Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Mar 25 Juil - 17:09

Dorian il est tranquillement assit sur la table, les couilles à plat. Il traite baraa de pute genre tout doucement. Il est encore bien soul, et il continue de boire. Et là, Léonie est super vener. Genre elle conçoit pas qu’on puisse traiter une nana comme ça. Alors Dorian, il écoute, il écoute, il écoute. Et il se sent comme superconnard. Et puis l’alcool, ça le fait toujours pleurer. Alors il se retient un peu, il embrasse Baraa puis toutes les autres, et le gage finit, il revient vers léonie. Il fond en larme, genre vraiment, avec des gémissements bruyant, des grosses larmes de crocodile. « Pardon maman Léonie, je suis désolé, j’ai pas fait exprès, promis je traiterais plus jamais baraa de pute. » Il la sert dans ses bras, très fort, vraiment fort. Il a oublié qu’il était à poil, il s’en fiche pas mal que Léonie ai la chance de sentir son engin contre sa jambe. Il arrête de pleurer et il cherche Baraa du regard. Attention connerie. Il se rapproche discrètement d’elle, il s’assoie sur le canapé, et là jazz lui dit qu’il commence à prendre feu. En théorie c’est pas vraiment possible puisqu’il est à oilpé mais en effet, la flamme à bien réchauffer une partie de sa cuisse. « OH MON DIEU, MON DIEU, JE SUIS TOUT BRÛLÉ, MAIS POURQUOI T’AS FAIT CA VIEUX CROUTONS ?». Direct il va chercher Alban, pour lui raconter cette folle histoire et pour savoir s’il peut utiliser la douche ou la baignoire,avant de lui demander son autorisation il allume tous les robinets de la salle de bain, histoire de prendre un bain géant. Sur le chemin il croise Baraa. Il la colle contre lui, très fort, et lui dit « Je suis désolée, léonie m’a dit de plus dire que t’étais une pute. » Il a toujours ce don pour se mettre dans la merde hein ? Et puis Wade l’apostrophe, merde c’était sa lampe. « Attend mec, je te fais un chèque. » Il se tate les fesses à la recherche d’une poche. « Ah nan c’est vrai que j’ai plus de fringue. Bah je te rachète une autre lampe ? Ou une autre grand-mère ? Peut-être que si tu regarde dans mon jean plein de vomis y a ma carte bleu, le code c’est 4785, rachète ce que tu veux mec. » Il repart à la recherche d’alban, tous les robinets allumés dans la salle de bain, la douche déjà bouchée par quelqu’un qui visiblement ne pouvait plus attendre pour déféquer, et les siphons des robinets bien fermés, l’eau déborde déjà. « Alban mon bb, la douche est pleine de merde, je me laverais dans le lavabo, tranquille, oh et puis le vioc à mis le feu au canap et même que je vais appeler les flics parce qu'il a essayé de me tuer. » qu’il lui balance à travers la porte.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Baraa le Mar 25 Juil - 18:41

tu vas t'asseoir dans un coin le temps que l'alcool redescende. t'as la tête qui tourne et tes pupilles ne t'obéissent plus. tu te concentres sur ta respiration qui s'emballe inconsciemment parce qu'il fait trop chaud par ici et qu'il y a beaucoup trop de monde dans l'appart. lorsque tu te lèves, dorian te prend dans ses bras et tu grimaces légèrement en levant les bras d'un air innocent. " lâche-moi dorian, c'est super gênant comme situation là... " ouais parce que c'est ton frère et qu'il est carrément à poils. tu prêtes pas tout de suite attention à ses mots et puis finalement, tu te répètes dans la tête ce qu'il vient de dire. une pute. ouais, ton propre frère te traite de pute. tu fronces légèrement les sourcils d'un air interrogateur et tu tentes d'articuler quelques mots. " tu... t'as pas... " il a quand même pas osé te traiter de pute devant tout le monde du moins, devant léonie que tu ne connais même pas ? quelle réputation ça va te faire tout ça ? instinctivement, t'as la main qui te démange et tu lui en colles une. franchement, il a de la chance de se prendre qu'une claque parce que c'est un poing que t'as envie de lui mettre à cette heure-ci. tu t'en fous que tout le monde te regarde. tu t'en fiches de ce que les autres vont penser par la suite. " passes une bonne soirée moi, j'me casse ! " tu tournes les talons pour retrouver jasmine parce que tu ne vas tout de même pas partir sans dire au revoir à ta meilleure amie. tu t'arrêtes dans le salon, tu fais un tour sur toi-même et tu te rends compte que c'est pas la meilleure chose à faire quand on a mal au crâne. tu t'arrêtes, tu aperçois basile en train de parler avec cette fille qui doit être léonie. tu t'approches doucement, t'as pas forcément envie de les déranger mais bon... " hey salut vous deux ! t'as pas vu jasmine par hasard ? sinon juste... si tu pouvais lui dire que je m'en vais... et si tu pouvais garder un oeil sur alban aussi, ça m'arrangerait. " t'as pas envie de lui dire que t'as promis à sa soeur mais, c'est bel et bien le cas et tu espères qu'il ne soit pas encore assez mort pour oublier.

