilleure chambre hein ? lance-t-elle d'une douce et chaleureuse pour ne pas faire sursauter le grand brun aux traits fins et aux grands yeux expressifs qu'elle dévisage un instant. - Micky enchantée. T'as du feu ?, lâche-t-elle en sortant son paquet de Pueblo à rouler. En quinze secondes top chrono, elle sort une feuille, un filtre, quelques bouts de tabac, roule un cône parfaitement cylindrique puis le plante dans le coin de sa bouche en lançant un regard plein de malice à son interlocuteur.

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Mer 19 Juil - 23:01

tu t'imagines déjà le yuka ikea sur le téco de la terrasse. t'apprécie la vue pourrie et l'air pollué, et tu te dis qu'avec tes deux fenêtres, tu pourras aérer ta chambre après une nuit d'amour torride. hahaha. plus sérieusement, t'es content, t'aime les courants d'air et tu détestes avoir chaud quand tu dors. seul. bien évidemment. bref, tout tes calculs sont bon, il y a même ce petit bureau qui se fond dans le coin, pour le moment où tu seras décidé à rouvrir un bouquin d'analyse financière. il servira aussi à entasser le courrier que tu n'ouvres jamais. il servira surtout à ça, en fait. "prems sur la meilleure chambre hein ?" tu tressautes, tu n'as entendu ni la clé dans la serrure, ni ses pas de chat. tu te retournes, clope au bec, et t'es ravi de tomber face à face avec une fille pour le moins...charmante. très charmante. t'as ton coeur qui rate un battement et ton estomac qui fait un noeud papillon. ça fait toujours cette effet là quand tu tombes sur une fille qui te plait un peu trop, un peu plus que la normale. instinctivement, tu te dis que la colocation allait se révéler compliqué. pourvu qu'elle ne se balade pas en sous vêtements. ou pourvu que si, en fait. tu sais plus trop. tu déglutis, tentes de sourire. "toujours !" tu tentes de contenter ta joie. ta joie de voir une jolie fille, qui avait l'air sociable et sympa. tu sens que la longueur d'onde sera la même. pourvu que ça soit pareil avec les deux autres. "micky enchantée. t'as du feu ?" tu dégaines ton bic et tu lui tends. "léo." en vrai c'est léon, mais tu te gardes bien de le dire. il finiront par le découvrir un jour, saoul surement, en dépouillant ton porte feuille pour se foutre de la gueule de tes photos. on le fait tous un jour. et là ils verront léon, et ils diront "oh mon dieu." ou peut être aussi s'ils vont chercher le courrier. note à toi même : toujours relevé le courrier avant eux. "j'aime bien micky, ça sonne bien. tu fais quoi dans la vie, micky ?" t'as son prénom qui tourne en boucle dans ta tête. parce que c'est joli, doux et pétillant. que t'aimes le carré blond de micky, et son look un peu street un peu grunge. t'as un sourire jusqu'aux oreilles, tu dois avoir l'air un peu crétin. ou abruti. ou imbécile. bref, un vrai gland.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Micky le Jeu 20 Juil - 1:29