*******************
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léonie le Mar 25 Juil - 20:52

ça s'agite beaucoup trop autour d'eux et léonie, elle se concentre uniquement sur basile dont elle ignore le prénom, parce qu'elle a toujours ce fâcheux besoin de chercher les mains tendues au milieu de la foule et de s'y raccrocher à s'en péter les jointures. comme si c'était plus facile, ainsi. et puis à côté de la foire de cirque qui se joue partout ailleurs, il dégage un truc apaisant qui est juste parfait pour ne pas chavirer sous la boisson. un peu comme jazz, qui donne toujours le sentiment d'être un roc, l'absolue sérénité même au milieu de l'orage. il a pas l'air très enthousiasmé par sa soirée, le garçon, et quelque part, léo, qui pense toujours aux autres même quand elle devrait pas, elle se promet d'essayer de lui rendre un peu plus agréable. pas mémorable, elle n'a pas cette prétention, mais au moins un peu mieux. c'est tes potes, que t'arrives pas à suivre ? moi je connais personne, je suis venue rejoindre une copine à la base mais je l'ai perdue au bout de trente secondes. elle esquisse un sourire amusé sans cesser de grignoter ses traits, détaillant avec une précision d'orfèvre la jolie fossette qui creuse la joue de basile. léo porte la bouteille à moitié vide à ses pulpeuses, sirote quelques gorgées et la tend à son compagnon d'infortune, alors qu'il reprend la parole. et c'est là qu'elle réalise qu'elle vogue sur les eaux de l'ivresse, bien qu'elle n'ait pas atteint les hautes mers, parce que ça lui plaît, de l'entendre murmurer de sa voix rauque qu'elle a un visage doux. d'habitude, c'est l'inverse. léonie, elle déteste ses traits poupons qui lui donnent l'air d'avoir douze ans et demi. elle, elle aimerait un visage de femme, de femme fatale même, mystérieux et un peu dangereux, un truc qui intimiderait facilement, d'un battement de cil au lieu de porter sur elle la vulnérabilité qu'elle essaye pourtant de coudre à l'intérieur. tu vois que tu sais faire un compliment, quand tu veux. il a même un truc tendre dans le regard, basile, loin du kéké aux phrases pré-fabriquées qu'il a laissé entrevoir. un éclat qui éclot comme un bouton de rose et qu'elle fixe autant qu'il la dévisage en retour. se regarder droit dans les yeux comme ça, âme contre âme, c'est toujours déstabilisant et léo, c'est la première à craquer. y a son palpitant qui cogne plus fort contre sa dentelle et elle baisse les yeux sur ses genoux dénudés sans un mot.
c'est dorian qui brise le silence finalement, en beuglant une idée d'action réchauffée qui n'a pas l'air de soulever les foules. la nana désignée se rebiffe et personne ne semble décidé à offrir ce genre de spectacle. léonie, elle aime danser, se laisser porter par une musique langoureuse et s'oublier. mais c'est intime, cette communion du corps, presque aussi intime que la chorégraphie de l'amour qu'on exécute à deux et elle déteste onduler en public, sauf perdue dans une foule dense, au milieu de toutes ces filles bien plus désirables qu'elle. pas en public, allons ... elle vient planter ses prunelles de fausse allumeuse dans les siennes, sourire de félin paresseux flottant sur ses lèvres charnues. elle entretient le spectacle quelques secondes, au prix d'efforts surhumains parce que léo, elle n'a rien de sensuel, et puis finalement, elle se marre et ça signifie : pas en privé non plus, parce qu'elle n'a pas la confiance en soi suffisante pour offrir ce genre de spectacle sans se sortir parfaitement gourde et ridicule.
le silence retombe mais léonie, elle n'a pas besoin de s'exprimer. elle est bien là, bercée par le rythme entêtant des battements de son coeur, et la présence languide de basile, avec son bras qui effleure parfois doucement le sien. c'est sa place, un peu en hauteur, un peu en retrait. un peu seule aussi, sans l'être tout à fait. et puis, y a dorian qui revient se perdre dans ses bas sans lui laisser le choix. léonie, elle étouffe contre son torse collant qui sent un mélange d'alcool et de ... elle préfère l'ignorer en réalité et elle tressaille quand un objet non identifié (ou plutôt que trop bien identifié) vient négligemment ballotter contre sa cuisse nue. elle est gentille léo, vraiment, elle est gentille, et elle sent bien que dorian il souffre d'un trop plein d'émotions, ça lui arrive tout le temps alors elle ne peut pas juger un type soûl qui fond en larmes mais vraiment, s'il ne décolle pas d'ici deux secondes, elle risque de transformer ses burnes en pruneaux d'agen bien secs et copieusement écrasés. ni baraa ni aucune autre fille, oké ? et il hoche la tête comme un gosse bien sage et léo, elle est à deux doigts de craindre qu'il enfouisse sa tête entre ses seins pour s'y moucher. elle lui flatte tendrement la nuque de la pulpe de ses doigts, parce que c'est toujours sa douceur qui gagne les combats qui se jouent à l'intérieur et regarde distraitement son cul nul retrouver baraa, préférant sagement déposer son visage contre l'épaule de basile. c'est qu'il est épuisant dorian. et puis à nouveau, la débâcle des sentiments et tout court. un canapé prend feu spontanément et léonie se redresse, aux aguets, cherchant la crinière blonde de micky dans la foule puisque la dernière fois qu'elle l'a aperçue, c'est justement sur ce même canapé. elle n'y est pas, elle repose sa crinière à sa place contre la clavicule de basile ... mais cette fois-ci, c'est le bruit sourd d'une main qui claque contre un épiderme qui la pousse à se relever. et léo, toute cette valse humaine de viande soûle, ça se met à lui comprimer les épaules. c'est l'alcool, sans doute, mais ça l'agresse. ça l'étouffe. et elle sent l'air se raréfier dans ses poumons (pour sa défense, faut dire que ça pue sévère). je crois que j'ai besoin d'aller prendre l'air ... tu m'accompagnes ?
et juste au moment où elle s'apprête à glisser sa main dans la sienne pour rejoindre le rhône, encore plus majestueux la nuit, la responsable de la gifle les rejoint (baraa) et léo sent instantanément son palpitant tout mou se serrer dans sa poitrine. elle a les traits brouillés, la môme, et elle est si belle, même dans sa détresse. bien sûr, qu'elle voit de la beauté partout et de la poésie aussi, sinon elle se serait déjà ouvert les veines depuis longtemps, dans son univers teinté de gris. mais cette fille, elle dégage quelque chose de fort qui lui donne instantanément envie de la serrer entre ses bras, de lui tenir la main et de lui dire que tout ira bien, même si léo, avec ses ailes brisées et ses jambes vacillantes, elle ne sait même pas s'aider elle-même. elle ne connaît pas alban, encore moins jasmine, mais elle sait que la fuite, c'est jamais une solution. on croit qu'on a envie d'être seule, alors qu'en réalité, on a juste besoin de quelqu'un pour nous retenir un peu, jusqu'à ce que le chagrin chavire et se noie. je ne sais pas qui est alban, mais je suis sûre qu'il est en bonne compagnie. entre de bonnes mains par contre, ça, ça reste à voir à en juger par le degré d'ivresse aux alentours. on allait justement sortir un moment, tu ... tu veux peut-être venir avec nous, avant de rentrer ? on peut aller en bord de rhône, ou même pousser jusqu'à la saône, les lumières du vieux lyon sont tellement jolies... léo, qui se gorge de beau pour chasser les ténèbres à l'intérieur. mais c'est vrai, les lumières de la ville offrent une atmosphère magique à ces bâtiments maintes fois centenaires et elle aime bien partager ce qui lui renverse le coeur, la môme. surtout en bonne compagnie.

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Mar 25 Juil - 20:56

Charlie, elle est putain de déçue de pas avoir de potes, des gens avec qui parler. Alors elle végète en fait, dans un coin. Dorian a embrassé un peu toutes les filles de la soirée, enfin, toutes celles à son goût. La colorée, elle reste dans son coin, à boire verre sur verre, peu importe ce que c'est, tant que ça peut se verser dans son verre. Elle ferme les yeux deux secondes et se souvient qu'il reste un défi. Pas encore fait à sa connaissance. Dorian l'a lancé. Alors elle peut y répondre, non ? Il y a un con qui a foutu le feu au canapé, un peu tout le monde est à poil au final. Plus ou moins tout le monde est déchiré aussi. Dans le moment d'euphorie un peu conne. Le vomi se sent plusieurs mètres à la ronde, tout le monde gueule plus ou moins, commence à draguer un peu. Charlie, elle est dans son coin à remuer le défi dans sa tête, à boire encore et encore. C'est fou ce qu'elle boit mal.
Elle a soudain un éclair de génie, ça y est, elle sait. Charlie, elle a envie de tout remuer, elle a envie de se créer des problèmes. Ou juste s'amuser, faire en sorte qu'on se moque d'elle. Elle s'approche de Mia et lui sourit. C'est parti. Sensuelle, elle commence à coller ses fesse contre son joli petit corps de blondasse bourrée. Charlie, elle a les pensées qui fusent à cent à l'heure, elle rougit comme pas possible. Elle dépose ses bras autour du cou de sa victime, elle danse collée à elle presque. Suçon dans le cou, elle finit par l'embrasser et s'abstient de faire plus - c'est un lap dance et c'est Charlie, non mais oh. " La prochaine personne, là. Elle doit enlever un de ses habits, au choix. " Compliqué, un peu tout le monde est à poil, alors peu de monde peut le faire. C'est vraiment con comme défi, mais là, elle peut rien dire d'autre. Sinon elle ose pas, là elle fume des oreilles, c'est tout rouge sur son visage. Alors elle file aux toilettes, parce que voilà quoi, elle a envie d'être seule.
Elle ouvre la porte et là... Limite, elle vomit devant la porte. Bouchées les chiottes, pleines de vomi avec un pantalon tapissé de rejet. Elle est écœurée, elle change de direction et tombe sur une sorte d'inondation. " J'crois que y a les chutes du Niagara là, genre ça coule de partout ! " Elle rigole bêtement, en restant plantée là, devant le spectacle.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Basile le Mar 25 Juil - 22:11

de son visage émane une douceur troublante, un quelque chose qui le fascine. elle est entourée d'une aura dorée, un voile qui l'enveloppe et la sépare du reste du monde. basile, il sait pas quoi lui répondre à part sourire. c'est naturel avec elle, ses lèvres se pincent sans qu'il n'ait à leur commander. un simple hochement de la tête, puis un demi-rire pour l'accompagner, basile il sent son regard se perdre dans la contemplation de ses traits. elle partage, plus que son sourire et son regard tendre. elle partage cette bouteille presque vide, ces quelques gouttes de liqueur qui viennent réchauffer sa peau, colorer ses joues. et encore t'as rien vu] un ton un brin loveur, charmeur. basile la toise d'un regard enchanteur, dans la peau d'un personnage qui ne lui sied qu'avec humour. elle ne le connaît pas léonie, mais basile n'est pas un acteur dont le jeu est beau. son jeu est pathétique, il se veut amusant et non crédible. et c'est elle qui coupe ce lien qui les unissait. elle défait son regard, le penche plus bas vers sa peau dénudée qu'il regarde lui aussi. pas avec envie, plus avec réflexe. même s'il imaginerait bien sa main venir s'y poser, caresser du bout des doigts sa parcelle de peau, en découvrir la douceur et la chaleur. mais elle reste en place, tranquille, paisible. elle vient de temps à autre effleurer son bras sous la dance vacillante de son corps imbibé de l'élixir de jouvence. et elle revient à lui, vers lui. elle plante ses opales droit sur lui, avec une intensité nouvelle, plus torride qui s'accorde avec ses mots. et elle se marra, brisant à tout jamais cette onde sensuelle qu'elle avait laissé planer entre eux. cette vague qui commençait à la rendre fou. basile, il la suit dans son hilarité, même si au fond peut-être qu'il aurait aimé qu'elle soit sérieuse. t'as bien raison. pour rien au monde je partagerais ça. il se veut déstabilisant basile, perturbant peut-être. mais dorian débarque, teub à l'air. il vient s'immiscer entre eux, briser le silence et l'alchimie. basile soupire, las. basile, il voudrait l'écarter, lui dire de se barrer. au lieu de ça il n'écoute pas, il tourne la tête. il ne veut pas savoir pourquoi il pleure. larmes imbibées d'alcool. il ne veut rien savoir, ne pas prendre partie. et pourtant s'il savait, basile. s'il avait tendu l'oreille et perçu les mots pute et baraa dans la même phrase, il aurait vu rouge. mais il n'a rien entendu non, sourd face aux larmes de crocodiles de dorian. mais il s'esquive finalement, il rejoins baraa et basile il sait pas vraiment s'il doit en être soulagé ou inquiété. mais la chevelure de léonie vient chatouiller sa joue, titiller son cou, alors qu'elle vient déposer sa tête sur son épaule. elle se redresse et il sent comme un vide, là, un manque de chaleur humaine qu'elle vient finalement combler. ils ne parlent pas, ce n'est pas la peine. c'est elle qui, pourtant, vient briser le silence apaisant qui s'était installé. et basile il s'apprête à lui répondre par la position, à accepter sa main dans la sienne, à sortir d'ici, quitter ce monde de débauche pour respirer l'air pur de la nuit. mais baraa est là, triste sans doute, le visage perdu, une mine défaite. et ça lui brise le coeur à basile. qui a bien pu détruire son petit ange ce soir ? basile s'en veut, il s'en mort la joue, les lèvres, s'en ronge les ongles jusqu'à l'os. comment a-t-il fait pour ne pas voir ? d'un bond il descend de son trône, l'enroule de ses bras protecteur et bienveillant et dépose un baiser sur son front laissant les mots à léonie. alban est grand, il vient de s'enfermer dans sa chambre avec une blonde. j'pense qu'il a conclut sa soirée. c'est vrai, basile l'a vu. alban et la blonde se faufiler à travers les gens. il en a sourit même. son fraté allait pécho. mais toi t'as besoin de prendre l'air un peu, que le vent balaie cette mine horrible. alors tu viens avec nous, t'as pas le choix baba. et ses bras entourent ses épaules et la poussent avec lui vers la porte. basile se voyait déjà seul avec la fille au compliment dont il ne connaît pas le nom. il se voyait marcher avec elle, discuter avec les mots ou les yeux. mais baraa elle a besoin d'eux et jamais il ne pourra la laisser tomber.

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Mer 26 Juil - 7:44

Il était sérieux lui ?
Okay, en réalité Jazz n’avait clairement pas entendu l’exclamation de stupeur de Dorian, parce que sinon au lieu d’accourir pour aller vider de l’eau sur la flamme qu’il avait en plus alimentée en jetant son putain de verre d’alcool – comme s’il était déjà pas assez mort, le mec qui se prenait pour Adam à la soit disante création du monde –, il lui aurait foutu son poing dans la tronche au lieu de le sauver de certaines brûlures. Parce que s’il était cool, il y avait bien un truc sur lequel fallait pas déconner : son âge. Alors voilà, Jazz en grand responsable de la soirée – ouais genre… et c’était pas un peu cliché de penser comme cela alors/parce qu’il était l’adulte sur place ? –, il fit bien attention qu’un putain d’incendie ne se déclenche pas dans le petit appartement déjà dans un état douteux.
Puis Jazz il commençait un peu à être pété aussi, emporté par la folie absurde de la soirée, des joints fumés – il avait tiré sur le second ? il ne se souvenait même plus –, de la fatigue accumulée au fil des jours, et de pratiquement les bouteilles de rhum et de tequila qu’il avait bues. Il pensait trouver Alban sur le balcon alors il commença à raconter ben que son canapé il avait pris cher. Ah merde, aucune des personnes qui discutait sur le balcon n’était Alban en fait. « Ah, vous z’êtes pas Alban. J’m’excuse platement. Rassurez-vous, vous z’êtes bien plus jolis qu’lui. » C’était merdique comme excuses, Jazz commençait à dire n’importe quoi, sans vraiment cohérence même. Il plaqua les paumes de sa main l’une contre l’autre, et se pencha dans une sorte de révérence, avant de s’éclipser pour trouver ce petit con.
On lui indiqua la chambre dans laquelle il s’était enfermé. Ben ouais. Forcément. Sans foutant complètement qu’il puisse être entrain de baiser, de toute manière ce soir tout le monde avait tué le respect, ou le respect avait tué tout le monde – cela dépendait des points de vue –, il tambourina à la porte. « Mec ! Mec ! C’est l’apocalypse, y a un pyromane qu’a brûlé ton canapé, en plus il lui a donné à boire, et ça a fait une grande flamme et… » Et il se perdait dans son histoire qui n’avait vraiment aucun sens, même pas sûr qu’Alban l’entende et l’écoute encore moins de l’autre côté de la pièce, mais Jazz il se sentirait presque responsable de tous ces petits jeunes inconscients, alors il savait pas pourquoi il lui disait tout cela, mais il devait le prévenir. Et puis de toute manière, il n’eut pas le temps de continuer son histoire, parce que le même mec à poil (Dorian, évidemment) qui avait pris feu tout à l’heure débarqua lui aussi pour raconter la même histoire, avec une autre version totalement différente des faits. « Tu traites qui de vioc là ? J’vais t’en donner du putain de vioc moi. » Parce que Jazz il pouvait être complètement immature, parce que Jazz il faisait clairement sa crise de la cinquantaine alors qu’il n’avait même pas encore cinquante ans, il vit rouge. Et s’il aurait aimé le choper par le col et le soulever du sol pour l’intimider, il ne put évidemment pas, parce que ce con était à poil. Il se contenta de poser sa paume de la main sur son torse et de le pousser très fortement et sèchement pour que son dos vienne heurter le mur derrière lui et qu’il comprenne qui était le patron.
Puis il s’avança vers Dorian, ne sachant pas trop s’il voulait l’anéantir avec ses mots ou lui donner un coup de poing, malheureusement quelque chose avait été renversée par terre, et il glissa comme une grosse merde, essayant de se rattraper comme il put, il emporta ce petit con de Dorian dans sa chute. La lèvre légèrement ouverte et qui saignait à cause du choc dur contre le parquet, Jazz se releva en position de pompe, pour constater que ce n’était pas que quelque chose avait été renversée, c’était qu’il y avait un putain de filet d’eau qui était entrain de se créer dans l’appartement. « What the fuck is that ? » Jazz, il commençait à être tellement atteint, il était tellement sonné par tout ce qui était entrain de se passer qu’il en perdait même son français.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Mer 26 Juil - 15:36