Elle a des frissons qui lui parcourent l'échine, c'est beau les premières rencontres. Des regards qui se croisent, des sourires qui veulent tout dire puis au milieu de tout ça, l'excitation de l'inconnu. Micky aime plaire, Micky aime charmer, elle adore voir le rouge monter aux joues de ses interlocuteurs, les mots qui se perdent dans leurs gorges lorsqu'elle leur pose des questions. On pourrait presque la prendre pour une sadique si tout ce qui sortait de sa bouche n'était pas aussi sincère. Elle le regarde, le dévisage, il lui faut autant de temps pour rouler une clope que pour jauger une personne. Il y a du beau qui ressort de "Léo", elle sait qu'ils vont s'entendre, et puis c'est beau comme prénom, Léo, c'est doux, ça roule sur la langue. Toutefois, il lui faut aussi dix secondes de plus pour déterminer que Léo est un charmeur, à sa seule façon de la regarder : son sourire est celui d'un enfant sage mais ses yeux semblent presque la dévorer. C'est comme ça qu'il doit mater toutes les nouvelles nanas qu'ils rencontrent, mais façon coeur d'artichaut plutôt que méchant prédateur, pense-t-elle, amusée. Elle s'avance pour allumer le bout de sa clope sur la flamme du briquet, leurs regards se croisent à nouveau puis la conversation reprend. "j'aime bien Micky, ça sonne bien. tu fais quoi dans la vie, Micky ?" Elle se retient bien sûr de lui dire qu'elle s'appelle en réalité Michelle, ça casserait tout le charme. Micky lui rend son sourire, un peu gauche, un peu crétin. Elle tire une longue latte sur sa roulée et formule sa réponse. - Je suis à la fac en arts du spectacle, c'est un peu la planque. Je t'avoue que la plupart de mon temps, je suis en soirée ou j'en organise avec mon asso. Elle sort son téléphone de sa poche pour lui montrer l'arrière de l'appareil où, sur un sticker grossièrement collé, s'inscrivent les lettres "SKEUDS" stylisées. - On l'a monté avec des potes, ça paie pas de mine, on gagne pas grand chose mais on fait ça pour rigoler et faire kiffer les gens. J'te préviens tout de suite, j'vous emmènerai à nos soirées de force, les deux autres et toi, maintenant que vous êtes mes colocs, lâche-t-elle en rigolant. Faut bien comprendre que la musique c'est son truc. Et s'ils vont devoir cohabiter tous les quatre un moment, c'est bien la seule chose à savoir sur elle. - Et toi, t'es nouveau à Lyon ? J'crois pas t'avoir déjà vu dans les parages. Une nouvelle taffe, un nouveau sourire - J'm'en serai souvenue.

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Jeu 20 Juil - 16:43

tu tires sur ta clope. elle arrive sur sa fin, tu vas devoir l'abandonner, écraser le mégot, perdre la contenance que donne une cigarette entre les doigts. ce truc à faire de tes mains pour ne pas avoir l'air idiot. tu regardes le dos de son téléphone d'un air curieux. c'était cool. carrément cool. tu te dis parfois toi aussi que tu aimerais faire ce genre de chose. plutôt que faire des études qui te dégoutent pour faire plaisir à tes parents, au monde entier. " on l'a monté avec des potes, ça paie pas de mine, on gagne pas grand chose mais on fait ça pour rigoler et faire kiffer les gens. j'te préviens tout de suite, j'vous emmènerai à nos soirées de force, les deux autres et toi, maintenant que vous êtes mes colocs. " tu lui rends son sourire. t'étais prêt à la suivre, tu voulais la suivre, t'avais les pieds dans les starting block. "je crois que t'aura pas besoin de me forcer beaucoup en fait !" parce que suivre une jolie fille, blonde qui plus est, c'est jamais difficile. encore moins pour aller dans des soirées dont tu te languis. le logo est inspirant, ça te donne envie, ça te rend curieux. t'as les yeux qui pétillent de découvrir de nouvelle chose. grand gamin. "et toi, t'es nouveau à Lyon ? j'crois pas t'avoir déjà vu dans les parages." tu tires la dernière latte de ta cigarette, t'écrase le mégot entre tes doigts et les dernières cendres incandescentes tombent quatre étages en dessus. tu joues avec le filtre entre tes doigts. "j'm'en serai souvenue." tu lui jettes un regard en coin. t'es pas sûr d'avoir bien entendu, d'avoir bien compris. d'habitude, c'est toi qui dit ce genre de chose. qui fait ce genre de clin d'oeil. et là, tu t'en prend un en douce, comme ça. une parole qui te giffle les joues et caresse tes lèvres. tu pourrais bafouillé et perdre tes moyens, mais tu fais trop le fier léo. tu ris un peu. "et moi dont." sourire en coin, regard discret. tu joues le mystère, les déclarations à demi mot. tu fais le malin en somme, parce que c'est surement ce que tu sais faire de mieux. tu te retournes et appuis ton dos sur la rambarde, détaillant les murs de ta chambre. "je suis arrivé il y a pas longtemps, je scouatais un canapé en attendant de trouver un appartement. je viens pour mon master, j'étais à montpellier, avant." ça te fait bizarre de te déclarer en master. parce que t'as encore l'impression d'avoir seize ans. de vivre tes premières cuites, tes premiers amours, tes premiers émois. et pourtant tout ça c'est derrière toi. bientôt la dead line, le cdi, le prêt à la banque, la vie d'adulte. tu flippes de ça, franchement. t'as les yeux dans le vague. tu t'extirpes de ta rêverie en rentre dans ta chambre. tu vas t'assoir sur le lit une place. tu le détailles en faisant la moue. "un jour sur deux tu vas me retrouver en train de dormir par terre. je vais tomber c'est sûr." parce que c'est pas assez large, parce que t'es comme un gamin hyperactif quand tu dors, au grand damn de tes conquêtes. autant dire qu'en plus de ça, tes nuits d'amour allait être sur le tapis, ou contre le mur. ou dans le lit de micky. oh wait, non. ne pas se taper sa coloc. c'est une règle d'or.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Micky le Ven 21 Juil - 18:27