tu le regarde, sacha, avec un air perturbé, du style 'comment t'oses insulter mon lit' et tu le regarde même en portant une main à ton coeur, genre t'es brisé là. il refuse de t'accompagner dans ton lit et en plus de ça il ose dire qu'il est crade. ça va quoi. t'es pas le mec le plus dégueulasse de la planète, même que t'aimes bien prendre des douches, t'as un degré de cassos respectable encore. et bref, jazz se ramène ensuite et t'essayes de t'incruster chez lui pour lui piquer des trucs et tout ça, bon ok, t'as un bon niveau de cassos quand même, faut l'dire, et t'entends ton bro adoré qui réagit à ce que tu dis quand même du coup tu te tournes vers lui pour lui lancer un grand sourire. "aller chez le mec là." tu lances en montrant jazz du doigt avant de l'entendre dire quelque chose à son tour et il faut que tu cales qu'il te parle à toi, il te dit que vous pouvez aller chez toi sinon et ok. pause.
tu jettes un regard circulaire.
ouf.
"c'est mon appart, gars." t'informes après avoir quand même regardé autour de toi pour être bien sûr que c'est chez toi. on sait jamais, y a déjà plein de fois où tu pensais te réveiller chez toi et en fait non, pas du tout. un jour tu te retrouveras à pekin comme ça, ouais. enfin bon, tu vois dorian pécho des gens et toi t'es là un peu bête, genre tu veux aussi un bisou, du coup tu lances ta plus belle moue vers sacha à tes côtés. tu l'entends parler de faire des yeux de chien battu et toi tu te mets à rire tout doucement mais t'acceptes quand même le baiser sur ta joue parce que bon, c'est déjà plus que sacha sobre. même si toi t'aimes tous les sacha. tu préfère ses bisous quand même.
et là. c'est le drame.
t'as plus de verre bordel. et en même temps, tu te tournes et tu vois ta louise d'amour qui le fini donc bon, si c'est elle, ça va. mais tu réalises qu'elle est là alors qu'elle est pas là, normalement. tu lèves les mains d'un coup en l'entendant te menacer des kinder pingui parce que genre, tu comprends pas le rapport, alors tu te demandes pourquoi, d'un coup, tu devrais être un kinder pingui. parce que ouais, forcément, tu cales pas -ou te rappelles plus- que tu les as avalé complètement défoncés y a deux soirs de ça ses kinders pinguis, mais ça te paraît plus logique tu es un kinder pingui là. ouais. bon, la tornade passe et toi t'as juste l'air con en regardant face à toi, tu bats un peu des cils. action, réaction, wade. t'entends sacha se poser la question sur le kinder pingui à côté de toi et tu souris comme un con avant de lancer fort dans le dos à louise pour qu'elle t'entende. "OUI JE SUIS UN KINDER PINGUI!!!" la fierté du loser en puissance.
et là bam, tu te remets bien contre sacha après avoir crié derrière ta coloc et tu vois un mec (roman) s'affaler sur jazz et tu le reconnais en une seconde parce que tu l'as déjà vu un million de fois au kebab, du coup tu relâches enfin un peu sacha, le pauvre, qu'il respire. "naahhh, just deadpool!" tu lances en choeur mais tu kiffes tellement ce surnom que t'es à deux doigts de lui faire des gamins à ce mec. sérieux. et bref, l'autre se plaint d'avoir froid, du coup toi tu mates et tu te mets à sourire un peu, t'adores. et tu pointes son t-shirt du doigt finalement. "tu devrais remettre ça sur le dos pour avoir chaud." tu marmonnes en attrapant le tissu entre tes doigts finalement et tu le remonte un peu pour l'observer en jetant un regard à roman par-dessus. "mais c'est un putain de gâchis." tu souffles quand même, un sourire au coin des lèvres. et là, t'as dorian qui arrives à tes côtés, à poil, et qui parle. beaucoup. qui se tâtes le cul et toi tu te penches un peu pour regarder, peut-être qu'il a besoin d'aide. et il se barre à nouveau. t'es tout sourire. "4785." tu chantonnes en regardant sacha et roman toujours à côté de toi. genre. t'en as rien à foutre, en plus toi t'es même pas bien pété ni défoncé, t'as juste une putain de gueule de bois, tu combats le mal contre le mal avec ta bouteille de rhum que tu viens de récupérer mais t'es presque sobre. et tu vois ton putain de canapé prendre feu. "non mais les gars, sérieux." tu lâches en suivant l'action des yeux et tu lève un doigt en l'air. "je reviens." tu lances à tes deux compères et tu fais le tour de l'appart, trouve le jean de l'autre loser, chope sa carte de crédit et tu reviens vers sacha et roman en souriant un petit peu. "vous m'aidez à choisir un putain de canapé? genre style on dirait je me fais suc-... je veux dire masser. à chaque fois." tu marmonnes, la carte de crédit dans la poche, ton téléphone dans la main et le rhum dans ta gorge.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Ali le Mer 26 Juil - 18:07

t'es présentement un peu paumée, tu cuves toujours ta petite tequila. il s'est passé encore pas mal de choses, et après que le type à poil t'ait embrassé en même temps que d'autres filles de la soirée, tu te poses tranquillement pour essayer de digérer un maximum ta boisson. mais alors que tu pensais que t'allais être tranquille, y a une fille aux cheveux multicolores qui commence à danser contre toi. tu te remets son nom en tête, c'est charlie. t'es complètement cuite et tu bouges pas trop, tu te laisses faire. t'es quand même un peu réticente, toi la bisexuelle. t'espère que charlie se fout pas de ta gueule à venir t'embrasser et même te faire un suçon, comme ça. t'as mis pas mal de temps à assumer le fait que t'aimais aussi bien les filles que les mecs, alors si c'est pour qu'une licorne vienne se moquer de toi, c'est pas drôle. n'empêche que tu te laisses faire. en fait t'es tout simplement défoncée, et tu penses plus trop bien, y a rien de cohérent entre ta tête et ton corps.

par contre, tu arrives à analyser le fait qu'un feu se propage sur le putain de canapé de l'appart. finalement, il est éteint. par contre le canap est complètement foutu. tu bouges un peu, tu te lèves et t'éloignes parce que là tu viens de voir le prof de l'université (Jazz) et le type à poil (Dorian) tomber tous les deux. sur le moment tu ris, comme une con, puis tu t'approches pour essayer de les relever -t'as pas le gabarit pour, ni l'équilibre, vu que tu marches plus droit, alors t'abandonnes l'idée- tu te penches vers eux et demandes "ça va, pas trop mal?" puis tu regardes la rivière qui est la cause de la chute. t'ouvres de grands yeux et ouvre la porte de la salle de bain, qu'est à l'origine de l'inondation, et à même pas 1 mètre de la chute. tu manques de dégueuler, y a une vieille odeur de merde, de vomi, de pisse, de tout en fait. c'est la douche qu'est bouchée et qui déborde de trucs pas très agréables, pas très propres pour le coup. le robinet aussi déborde. t'essayes de fermer ce que tu peux, histoire de limiter le débordement. tu t'éloignes vite fait et lances à l'intention de Jazz et de Dorian "poussez-vous du filet d'eau, y a un mélange pas très cool dedans!" tu te bouches le nez et pousse la porte de la défunte salle de bain, histoire de pas propager les odeurs. Le pauvre appart est plutôt mal en point.

*******************


On a cueilli des fleurs.
« -Où elles sont? -Elles sont parties. C'est des fleurs qui s'envolent quand on les cueille. -Alors pourquoi on les cueille? -Parce que c'est joli quand elles s'envolent. Et après on les regrette. -J'en veux aussi. »

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Mer 26 Juil - 22:51

alors alban il s'est enfermé dans sa chambre avec paola, pour être tranquille, à la base, sauf qu'il arrive même pas à se concentrer sur elle, parce que y'a à chaque fois quelqu'un qui décide de frapper à la porte pour des raisons farfelues, genre, son canapé qui prendrait feu, voyez le délire. Il secoue la tête, y'a sa main qui attrape celle de paola, et quelqu'un d'autre qui tambourine la porte. "MAIS ALLEZ-VOUS FAIRE FOUTRE SÉRIEUSEMENT ????" il gueule, un peu lassé, parce que, aucun respect, vous voyez? Sauf que, y'a de l'eau qui passe par la porte de sa chambre, et là, y'a carrément une couille. il regarde paola, un peu désolé. " j'crois que c'est mort hein " il lui dit, déçu, aussi, mais y'a d'autres priorités maintenant. " j'vais y aller je suis désolé " il espère vraiment qu'elle comprendra la situation, et il ouvre la porte, là, et, pourquoi ça pue la mort ici? il voit mia qui coupe l'eau, au moins une qui a encore quelques synapses qui fonctionnent ici. il soupire, il prend un shot, qui traîne, là, dans le coin, il sort son portable, il bug, un instant, qu'est-ce qu'il foutait sur le profil facebook de lou? il fronce les sourcils. " mais c'est qui ce connard " il lève la tête, il cherche quelqu'un à qui il peut parler d'cette merde, genre léo, parce que, léo, il connait vaguement les bails, et il le trouve enfin. " mec, mec, mec, faut que tu vois ça, regarde, c'est qui ce gros connard qui tient lou par la taille? j'veux dire, il veut la ken, t'es d'accord avec moi, là, j'fais quoi, elle a couché avec lui après la photo tu crois? " genre, il parle vite, il tend le portable vers léo.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léo le Mer 26 Juil - 23:51

léo t'es là, à t'enticher d'une fille qu'à l'air d'en vouloir au monde entier. t'as pas de réponses, tu soupires. franchement, comprendre les filles avec deux grammes dans chaque poche, c'était trop dur. alors tu tournes sur toi même et tu te dis à toi même. "oh lalalala, les mouettes ont pied." ça signifie marée basse. ça signifie que t'as pas de verre. ça signifie que t'as soif. bref, rien ne vas. et là, alban débarque de nul part, alors que tu vois qu'une mini piscine de flotte (et de merde, mais ça tu le remarques pas) s'est formé prêt de la salle de bain. tu te dis comme un con *trop chouette, heureusement que j'ai mis mes claquettes de piscine !* et tu baisses les yeux sur tes pieds, chaussettes bleu canard avec des petits poussins dessus, imbibées d'alcool et saupoudré de cendres froides.  "mec, mec, mec, faut que tu vois ça, regarde, c'est qui ce gros connard qui tient lou par la taille? j'veux dire, il veut la ken, t'es d'accord avec moi, là, j'fais quoi, elle a couché avec lui après la photo tu crois? " tu lèves les yeux au plafond une demi seconde. mais de quoi qu'il parle. ha oui, ça te reviens. lou, la meuf pour laquelle il fait le canard depuis un certain temps pour ne pas dire un temps certain. coin coin. elle lui broie les couilles, en sommes. et toi, quand t'écoutes ce qu'il te dit d'elle, tu te dit à chaque fois qu'il doit être très con, ou très amoureux. c'est d'ailleurs pas ce soir dans ton état que tu vas réussir à trancher la question. "oulaaaah j'ai mis les chaussures à bascule" tu tangues et te rattrapes à l'épaule de ton copain, plissant tes yeux sur l'écran de téléphone comme si ça pouvait t'aider à mieux y voir. en vérité, tu regardes pas vraiment, ton bras est parti à la recherche, à taton, d'un verre plein sur la table d'à côté. t'arrives à attraper un fond de ce qui semble être du whisky coca, t'es pas mécontent de ta pêche. bon alors, la brise couille. tes yeux peine à faire le focus, et après dix longues secondes de concentration dans un suspens intenable, tu parviens à distinguer la gueule du type. tu rigoles, de ouf, parce que ses sourcils ont une forme trop marrante. "haaa téma ses sourcils on dirait.." tu croises le regard dépité d'alban et tu te reprends aussitôt. faut aider ton bro là léo. tu reposes tes yeux rouges sur l'écran et fait le focus avec autant de mal que la première fois. alors lou, elle ressemble à quoi ?...à...à...à...à Lou, tout simplement. non, tu dois mal voir, t'attrapes le téléphone, et tu le rapproches à deux centimètre de ton visage. tu le fais aller et venir devant toi, comme si le visage de ton ex allait soudainement se transformer en celui d'une inconnue... non c'est bien elle. c'est ta lou à toi, que t'as revu il n'y a pas si longtemps. merde. et encore que le mot merde est faible. chiasse. toujours pas. putain de merde d'enculé de tes morts. c'est à peu prêt ça. y'a tout le broes before hoes qui s'effondre, et tu sens la panique monté. tu t'éclaircis la gorge, et lui rend son téléphone précipitament en répondant -avec une voix bien plus aiguë qu'a l'accoutumé- complètement à côté de la plaque. "non je connais pas cette fille, pourquoi ?" c'était pas ça la question léo. t'essayes de planter un regard sûr de toi dans les yeux brillants d'alban, persuadé toi même que t'as bien répondu alors qu'en vérité tu sais même plus c'est quoi la question parce que t'es plein comme un veau. tu sirotes ton verre du bout des lèvres en le regardant du coin de l'oeil. ton pote essaye de se taper ton ex depuis des mois.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Jeu 27 Juil - 10:22

y'a peut-être son cœur qui bat un peu trop vite, aucune idée, on lui planterait une hache dans la cuisse qu'il le sentirait à peine, vous voyez l'problème. il attend, il est impatient, il regarde léo, mais léo, il cherche un verre "mec" il souffle, genre, tu picoleras après, y'a d'autres choses plus urgentes, comme décréter si alban doit trouver l'adresse de ce type et aller lui mettre des coups de poings, comme ça, pour lui apprendre, on sait pas trop quoi, mais pour lui apprendre. et  léo, il est con, alors il regarde les sourcils du mec, mais, ils sont déjà d'accord pour dire qu'il a une tête de connard, c'est un fait, faudrait passer au problème lou, maintenant, il attend, encore, comme un con, à croire que quand il s'agit du dossier "lou" il est condamné d'patienter comme un con pour le moindre truc. il attrape le portable, alban attrape un verre, prêt à encaisser l'verdict du chef, là, sauf que ça dure une éternité, ce moment où il tema la photo, où il tente de la regarder plutôt parce qu'il voit flou visiblement. "mec sa gueule c'est pas le sujet" genre, te concentre pas là-dessus. et il lui rend l'portable, et y'a un truc qui cloche, parce qu'il a plus la même voix, il flippe, mais, alban il est pas franchement sûr de bien déceler ses émotions là, il serait peut-être plus performant à ça sans être ivre mort faut dire. Alors, il plisse les yeux, il tente de se concentrer, de réfléchir, y'a quelque chose, c'est clair, mais il a du mal à rester debout, immobile, déjà, alors, ça part mal, il se tient, à la table, il regarde léo à nouveau. "mais non" il lâche, parce qu'il a compris, du moins, il s'imagine. " tu peux pas me faire ça, je sais qu'elle est jolie et tout mais craque pas sur lou sérieusement" parce qu'alban s'imagine déjà léo arriver dans l'équation, et détruire tous les efforts qu'il fait depuis une putain d'année en un claquement de doigts, parce que, c'est léo, il veut une fille, il l'a. sauf quand il est trop saoul mais c'est autre chose, ça.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léo le Jeu 27 Juil - 12:26

tu le regardes avec des billes rondes. des yeux bien trop alertes et faussement attentives pour être pleines de bonne volonté. tu continues de siroter ton verre nerveusement, et maintenant il est vide, et tu sirotes du rien sans même t'en rendre compte. tu cherches un paquet de clope qui traine, évidemment il n'y en as pas à l'horizon sinon ça serait trop facile. que dire, que faire. 'ha mdr la meuf à qui t'essayes de toucher la teuch depuis des mois, bah moi je l'ai prise plein de fois. même contre un arbre un jour.' trop violent. 'en fait ta meuf c'est ma ex, lol.' trop simple, tu vas t'en prendre une. 'tu sais ce qu'elle fait vachement bien cette meuf ? su..' NON LEO PUTAIN. t'as envie de te foutre des claques. c'est pas possible d'être aussi con et peu dégourdi. et puis ce monde est beaucoup trop petit bordel. sept milliards d'humains et faut que vous vous entichiez de la même nana. sérieux, on dirait une sitcom. faire semblant jusqu'au bout, tenter le tout pour le tout. même si t'es pas doué pour mentir aux autres toi léo. tu te mens bien à toi même, mais quand il faut dire des mensonges, y'a plus personne. tu te crois honnête, alors qu'en fait t'es juste lâche. tu croises le regard de chien battu d'alban, et ça te fait mal au coeur. "ouais pardon désolé gros..c'est juste qu'elle ressemble vachement à mon...ma cousine. ouais, ma cousine. mais ma cousine elle s'appelle pauline tu vois, du coup ça colle pas. QUELQU'UN AURAIT UNE CLOPE ?" que tu t'empresse de crier à l'assemblée de soulards devant toi, priant pour qu'un mec bourré viennent te vomir sur les claquettes pour te donner une échappatoire. tu cherches une âme d'un regard implorant. micky ? micky sauve moi de là, si tu pouvais débarquer en sous vêtements devant moi en me disant 'viens' d'une voix suave, alban il comprendrait que le devoir m'appelle, et il aurait pas d'autre choix que de me laisser partir. c'est la seul échappatoire possible que t'imagines toi léo. "en vrai au piiiiiiiire, ce gars il a peut être coucher avec elle mais..mais c'est pas grave si ? tu comptes pas en vouloir à tous les gars qui ont coucher avec elle quand même hahaha ?" rire nerveux, nul, pitoyable même. tu te retournes vers la table, t'as la tête plus en feu que le canapé, et t'as les jambes qui flagellent. tu te resserres un verre de vodka/gin/tequila/triple sec, mais t'oublie le coca et le citron, et tu bois de grosses gorgée pour tomber en coma éthylique le plus vite possible et ne pas avoir à donner de réponses supplémentaires. tu tousses parce que forcément, ça t'arraches la gueule bien vénère. "oulala c'est fooort, t'en veux ?" et tu fou le gobelet sous le nez d'alban. si lui aussi tombe en coma éthylique, il pourra plus te poser de question sur lou.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Jeu 27 Juil - 14:34

Non, il se moque pas, mais bon, Sach est bourré, alors ça le fait rire quand Jazz demande s'ils pouvaient pas aller chez Wade plutôt. Il a le toncar entre les lèvres, du coup, il commente pas, ni la proposition du vieux, ni la réaction de son pote qui vérifie avant de répondre. Puis Louise passe et il semble qu'il ne soit pas le seul à avoir été secoué. De l'alcool se renverse sur le torse de Jazz et attends, il est torse-nu ? Pourquoi depuis qu'il lui parle, c'est que maintenant qu'il le remarque. C'est trop bizarre, est-ce qu'il est vraiment défoncé à ce point, au point qu'il fait pas la différence entre habillé et nu ; ses yeux tombent sur son propre torse -histoire d'être sûr et ah ok, c'est bon, il a rien enlevé, puis Sach fait un tour sur lui-même pour repérer tous les gens nus ; quand il se remet correctement, collé à Wade, c'est un mec (roman) qui arrive, éméché au possible et torse-nu. Y a eu un traité, pendant qu'il était occupé à rouler son joint, comme quoi les habits étaient interdits ou quoi. Il fixe un peu, comme si Sach avait rencontré un bug, mais les voix rauques des mecs à ses côtés l'en tire. Et peut-être qu'il lâche un petit regard noir à Wade sur son commentaire par rapport à Roman. Et peut-être un à Roman aussi.

Ah, finalement, il a dû mal regarder parce que le mec (dorian) qu'alerte Jazz est nu et en train de s'enflammer, littéralement. Ce mec doit être au bout du bout avec le verre d'alcool qu'il rajoute sur la flamme. Heureusement, que le vieux cool est là, hein. Puis le pyromane nu arrive vers eux et merde ; il est là, à dire des trucs illogiques, jusqu'à ce qu'il lance son code de carte bleue. Et Wade n'attend pas qu'on lui demande pour aller la chercher. Sach se tourne vers Roman. Finalement, il l'a sûrement croisé dans la soirée, entre les shots de vodka et le reste. « Je sais pas si le mec nu, c'est ton pote, en tout cas, il va se faire fumer son compte, c'est clair. » Il rit un peu, mais c'est surtout parce qu'il est bourré, même s'il continue à échanger la vodka et le joint. Puis Wade revient, tout fier. « Prends un canapé avec les coussins qui massent là, tu combines les deux et c'est le septième ciel, le onzième même. » Sach propose et rien que d'y penser, il a envie de se faire masser -ou autre-, lui aussi. Dommage qu'il y est pas de livraisons instantanées. « Trop envie de me faire masser » Sacha avoue, dans un murmure, avant de tirer une latte, puis il se rappelle que Jazz, c'est le p2.

Comme un bon garçon, il se retourne vers le monde, à la recherche du dealer de beuh (jazz). « Vieux cool ! » Sacha appelle, mais il arrive pas à se concentrer sur sa vue de loin, là et ça tangue un peu. Du coup, il abandonne Wade, Roman, la carte bleue et son canapé massant pour rejoindre Jazz qu'il entrevoit avec le mec nu (dorian) et une autre fille (mia). Bien sûr, la vodka l'a suivi, parce que Sach a le sens des priorités. Y a plusieurs choses qui vont pas quand il les atteint. L'eau qui coule de la salle de bain, leurs corps par terre et l'odeur. Et ça lui fait un peu remonter l'estomac, mais Sacha se concentre pour retenir son haut-le-cœur. « Je vous aide, mais faites un petit effort, ok ? » Il dit à Dorian et Jazz en leur tendant chacun une main, après avoir tendu son joint et sa vodka à la fille (mia), avec un léger « prends-en soin ». En les tirant debout, Sach espère juste qu'il va pas les rejoindre dans l'eau. Il espère fort.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Micky le Jeu 27 Juil - 15:16

Balancée sur le canapé comme une vulgaire chaussette, tu te rétames lourdement contre les quelques personnes assises tranquillement sur le canapé et Léo finit de t'achever en te balançant son téléphone à la tête (car, ouais, le respect est définitivement mort à cette soirée) "vas y supprime mais je viendrais prendre d'autres photo sous la douche. c'est une promesse" Tu lèves les yeux au ciel, t'as même plus envie de répondre, les quinze dernières minutes t'ont épuisé et t'as pas une goutte d'alcool dans le sang. Tu réprimes une envie de détruire le tél sous la semelle de ta Air Max Théa et te contente de supprimer la photo, de vérifier qu'elle est pas dans un dossier caché ou dans les "supprimés récemment" (pas folle la guêpe), puis tu laisses tomber l'appareil sur l'un des mecs que t'écrases, - tiens cadeau, Léo se démerdera pour le récupérer. T'as assez perdu de temps comme ça Micky, du coup tu te diriges vers la cuisine, t'attrapes un verre à shooter sale et une bouteille de vodka qui traînent sur la table et tu prends trois shooters cul sec d'affilée en grimaçant. Tu te sers ensuite un verre de rhum coca, y balance un citron et t'assoies sur un coin de meuble, là où y a de la place. T'as zappé où t'avais mis ta bouteille de gin, t'as oublié Léonie qui t'attendait peut-être toujours dans la salle de bain, sympa la pote. Tu regardes ce qui se passe autour de toi, apparemment une partie d'Action ou Vérité avait été lancée avec pour résultat des mecs à poils, des fesses à l'air, des gens qui se trémoussent sous des huées appréciatrices. Les défis s'enchaînent, ça s'agite dans tous les sens puis sortie de nulle part, y a Léonie qui s'assit sur tes genoux et sans que tu comprennes trop ce qui se passe, entreprend un bodyshot sur le tien, de body, "je te revaudrai ça. promis". T'écarquilles les yeux d'incompréhension, trop de proximité d'un coup pour toi, mais tu la laisses faire pour pas la brusquer, le goût du citron te pique la langue. Parfois Léo t'inquiètes, tu remarques son maquillage outrancier, ta robe sur son corps de femme-enfant, ça lui rajoute cinq piges de plus. T'ouvres la bouche pour lui dire quelque chose, ta main essaie de l'attraper mais là voilà déjà qui s'échappe, disparue parmi les gens, t'hésites à la suivre, elle a visiblement trop bu, vaut peut-être mieux que tu la ramènes chez toi puis tu la vois plus loin, en train de causer avec des mecs (Dorian, Alban), sourire aux lèvres. Tu laisses tomber "t'es pas venue jouer la daronne, Micky" mais t'oublieras pas d'aller checker si tout va bien... Puis les défis s'enchaînent, tu mates ça de loin, toujours sur ton bout de meuble, tu mets un stop à Basile quand il essaie de dégrafer ton soutif' (t'en déjà assez montré comme ça) mais tu réussis pas à éviter le smack de Dorian, tu jongles entre ton rhum coca et tes cigarettes roulées, véritable trésor dans ce genre de soirée où personne ne semblait plus avoir de clopes, les roulées c'est chiant donc personne te les taxe. Y a des culs nus, des torses nus et des poitrines nues, vive la parité. T'es occupée à te rouler un deuxième joint quand tu sais pas trop comment, y a soudain le canap' en face qui prend feu et tout un balai de mecs paniqués autour qui s'agitent en sachant pas trop quoi faire. T'as quand même une personne sensée, "euh attends c'est un prof ça non ?" (Jazz) qui a le réflexe de jeter une bouteille d'eau dessus pour tout éteindre, le drame est évité de peu. Tu finis de rouler et tu portes le cône à tes lèvres quand soudain de l'eau mélangé à tu-sais-pas-trop-quoi-et-tu-ne-veux-pas-savoir se répand depuis la salle de bain. Tu te marres, tout est improbable à cette soirée. Enfin, tu te décides à bouger un peu, aller faire du social, discuter avec les gens maintenant que le rhum fait son effet. Tu cherches Léonie des yeux mais t'arrives pas à la trouver parmi la foule, t'aurais sûrement accourue plus vite que ton ombre si t'avais su qu'elle était sur le point de partir avec un inconnu (Basile). Tu passes à côté de Léo, t'entends quelques bribes de la conversation qu'il a avec un Alban éméché et visiblement pas content "ouais pardon désolé gros (...) .. à ma ma cousine (...) pauline ", tu comprends que ça parle de meuf et  flaires le drama à plein nez. Il croise ton regard et semble t'implorer de l'aider, l'air hagard et l'oeil vitreux. Tu mimes un haussement d'épaules exagéré couplé avec une moue faussement désolée, "sorry not sorry, bitch!". Enfin, tu vois une place qui se libère (Sacha) dans le club des too stoned and tired for you shit (Wade, Roman) et tu te précipites presque pour la voler, tu t'affales, soupire de satisfaction, tire deux, trois taffes puis te retourne vers tes nouveaux compagnons de fortune dans ce monde de fou - qui dit "pet" ? .

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Baraa le Jeu 27 Juil - 18:18

t'en as marre de cette soirée. t'en as marre du comportement de dorian. tu veux juste t'enfuir mais avant ça, tu voulais dire au revoir à ta meilleure amie. tu pensais vraiment le faire mais, tu l'avais malheureusement perdu de vue pour offrir de la place dans ton champ de vision à basile seulement accompagné de sa charmante demoiselle (léonie). tu as à peine eu le temps de formuler ta demande qu'il t'a prise dans ses bras comme s'il savait que quelque chose clochait. pourtant, t'essayais de ne rien laisser apparaître. sans doute est-ce du à l'alcool, la fatigue, peut-être même la blasitude après tout (oui, ça existe j'vous jure). basile, il t'a dit qu'alban était accompagné et t'as grimacé en tournant la tête pour le chercher du regard. léonie a précisé que c'était de la bonne compagnie. tu ne savais pas trop comment lui dire à basile alors, t'as préféré te taire. " c'est juste que... enfin bref ! " tant pis, tu te débrouillerai toi-même. et puis par chance, il avait fini par sortir de cette foutue chambre. soit il avait fait un blocage, soit ça avait été super rapide. c'est ce que tu t'es dit avant que basile ne te propose de sortir. en fait, il ne te laissait vraiment pas le choix contrairement à la jolie brune qui était plus compréhensive. " bah, je peux vous accompagner jusqu'en bas, en effet... " t'as légèrement hoché ta tête en enfilant ta veste que tu avais récupéré quelques minutes auparavant, juste après avoir foutu une jolie claque à dorian pour s'être comporté comme un con. basile t'a pris par les épaules et tu lui as adressé un léger sourire pour le rassurer avant de tourner la tête vers la belle inconnue. " je suppose que c'est toi léonie ? j'te remercie d'avoir pris ma défense toute à l'heure. " bah ouais parce que sans elle, t'aurais pas su que dorian t'a traité de pute et il serait jamais venu s'excuser. léonie, elle est sympa. tu ne la connais pas mais tu la trouves déjà sympa. c'est comme ça. t'es bizarre parfois.

*******************
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Jeu 27 Juil - 19:16

il prend son temps à répondre, léo, ou alors il a peut-être oublié la question, remarquez, c'est possible aussi, il attend, alban, il tente de se concentrer sur ses yeux, petite astuce de mentaliste pour déceler les émotions, mais, alban a toujours était une grosse merde pour ça, alors saoul, forcément, c'est pire, et ça sert à rien. alors, il tente de le regarder dans les yeux pour l'inciter à répondre, genre, regard pesant, et apparemment, ça marche mieux comme méthode. "ça colle pas?" il répète, il a pas franchement compris, il est con, alors qu'est-ce que vous voulez. et y'a léo qui parle de ce qu'alban veut pas entendre, il bloque, il prend un temps pour démêler ses pensées, mais, c'est un peu la merde, parce que dans son cerveau y'a lou, y'a ce type sur la photo, y'a son paquet de clopes disparus, y'a paola, et il s'y perd rapidement, genre, mauvaise idée, il tente d'y réfléchir, sereinement. "est-il moralement acceptable de frapper ces mecs avec un pied-de-biche? ou autre chose hein j'suis pas compliqué" bah ouais, bah non, mais pourtant c'est bien l'envie qu'il a, dans l'état qu'il est, même si, honnêtement, c'est un danger pour personne, le pauvre garçon tomberait à terre avant même que son poing n'atteigne le visage d'un sale type, alors bon. mais léo, il répond pas à sa question qui sveut être philosophique, et il part se refaire un mélange, et forcément, alban accepte. "eh mec je pense à un truc" il lance/gueule, tout en goûtant la merde en gobelet de léo. "est-ce que ce serait pas genre super drôle si ma lou, ce serait genre ta lou?" et il éclate de rire, le con, la blague de l'année ouais ouais. "genre, imagine." et il lève la tête, et, il voit léo, et, bordel de merde, il espère que l'alcool le mène à des déductions foireuses. "genre..." un autre rire, mais, gêné, nerveux, cette fois. "c'est ça?"

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léo le Jeu 27 Juil - 22:54

micky elle vient même pas te sauver léo. elle te regarde de haut en bas et passe sans s'arrêter, elle s'évade sous tes yeux sans que tu puisses la rattraper. tu te dis que tu pisseras sur son lit pour te venger. quelle bonne idée. t'as plus de verre dans la main, ça te fait perdre contenance. t'attrapes le gobelet de la personne la plus proche de toi, et tu recommences à siroter pour entretenir ton black out du lendemain.ha bon, tu m'as montré une photo de lou ? je vois pas de quoi tu parles. "est-il moralement acceptable de frapper ces mecs avec un pied-de-biche? ou autre chose hein j'suis pas compliqué"  t'étais en train de boire, et t'as tout recracher par le nez. tu t'étouffes, tu tousses, tu t'essuies la bouche et les narines du revers de la main, et tu te remets à siroter dans ton verre comme si de rien n'était, avec le naturel d'une baleine qui fait un trail en montagne, gardant tes deux yeux ronds tel un hiboux sur alban. t'esquisses un sourire forcé, pliant tes yeux comme un chinois, pour signifier que hahaha c'est marrant un pied-de-biche, mais ça fait mal quand même. "eh mec je pense à un truc" qu'il te lance alban. et toi t'es tout content, ton corps se détend soudainement, parce que tu penses que vous avez changez de sujet et qu'il va te dire un truc genre 't'as déjà essayé de péter sur un briquet ? j'ai jamais testé j'ai trop envie de le faire', et vous allez passer le reste de la soirée à vous cramer les poils de cul en rigolant comme des abrutis finis.  "est-ce que ce serait pas genre super drôle si ma lou, ce serait genre ta lou?" t'ouvres encore de grand yeux de hiboux, et tu refoues ton nez dans ton gobelet pour siroter. tu fais l'autruche dans ton cocktail, pensant sérieusement que tu vas réussir à disparaitre à force de loucher sur le fond de ton verre. alban il éclate de rire, mais toi pas du tout, tu te contentes encore de faire une face de chinois qu'à la diarhée pour faire genre hahahaha c'est marrant, alors qu'en vrai tu sens la merde qui se profile à toute vitesse.  "genre..." alban il a compris, et tu te dis que t'aurais du le faire boire plus que ça. tu te dis aussi que faire la liste de toutes vos ex pour voir si vous aviez baisez l'alphabet entier de A à Z, c'était une idée à la con. tu lèves le menton, le regard questionneur, en mode je vois pas de quoi tu parles. "c'est ça?" "hein ?" que tu réponds, du tac au tac, avec la voix dérailleuse et aigüe du mec qui va se pisser dessus. tu toussotes. t'es en face du problème, toi qui d'ordinaire te contente de les éviter en un tour de passe passe. tu croises tes bras qu'a moitié, bloqué par ton gobelet plein de bière et de crottes de nez. "ça serait...grave ?" et t'as l'impression que le visage d'alban est en train de se décomposer, de tomber en morceaux aux pieds de tes claquettes chaussettes. "parce que si c'est le cas c'est pas mon ex hein. pas ma lou. 'fin j'veux dire, j'la connais pas cette fille." tu fronces les sourcils un peu trop, tu fais nerveusement 'non' de la tête, et tu pues le mytho à 30km à la ronde. mais toi t'es saoul, alors tu te dis que ça va passer comme une lettre à la poste.

*******************


sick of loosing soulmates

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Ven 28 Juil - 14:26

Baraa elle a pas trop aimé qu’on la traite de pute. Pourtant ses potes lui parlent bien comme ça et elle rigole alors Dorian il a pas capté le malaise, bah ouais, il était venu s’excuser en plus. Elle lui a quand même collé sa main sur la joue, il l’avait pas vu venir. Ça lui a pas trop plu à Jazz non plus, que Dorian le traite de vioc. Bah ouais, c’est ça d’avancer vers la mort, on essaye de l’éviter puis d’un coup on se rend compte qu’elle est là, devant nous, qu’elle nous attend. Les réflexes de Dorian sont inexistant avec tout cet alcool qu’il a bu. Alors quand Jazz le pousse, le gamin il se laisse aller mollement contre le mur, comme une poupée de chiffon. Même que quand le vieux veut lui fracasser la tête ils tombent tous les deux, à cause de l’eau que Dorian a laisser couler. La soirée va mal finir, qu’il pense très fort. Et puis Mia qui semble être une des seules personnes sobre de la soirée vient les aider à se relever, elle à même couper l’eau. « Bah pour être honnête j’ai un peu mal à la tête, ça te dirais pas de monter chez moi ? Tu pourrais te reposer loin de cette odeur infâme. » C’est un lion Dorian, la moindre gazelle qui passe il lui bondit dessus. Et puis de toute façon c’est vrai qu’il a mal à la tête, alors il oublie Baraa, Jazz, Alban, sa carte bancaire, et il lance à tous. « Bon ceux qui veulent dormir loin de cet appart en ruine, vous avez qu’à monter au 43, y a de la place. » Et il part en claquant la porte, loin de toutes ces âmes perdues.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Ali le Ven 28 Juil - 17:44

tu te retrouves à tenir le verre de sacha, pendant qu'il essaye un peu plus efficacement que toi de limiter les dégâts. la boisson te fait de l'oeil, mais finalement tu te décides à pas l'avaler, c'est pas très gentil de boire la vodka des autres. tu restes donc là, étonnement sage et tranquille, à regarder le réparateur improvisé. y a finalement le type à poil qui te réponds, toujours étalé par terre. sa proposition te fait rire franchement, t'as l'habitude de finir dans d'autres lits que les tiens, mais là honnêtement tu réussis à faire tourner ton cerveau assez rapidement pour en conclure qu'il vaut mieux que ce soir, tu finisses dans ton lit. tu lances sur un ton hilare "je te raccompagne chez toi histoire que tu meures pas en chemin, mais après je pense que celui sur lequel je me reposerai le plus tranquillement, c'est mon lit" t'as un peu pitié pour ce pauvre type complètement nu et étalé par terre, à vrai dire. t'es bourrée, mais t'as l'impression d'être wonderwoman. ton escorte risque d'être assez compliquée, vu que tu marches pas droit. mais t'as pas non plus envie d'avoir un mort sur la conscience. le brun se relève et lance un appelle à tous, et tu réalises enfin -après plusieurs heures- que c'est le coloc' de Paola. "Ohoh", tu lances en riant. elle risque de pas être très contente qu'un after s'organise chez elle. Quand tu vois le brun partir, tout d'un coup décidé, tu décides de le suivre juste pour voir si il rentre vivant chez lui, après tu repartiras dans ton brave numéro 72... hum? 71? bref, tu trouveras louna pour qu'elle te redonne le bon numéro, t'as un léger doute sur le coup.

*******************


On a cueilli des fleurs.
« -Où elles sont? -Elles sont parties. C'est des fleurs qui s'envolent quand on les cueille. -Alors pourquoi on les cueille? -Parce que c'est joli quand elles s'envolent. Et après on les regrette. -J'en veux aussi. »

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Ven 28 Juil - 17:59

Charlie, elle sourit comme une conne devant le spectacle. Dorian à poil et un vieux, Jazz il paraît, étalés par terre, Mia qui coupe l'eau. Ensuite, y a Alban et Paola qui sortent d'une chambre. La colorée, elle les observe passer, un sourcil relevé en mode : "ok non mais ok", parce que ça la fait bien rire. Elle suit plus trop, elle préfère s'éloigner pour boire un peu. Vodka ? Pourquoi pas. Elle se sert un verre et le boit en quelques gorgées. Ouais, c'est cool, c'est bon la vodka. Elle aime bien, mais sans plus. Un peu fatiguée, elle se laisse tomber sur une chaise. Ses yeux rougis et à moitié clos se baladent un peu partout. Les gens à moitié à poil, Alban et un mec (Léo) en pleine discussion autour d'un téléphone, quelques uns sur un canap', celui qui a failli prendre feu sûrement (Wade, Roman, Micky), certains qui veulent partir (Léonie, Basile) avec une fille (Baraa) à côté. Puis là, Charlie, elle se rend compte que Dorian propose à certains (enfin surtout certaines) de venir finir la soirée chez lui. Mia semble l'épauler. La colorée, elle pose son verre, il lui sert plus à rien, et elle se dirige vers monsieur à poil et la blondinette. " Je viens j'suis crevée et... la flemme d'aller jusqu'à mon immeuble. " Un sourire sympa, pour se faire accepter, elle se tient à côté d'eux parce qu'elle sait pas si ils partent directement. Le temps de se retourner, ils se sont barrés, la porte claquée. Elle panique, elle fonce vers la porte, l'ouvre en grand sans la refermer. C'est pas grave, ça servira à ceux qui les suivent, non ? Charlie, elle a l'esprit fatigué et embrumé, elle suit Dorian et Mia, elle connaît pas bien l'immeuble.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

- Sujets similaires