Du bout de l'index, Micky tapote sa roulée par-dessus la rambarde du balcon mais la cendre vient doucement se poser sur le bout de ses baskets noirs déglinguées. Elle se sent un peu comme une gosse quand elle parle de SKEUDS et de ses copains zikos, alors quand elle voit que Léo a l'air sincèrement intéressé par son vieux sticker, ça lui fait tout chaud au coeur. Ce projet, c'est son bébé, le seul truc qui lui apporte un peu de sens dans sa vie, loin des discussions avec papa et maman au sujet de son avenir pro, et des coups de fil de la banque pour lui notifier qu'elle est encore dans le rouge ce mois-ci. "je crois que t'auras pas besoin de me forcer beaucoup en fait !" Elle sourit. Ils disent toujours ça au début, avant de plus tenir la cadence infernale imposée par le petit démon blond. - Je t'aurai prévenue, qu'elle lance d'un air malicieux, et d'une pichenette, elle envoie valdinguer ce qui lui reste de sa cigarette. Le mégot tombe doucement en faisant des spirales puis disparaît hors de vue quatre étages plus bas. Pardon la planète (...) A peine dix minutes dans l'appartement, quelques mots échangés et voilà qu'une légère tension s'est installée dans la pièce, une atmosphère électrique, palpable, envoûtante. Micky a un bon adversaire en face d'elle. Sa dernière réplique semble avoir pris le brun un peu de court, a même menacé d'ébranler sa façade de mec sûr de lui mais il se reprend vite, garde sa contenance, "et moi dont." Elle hausse un sourcil, amusée, un point partout se murmure-t-elle intérieurement avant de feindre l'indifférence. "je suis arrivé il y a pas longtemps, je scouatais un canapé en attendant de trouver un appartement. je viens pour mon master, j'étais à montpellier, avant." Elle rentre à son tour dans la chambre, s'approche de l'un des murs, effleure le papier peint. - Montpel, la chance ! Je viens de Paris moi à la base, je te troque les cigales contre les pigeons, et l'air de la mer contre la pollution quand tu veux. Et tandis qu'il traverse la pièce pour aller s'asseoir, Micky tente vainement de se rappeler la dernière fois où elle a vu la mer. Trop longtemps, c'est sûr, sa peau pâlotte est là pour en témoigner... "un jour sur deux tu vas me retrouver en train de dormir par terre. je vais tomber c'est sûr." La voix de Léo la tire de ses pensées, elle pose à son tour ses yeux sur le lit une place à l'allure plus qu'inconfortable puis elle croise à nouveau son regard. L'idée semble traverser leurs esprits au même moment, il suffirait d'un rien, d'un petit malentendu pour que... Mais stop, le jeu ne fait que commencer, car si Micky adore charmer et attiser le désir jusqu'à l'ultime limite, elle sait également se dérober au moment le plus fatidique, faire retomber le soufflé, vous laisser sur votre faim pour mieux revenir avec le plat de résistance. Allumeuse. - Tiens en parlant de pieu, faut encore que je choisisse ma piaule ! T'es allé voir le reste de l'appart ? lâche-t-elle, en sortant de la chambre d'un pas léger.

Spoiler:
on va peut-être pas inaugurer l'appartement dès le 1er jour hein, coquin    Arrow faut en garder sous le coude pour plus tard  
ils sont où les autres quand on a besoin d'eux ?    @Mort, @Elizabeth

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Ven 21 Juil - 23:21

Spoiler:
j'y peux rien t'avais qu'a pas montrer tes fesses à léo sur ton dernier avatar  Arrow

tu la regardes de haut en bas puis de bas en haut. tu te demandes si tu préférais un coeur un coeur ou un corps à corps avec une jolie blonde. même si tu fais l'amoureux léo, moi je le sais qu'à chaque fois que tu penses faire un coeur à coeur, tu leur fait un corps à coeur à ces filles. et tu les rends triste après en partant faire des corps à corps, jusqu'au jour où t'auras le droit à ton coeur à corps. tu riras moins fort, surement. tes yeux ne brilleront plus pour les mêmes raisons. c'est compliqué ces histoires. tu fais rebondir tes fesses sur ton matelas. c'est pas le confort du siècle, mais ça passera. au final, son seul défaut pour l'instant à micky, c'est d'être parisienne. tu ne gardais de paris que le souvenir du ciel gris et du café jus de chaussette à cinq euros. envolé les belles lumières et le bon des amoureux, derrière une nuée de pigeons et un nuage de pollutions. "tiens en parlant de pieu, faut encore que je choisisse ma piaule ! t'es allé voir le reste de l'appart ? " micky te sort de tes souvenirs en sortant de ta chambre. tu te jettes sur tes jambes, à deux doigts de lui courir après comme un roméo hard discount. "du tout." c'est vrai ça, tu choisis une chambre à l'aveuglette au final. mais trop de feels sur cette terrasse. puis le hamac à l'extérieur, c'est non négociable. lit simple ou pas. tu la suis léo, les mains glissées dans tes poches, tu te donnes un air nonchalant. tu pousses la porte en face de la tienne et jette un oeil à l'intérieur. "y'a une penderie plus grande que mon lit. t'es ce genre de meuf avec trois millions de fringues ?" tu jettes un oeil insidieux sur elle. t'imagines déjà les batailles pour avoir son tour pour la machine à laver. compliqué à quatre. enfin pour l'instant à deux -pour ton plus grand plaisir- car les deux pièces manquantes ne sont pas là. tu sors de la chambre et profites de ton passage par le salon pour allumer la télé. tu zappes deux trois chaines. c'est cool, elle marche bien, l'image est bonne. faudra penser à prendre un abonnement netflix. tu jettes la télécommande sur la canapé, et part jeter un oeil aux autres chambres. "franchement celle à côté des toilettes est top. pour vomir en pleine nuit c'est grave pratique." léo, t'es vraiment trop charmant. parfois tu te demandes comment les filles craquent sur toi, surtout après ce genre de phrase. "puis en plus t'as un lit deux places". tu t'éclaircis la gorge, tu plantes tes deux émeraudes sur elle. t'esquisses un faible sourire, tu feins l'innocence et tu décroches ton regard du sien. tu joues le bandit léo, et le jour où elle te reprochera d'être lubrique tu plaideras innocent. petit bâtard.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Micky le Dim 23 Juil - 11:08

Spoiler:
ils vont vivre quasi H24 ensemble, si Léo veut pas voir le boule de Micky, va falloir qu'il se crève les yeux    

En sortant de la pièce Micky se dirige vers la gauche tandis que Léo pénètre dans la chambre en face. Celle où elle est est plutôt spacieuse mais la fenêtre y est toute petite et le manque de luminosité a tendance à l'angoisser la petite. Next. "y'a une penderie plus grande que mon lit. t'es ce genre de meuf avec trois millions de fringues ?" Elle grimace, certes sa valise est pleine à craquer de fringues mais elle n'a jamais été une fashion-victim, sa garde-robe est principalement constituée de t-shirts, de jeans et de baskets assez simples, noirs pour la majeure partie. Elle n'a jamais vraiment eu beaucoup d'argent à dépenser là-dedans et l'essentiel de ses vêtements est donc le fruit d'années de collecte et de fripes, pour preuve elle a encore son t-shirt préféré de cinquième, âge où elle a visiblement arrêté de grandir. - Naan pas vraiment... En plus, le proprio m'a dit qu'on était deux nanas dans la coloc, j'vais lui laisser, pas trop envie de m'battre pour trois cintres et deux tiroirs... Elle était déjà tombée en coloc avec des nanas un peu trop "précieuses" à son goût et d'expérience, une penderie, une salle de bain pouvait être l'objet de nombreuses discordes. "franchement celle à côté des toilettes est top. pour vomir en pleine nuit c'est grave pratique." Ça tombe bien parce que Micky s'y dirige prestement et l'examine d'un oeil expert : lit deux places, petit bureau, papier clair simple, super luminosité, pas de meubles de rangements par contre mais elle trouvera bien une petite affaire chez Emmaüs ou sur le Bon Coin. Elle imagine déjà la déco, les photos de ses potes sur murs côtoyant les flyers de soirées, les petites lumières dans un coin, un miroir par-là..."puis en plus t'as un lit deux places" Elle se retourne vers Léo, bugue deux secondes et demi puis finit par lâcher un éclat de rire franc. Deux - un.- Commence pas à te faire des idées, Roméo, ma chambre c'est une no-go zone pire que Tchernobyl ou la frontière entre les deux Corées, compris ? répond-elle en secouant la tête de gauche à droite mais son petit sourire en coin la trahit. A part quelques fois où elle déprime et a besoin de s'enfermer, il est rare de ne pas voir la chambre de Micky grande ouverte avec un défilé de potes venus écouter de la musique ou juste squatter chez elle, et ses colocs étaient bien sûr le bienvenue pour venir la déranger à tout moment. - Vendue, je prends celle-là Elle retourne dans le salon, attrape sa valise et la traîne jusque sa nouvelle chambre puis un éclair lui traverse l'esprit : - Ah tiens j'avais zappé ! J'ai acheté un pack de bières sur le chemin. Elle se dirige vers le coin du salon où elle avait posé ses affaires un peu plus tôt et sort de son sac à dos Eastpack décoré de pin's, stickers et écritures en tout genre un pack de 1664 tout droit sorti du supermarché du coin. Elle en sort deux bières, les décapsule si rapidement à l'aide d'un porte-clé conçu pour exprès (un cadeau de ses potes) qu'on aurait dit qu'elle avait fait ça toute sa vie, s'approche de Léo et lui tend l'une des bouteilles. - Trinquons à cette nouvelle coloc et à toutes les surprises qu'elle nous réserve. lâche-t-elle le regard planté dans le sien.

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Dim 23 Juil - 22:46

tu t'appuies sur l'encadrement de la porte. tes yeux ne lâchent plus ta blonde et sa désinvolture. "commence pas à te faire des idées, toméo, ma chambre c'est une no-go zone pire que tchernobyl ou la frontière entre les deux Corées, compris ?" tu fais le choquée. pourquoi tant de violence, elle qui paraissait si...open ? t'affiches une moue d'enfant, la lèvre inférieur en avant, pour signifier la tristesse qui s'empare de toi. "buuuh..." bruit de bébé boudeur. dommage, tu l'aurais bien tester son lit, il a l'air confort. genre, vraiment, en plus.  mais elle a un sourire au coin des lèvres micky, et ça tu l'as bien vu, alors tu lui rends. elle sort et ramène sa valise qu'à l'air de peser dix tonnes. "ah tiens j'avais zappé ! j'ai acheté un pack de bières sur le chemin." ton visage prend un air satisfait. ça c'est cool. et alors qu'elle repart dans le salon, tu te demandes si elle le remarquera si tu ouvres sa valise et que tu lui voles une culotte. ça te fait rire tout seul, mais tu prend pas le risque. parce que ça fait quand même sacré pervers. t'es du genre insistant, mais pas psychopathe. quoi que. tu trinques avec elle et bois à grandes goulées, tes yeux ne lâchant pas les siens. tu regardes ses lèvres aussi, et ça doit se voir. mais t'aimerais pouvoir les embrasser un jour. toi, amoureux transi après quatre phrases échangées. "bon, kim jong-il, je te laisse déballer tes affaires, je vais ranger les miennes. j'te filerais une photo de moi pour mettre sur ta table de chevet." clin d'oeil appuyé, rire amusé. tu l'aimes déjà, surement trop, comme à chaque fois. tu tournes les talons, vogue à ta mission première : t'installer.

Spoiler:
on attend les autres ou quoi ?        ou s'ils viennent pas, micky elle peut venir le voir 15 min plus tard aussi en mode "j'ai fini tu fais quoi copain " les deux pots de colle

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Léo le Dim 13 Aoû - 21:08

(bb chat on le clôture celui là en mode ils se sont installés et tout et du coup après leurs colocs sont parti et on fait l'arrivé d'iris & mado dans le nouveau post "bienvenue chez vous". en mode léo & micky ils sont déjà installé depuis longtemps (btw micky a peut être changé de chambre si elle veut pas les toilettes mdrrr) ?)

*******************


sick of loosing soulmates

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Micky le Mar 15 Aoû - 20:12

oui ça me va I love you de toute façon, on risque de tourner en rond si on reste sur l'emménagement
si Mado et Iris sont partantes, on peut se lancer un nouveau sujet de coloc   et sinon pour la chambre ça m'est égal, Micky se sera habituée au final  , bon après la 3 me dit bien avec son petit compartiment secret j'avoue      

Re: terrier des villes (terminé)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires