Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 2:40

Doux comme un agneau, ses lèvres s'étirent innocemment quand le prof lui confirme sa demande. Ses yeux se tournent vers Roman, mais il ne se lève pas pour autant, patient. Même si Sach se serait fait un plaisir de rouler lui-même. Toujours aux côtés de Jazz qui de par son âge -peut-être, l'aide à garder les pieds sur terre, ou à garder un air composé en tout cas. Celui-ci le complimente même sur sa prise. Il fronce un peu les sourcils, comme un enfant contrarié, car il n'est pas perdu merci beaucoup, il sait très bien ce qu'il fait, Sach boit. Alors il lui dit. « Je bois, monsieur, j'sais très bien ce que je fais. » Suivit d'un sourire triomphant, puis d'une grande gorgée de vodka. Et wow. Pendant un instant la lapdance du mec (léo) fait pauser Sacha. Il a enlevé son t-shirt et twerk violemment sur l'autre mec en dessous (alban). Ce n'est pas ce que Sach avait imaginé, mais il ne peut retenir son rire. Qu'est-ce que les gens ne feraient pas bourrés.

Tout va beaucoup trop vite parce que le mec qui donnait une lapdance finit sur les genoux d'un autre (roman) et Sach doit boire ou faire quelque chose, parce que ça dérape grave. Tout le monde est mort et lui veut du joint. Les gens vont et viennent sur le canapé, mais y'a pas de places, les mecs. Il grogne un peu et ça veut surtout dire qu'il est pas assez défoncé. Sa vodka se renverse presque quand Sacha capte Wade ou plutôt quand il se fait extirper du mouvement de foule par Wade. Son pote, son bro, il sourit déjà à pleines dents. Sach a juste le temps d'attraper le joint que lui tend l'ancien (Jazz). « Waaade », glousse-t-il. Il est tout coltiné contre son pote et tout de suite la soirée devient plus intéressante. « Toujours pour toi », il susurre avant de tirer une grosse latte du joint. « Ça m'étonne que tu sois déjà réveillé, c'est tôt pour toi bébé. » Sacha se moque, avant de retourner son regard vers l'action.

Ouais, finalement, le prof a pas l'air si sain que ça. Merde, il est chaud. Il se déshabille sans pression, puis la bouteille d'eau et le pantalon et Sacha pensait pas qu'un vieux pouvait avoir autant de cran. C'est pas ses vieux à lui qui le feraient. Un frisson rien que d'y penser et il retire sur le joint. Puis une fille (marie) baisse le caleçon de Dorian. « Ils sont tous allumés… » Finit par conclure Sach alors que les actions s'enchaînent. Ça finit par se concentrer sur des filles et un mec et il tend son joint à Wade ; il reste pas grand-chose, mais ce serait pas un pote s'il partageait pas son ter. Puis sa bouteille est presque vide, alors il en sort une autre de son sac, pleine. Yes.  

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 7:44

C’était carrément le bordel, et Jazz ne savait plus vraiment où donner de la tête. Les gens jouaient aux chaises musicales avec les places inexistantes sur le canapé depuis qu’il était arrivé – et même probablement avant, mais il n’avait pas été présent pour en être témoin –, alors ce n’était pas fort étonnant que de constater qu’il s’était fait voler la sienne. Trempé de la tête au caleçon, avec la braguette ouverte, il se retrouvait comme un con au milieu du groupe. Ce n’était pas qu’il n’aimait pas spécialement être sus le devant de la scène, c’était peut-être parce qu’il n’était pas assez bourré – le foie était un muscle qui, comme tous les autres, se travaillent à l’endurance –, alors il fit quelques pas en arrière pour s’éclipser sur le côté et observer un peu plus ce qu’il se passait.
Il ne savait pas s’il y avait plus de chances qu’il u comprenne les événements bourré, parce que sobre il arrivait à observer, mais il était vrai qu’il avait du mal à analyser le pourquoi du comment. Cette fille qu’il avait désignée (Marie) n’hésita pas une seule seconde à lui enlever fièrement son caleçon, et, évidemment, il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil. Ouais, Dorian avait une belle gueule, et s’il semblait content de son engin, Jazz avait clairement déjà vu mieux. Pas qu’elle soit esthétiquement moche, mais elle n’avait rien d’extraordinaire. Il préférait celle de Roméo ou la sienne, par exemple. Sur ses pensées, il attrapa sa bouteille de rhum déjà presque vide – puisqu’il avait perdu son verre, bien évidemment – et but une gorgée en entendant le mot body shot. Ce fut bien Léonie qui s’y colla, à son plus grand étonnement parce qu’elle n’avait pas l’air particulièrement dans la soirée. Un peu comme lui, essayant de s’amuser mais toujours avec un regard extérieur, comme s’ils n’étaient pas embarqués dans la tornade euphorique de la fête. Il ricana en la voyant faire. Non pas parce que l’action avait clairement quelque chose de sensuel, mais parce qu’il voyait déjà très bien les mecs baver devant les deux filles qui se donnaient à cœur joie de les faire rager. Aaaah, les hormones des adolescents. Cette personne (Marthe) qui était entrain de râler, parce qu’elle doit probablement habiter l’appartement et n’était pas au courant de la fête, finit elle aussi en soutien-gorge. Un autre mec (Basile) se retrouva finalement cul nu, pour tenir compagnie à Léo et Dorian, et Jazz observa doucement sa fesse devenir légèrement rouge. Il s’alluma une cigarette alors qu’il cherchait toujours son joint des yeux. Puis concours de marathon qui devrait vraiment être au programme des sports olympiques, Basile se lança dans une course folle pour dégrafer le plus de soutifs. Il n’était pas mauvais le bougre, et Jazz secoua la tête amusé, en l’entendant essoufflé et fier de lui. Marthe qui voulait seulement être en soutien-gorge à la base, voilà qu’elle rejoignait le clan de ceux qui commençaient réellement à être à poil.
S’étant perdu dans le jeu, et ayant perdu sa chemise – merde, ce n’était pas forcément une chemise de costume, mais quand même –, Jazz décida de s’éloigner quelque peu de l’agitation, pour trouver un coin plus calme pour continuer à teaser et peut-être parler avec quelqu’un. Il n’était pas censé être au bureau demain matin ? Tant pis, ce ne serait pas la première fois. Sa première réaction fut d’aller vers Léonie. Après tout, elle l’avait abordé tout à l’heure pour être à ses côtés, mais Jazz s’était fait avoir par les gages du jeu. Malheureusement, il sembla qu’elle était vraiment le centre de l’attention, puisqu’il se fit devancer par Alban et Basile. Finalement, il haussa les épaules, en lui faisant un petit sourire et un geste de la main désolé, comme pour lui indiquer que si elle voulait venir lui parler sans ces gros lourds bourrés, et bien il ne l’enverrait pas chier. Finalement, il retrouva le joint, à côté de toutes les bouteilles qui restaient encore à sa plus grande surprise, et ce fut en la présence de Wade et Sacha qu’il trouva un peu de compagnie et de réconfort. « Ils sont clairement tous allumés… » Il passa la bouteille de rhum à celui qui voulait, avant d’attraper celle de tequila, de sel et un citron, se faisant un teq paf spontanément. « Bon, puisque tu m’as volé mon joint, j’te propose d’en rouler un autre. » Il lui présenta son pochtar de beuh qu’il avait préalablement récupéré à Roman avant que celui-ci ne disparaisse aussi. C’était que ça coûtait cher, quand même, la drogue. Il avait arrêté avec les années, mais fallait croire que certains les concours de circonstances l’autorisaient à reprendre. Pas qu’il n’ait été un jour un vrai junkie, mais bon. « Bon, et apparemment si tu bois et que tu sais très bien ce que tu sais faire, p’têtre que ton pote et toi allez m’accompagner. » Il leur montra le bordel des ingrédients à teq paf qui avait dégueulassé toute la table. Les colocataires de cet appartement allaient avoir du taf à cleaner tout ça. D’une certaine manière, il était heureux d’avoir atteint l’âge de pouvoir se payer une femme de ménage lorsqu’il organisait une soirée.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Baraa le Lun 24 Juil - 11:11

tu lui demandes si elle sort avec et elle dit que non. elle dit heureusement et tu peux pas t'empêcher de sourire en hochant la tête positivement. " tu m'étonnes. " ouais parce que si c'était son mec, il faisait vraiment n'importe quoi ce soir. d'un coup, t'as l'impression de tenir à mort l'alcool et d'être la seule encore clean du moins, pas trop éméchée. " je crois que je ne suis pas assez déchirée pour une soirée comme celle-ci... " tu grimaces légèrement avant de rire avec marie. c'est vrai, ça devient n'importe quoi. une vraie foire. une meuf en soutif. un gars qui se fait tatouer sur les fesses. un prof avec de la beuh. elle termine sa bouteille de vin marie alors, t'attrapes ta bouteille de vodka qui se trouve un peu plus loin et tu prends une bouteille de jus d'orange qui traîne pas loin. ça fera l'affaire pour le moment. tu te ressers un verre en haussant légèrement les épaules. " ça part souvent en couilles avec alban mais, c'est la première fois qu'il fait une soirée ici... " sinon en général, lorsque vous faites des soirées, c'est vrai que vous êtes souvent dans l'excès. dorian se retrouve en caleçon et il a l'air heureux. tu fronces légèrement les sourcils en le questionnant du regard du genre t'es sérieux là ? ça va vraiment trop loin ! et puis le vieux demande à ce qu'on lui baisse son caleçon alors forcément toi tu détournes le regard et t'espères que ça va passer à l'as. mais y a marie qui te demande de tenir ton verre alors, tu sais qu'elle va le faire. tu termines ton verre d'une seule traite sans te retourner. t'as pas envie de voir ça. t'as pas envie de voir dans quel état il est. t'as juste envie de te tirer d'ici avec jasmine pour picoler jusqu'au bout de la nuit. à la place, tu te concentres sur ta respiration et t'attrapes une chaise pour t'asseoir parce que ta tête commence sérieusement à tourner. ça t'empêche pas de te resservir et de rendre son verre à marie lorsqu'elle revient. " quand je pense que c'est à moi qu'on demandait de ne pas faire n'importe quoi. " une nouvelle gorgée pour appuyer tes propos tandis que le jeu se poursuit. vous vous retrouvez toutes avec le soutif dégrafé pour la plupart mais, tu dis rien parce que c'est basile et parce qu'il est pété. tu tentes malgré tout de le remettre parce que ça va te saouler toute la soirée. parce que c'est chiant. et tu te ressers un verre. encore et encore. t'as arrêté de les compter. et puis le jeu continuait. basile proposait de retirer un haut avec les dents. tu secouais la tête d'un air désabusé mais finalement, tu te levais en frappant une fois dans tes mains. " j'ai pas encore joué ! " mais, c'est que le début de la soirée après tout. tu balaies rapidement la pièce du regard avant de t'arrêter sur un gars que tu connaissais pas (roman). ça sera lui ta cible. tu t'approches avant de te baisser puis de le regarder. " t'imagines pas des trucs ! " ouais parce que la ton visage, il se retrouve pile au bon endroit. tu souris avant d'attraper le bas de son tee-shirt avec les dents. tu le fais remonter doucement mais surement, jusqu'à ce qu'il soit assez haut. alors, tu t'aides tout de même de tes mains pour lui retirer entièrement avant de poser tes lèvres contre les siennes un court instant. il a dit avec sensualité alors, autant mettre toutes les choses de son côté. tu te retires en souriant, en laissant tomber son haut à même le sol. " oups, désolé ! " et puis, tu retournes à ta place pour boire un nouveau shooter avant de désigner quelqu'un. " toi. tu dois terminer cette bouteille le plus rapidement possible ! " tu lui tends une bouteille de téquila vide au deux tiers. ça risque de faire mal quand même.

*******************
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Ali le Lun 24 Juil - 11:55

il se passe une quantité de choses énorme que tes petits yeux ont du mal à suivre. toujours est-il que tu te rends compte que ouais, tout à l'heure t'as foutu un énorme vent à... dorian, c'est bien ça? tu t'en veux un peu, mais l'alcool te fait oublier ça assez vite. ce type, dorian se retrouve vite sans caleçon, marthe topless, pao' mets une fessée digne d'une actrice à ce brun, là bas, qui se met à dégrafer à peu près tous les soutifs. t'en fais partie, tu t'en fous, ton t-shirt traîne encore sur tes épaules. puis une jolie brune aux cheveux ondulés se voit désignée et entreprends d'enlever le t-shirt de quelqu'un avec ses dents.

jusque là tu ris pas mal, tout ça t'amuse énormément, fêtarde que t'es. puis c'est de nouveau ton tour, et la jolie brune te mets au défi de vider ce qu'il reste d'une bouteille de téquila. tu hausses les sourcils brièvement, ça va piquer. mais tu t'en fous encore, trop alcoolisée pour hésiter. tu captes pas la notion des choses en cet instant précis, et tu fixes la bouteille qui - faut s'le dire - te fait de l'oeil. tu peux pas la renier, tu peux pas l'ignorer. tu fais un sourire à la brune et attrapes la bouteille, que tu vides aussi vite que tu le peux. c'est un peu relatif, le temps en cet instant. en réalité tu sais pas quel est ton score, en combien de temps tu liquides la fameuse téquila. toujours est-il que t'as du mal à finir, ça racle la gorge et ça pique, tu sens le passage du liquide dans ton corps. une fois que t'as tout bu, tu jettes un œil sur la direction des toilettes, au cas où. ça risque de resurgir à un moment ou un autre. t'es quelque peu habituée, tu te fais pas de soucis.

t'es complètement hilare, y a plus aucune chance que tu retrouves ta lucidité ce soir. t'essayes de prendre un air réfléchi et faussement sérieux (c'est raté) et désignes quelqu'un du doigt. tu regardes cette personne avec un regard malicieux, les yeux pétillants d'amusement "fais le plus grand nombre de suçons en 2 minutes. à qui tu veux, où tu veux, soit original(e)"

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 13:51

Tout se passe très vite. Charlie, elle se fait limite agresser par Dorian. Quoi que, le mot est fort, il est juste bourré et désespérer de ne pas pouvoir pécho un peu de la gonzesse (pour rester dans la beauf attitude). Elle l'observe partir en courant jusqu'aux toilettes. Pendant ce temps, elle se sert plusieurs verres de vodka à la suite, elle se calme au bout de cinq ou six verres, remplis à moitié.
Y a Alban qui s'fait tirer son pantalon, l'inconnu répondant au nom de Léo qui se fait tatouer sur la fesse par un autre inconnu, Roman. Dire que ce tatouage est précédé d'un lap dance. De Léo pour Alban. Charlie, elle s'assoit dans un coin, pas sur le canapé parce qu'il est attaqué de toutes parts, plutôt dans un coin. Dorian ressort des toilettes, son caleçon se fait baisser. Alors qu'elle se ressert un verre d'alcool, paf. Plus de soutif', enfin si, mais dégrafé. " Mais putain ! Z'êtes pas possibles vous ! Je vous hais ! Tous ! " Elle se retourne et aperçoit le criminel : Basile. Elle lève les yeux au ciel, ça sert à rien d'essayer de lui gueuler dessus, il lui crierait encore plus dessus. Au final, elle laisse juste tomber son soutif, il sert plus à grand chose dégrafé et elle a pas envie de se mettre à oualper pour le remettre. Du coup, le soutien-gorge échoue dans la foule.
Puis au final, Baraa retire le t-shirt d'un mec avec les dents, Mia boit une boutille et désigne Charlie pour le prochain défi. Un max de suçons. Deux minutes, n'importe où, à qui on veut.
Elle sourit, puis elle s'élance d'un coup. Au début, elle fait tout ça dans le cou, avant de passer aux bras, puis n'hésite pas à s'oser sur d'autres zones pour les mecs en slibard. Elle est bourrée maintenant, elle a plus peur Charlie. Puis là, le signal final. Les deux minutes, elles sont finies. " Ah oui oui oui ! " Elle sourit et monte sur une table, pour plus de visibilité. Après tout, maintenant il y a un peu des groupes divers et variés. " Le prochain défi... Hm, voyons... Embrasser le plus de personnes possibles en trois minutes. " Elle lance le top départ. C'est parti, la soirée est définitivement barrée, et ce, depuis plusieurs minutes déjà.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 17:04

Dorian avec l’alcool, la fumée des cigarettes, l’odeur du pétard, et puis c’est un pas une trace de C qu’il aperçoit la bas ? Eh ben il a un peu de mal à faire la part des choses, il est là, en caleçon, tranquillou, quand un vieux croûton (jazz) lui dit de se mettre à poil. Alors Dorian, amorphe, il à rien dit, mais il pensait très fort.  QUI A INVITE SON PERE A LA SOIREE? . Et puis une nana lui saute à moitié dessus. (marie). Une copine de sa sœur peut-être, et elle lui retire son calbut. Alors bon Dorian il pense bien des choses, mais à cet instant il pense aussi qu’il va revomir, alors il va s’asseoir, nu, sur une table. Un petit regard d’excuse vers baraa, et aucune rancune envers marie, trop jolie pour être boudé. Les couilles bien installé sur la nappe d’Alban et de toute sa coloc, il matte les gens souls, les culs à l’air, les gens sobres. Il est assis à côté de sa jolie léonie. Il compte lui faire des avances, mais avant même qu’il ai eu le temps de lui dire que quoi ce soit, Alban débarque, demandant une clope. Évidemment que Dorian il va offrir son caleçon à la jolie Léonie. « Tient léo, la prochaine fois, le premier est gratuit, tu devra payer le prochain, sauf si tu me donne ton soutif ou ton string tout de suite, je te ferrais crédit. » il retrouve du poil de la bête le gamin. Et puis la Dorian il voit Baraa retirer le t-shirt de roman avec ses dents. Il devient un peu rouge, il se lève d’un coup. « EH BARAA, J’ESPÈRE QUE TU VA KIFFER TA NUIT AVEC ROMAN. »  Il dit ça en rigolant un peu pour faire genre, ouais, pour rire hein dorian ? « pute. » qu’il murmure en se rasseyant. Et puis Charlie lance un défis, un vrai défis. Celui d’embrasser le plus de fille en trois minutes. Un truc pour dorian ça. Il commence par Léonie, il lui prend le visage, il pose ses lèvres sur les siennes, doucement il l’embrasse, juste un peu, un baiser tout doux à l’image de la princesse qui le reçoit. Puis il embrasse Mia, rapidement, il la connaît pas tellement. Il serre le visage de Marie entre ses mains et lui colle un baiser d’enfant sur la bouche. Il se fait plaisir avec Marthe et micky, mais pas trop parce que marthe a l’air de sale poil, fallait la prendre par surprise, et que Micky est trop belle pour être embrassé contre son gré. Et puis baraa il hésite, il sait pas trop. Et puis finalement il lui attrape la nuque et il l’embrasse, doucement, sans la brusquer. Il espère que personne va savoir que c’est sa sœur. « Ah ouais lol, on faisait ça quand on était gosse hein baraa ? » Pas du tout Dorian, t’inventes là. Il cherche des excuses, mais tout le monde l’a vu. Il se ressert un verre et scande « offre un lap dance a la personne de ton choix ! » en désignant quelqu’un dans la foule.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 17:34

t'arrives, tu traînes un peu des pieds alors que tu jettes ta marthe adoré dans la gueule du loup sans regarder si elle se met à oilpé ou pas, c'est pas ton trip', tes colocs tu les vois tout le temps comme ça. et là t'entends la voix d'alban parvenir à tes douces oreilles du coup tu te retrouves à te tourner vers lui en ouvrant grand les bras, limite t'es surpris toi-même de te retrouver là. "bien sûr, increvable la bête !" tu lances en te montrant du pouce avec la fierté d'un pou alors que t'es le loser number one du lot. mais t'as la classe, c'est tout. sauf qu'au même moment t'entends un loser (dorian) qui démonte une lampe et bon, tu sais pas à qui elle est mais en deux secondes tu te transformes en rom et ça fait tilt dans ta petite boîte crânienne, tu lèves un bras, choqué. "p'tain mec c'est celle de ma grand mère elle vaux 500 balles ça, tu le sais?? 500 ans. mais j'suis pas un connard, tu peux rembourser que la moitié. 250." tu comptes, parce que ouais, y a que lorsque t'arnaque des gens que t'arrives à calculer comme il faut.
mais c'est bon t'es déphasé, ton attention elle est tournée vers sacha, le seul vrai de l'histoire, le seul qui mérite ton attention. ouais. t'es tout sourire quand il te dit des mots doux, tu pourrais l'écouter toute la nuit, une main sur ses fesses et ton sourire de con aux lèvres. tu le regardes fumer en louchant un peu sur le joint, t'es attiré par l'odeur, mais tu ricanne quand il se fou de ta gueule en beauté. "j'attendais que tu viennes me rejoindre au lit." tu souffles avec un sourire avant de suivre son regard sur les jeunes et tu secoues la tête, toi t'as perdu l'habitude de te foutre à poil depuis très très longtemps, t'as un level up sur eux faut dire, voir même quelques uns. ouais c'est dans ces moments où tu te rends compte que t'es un putain de gandalf pour alcooliques.
du coup tu jettes un regard sur tes hobits imbibés et... un joint arrive devant ton nez. "ayyyyy, le saint graal, bordel." tu souffles en prenant le reste parce que t'es pas regardant, tu relaches ta beuh au fond de la poche de ton jogging, tu t'en occuperas après. et t'as un un gandalf bis (jazz) qui arrive du coup tu bug un peu en voyant quelqu'un mettre en danger ton royaume, tu l'observes en silence alors qu'il te sort de la tise à gogo et qu'il dégueulasse toute ta table. mais tu t'en tapes c'pas toi qui fais le ménage ici, t'appelleras louise. (misogyne af ouais) enfin du coup toi tu vois quelqu'un se rapprocher de sacha et toi mais t'es pas en train de relâcher le brun pour le laisser respirer, nah, c'est limite si tu lui grimpes pas dessus pour faire comprendre que c'est le tiens. t'as des doigts toujours collés sur sa hanche -tu sais pas quand ils ont navigué mais t'as l'impression que c'est le bon endroit- mais tu veux bien attraper la bouteille de rhum de celle libre et t'es déjà en train de boire à même le goulot, le reste de joint toujours fiché entre tes doigts et la bouteille, t'en perds pas une miette. "azy, on peux te suivres dans ça, on peux te suivre dans tout ce que tu veux, même chez toi. t'as des thunes?" tu demandes quand même parce que s'il habite dans un truc dégueulasse tu vas pas non plus essayer d'y aller gratter des trucs. t'as une certaine classe quand même.
bon et tu continues de suivre les histoires des autres quand même, du coup tu bug un petit peu sur les gars qui se font des suçons, l'autre (dorian) qui roule des pelles à tout le monde et ton faible "et pas moi?" qui s'échappe de tes lèvres avec un froncement de sourcils avant de faire la moue vers sacha, genre t'es super triste de pas avoir le droit à une pelle toi aussi. sérieusement. bon, il serait peut-être temps que tu réalises qu'il y a un jeu d'action/vérité qui est lancé quand même, mais là t'as juste envie de boire. en fait. alors on fait tourner la tise, tu te dis, en continuant de prendre une autre gorgée.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Lun 24 Juil - 17:54

honnêtement, ça y est, c'est l'moment où alban est trop saoul, bien trop saoul pour comprendre ce qu'il s'passe, pour se rappeler de ce qu'il s'est passé avant, et pour anticiper ce qu'il va se passer. en tout cas, comme un gros con, il a envoyé quelques sms supplémentaires, genre "grosse soirée chez moi ramenez vous" à pleins de gens, sans trop savoir pourquoi, mais, plus y'a d'bordel, mieux c'est, dans sa tête de petit con. y'a des objets cassés, y'a de l'alcool un peu partout par terre, des bouteilles vides, d'autres pleines, putain, alban trouve même des frites "les gars vous êtes allés au kebab sans moi?" il lâche, là, triste, d'un coup, genre, le kebab des soirées, c'est sacré, voyez, il s'sent exclu, il est triste. il trouve une autre cigarette, là, il choppe un briquet. "putain", il le fait tomber, il s'baisse, problème de gravité, il s'retrouve le cul par terre, mais, il est plus proche du briquet, dans l'fond, c'est bien, alors, il reprend l'briquet, et boum, par terre. "mais nique ta mère" et y'a un inconnu qui passe, là (qui veut), qui lui allume sa clope. "toi t'es une bonne personne, vraiment, je t'aime, on devrait se marier, carrément" et il lève les yeux, et il voit Marthe topless, comme ça. " mais t'es sérieuse?, genre, c'est Marthe, c'est sa coloc, elle peut pas faire ça, elle va l'regretter, ça s'trouve, pas elle. Il s'lève, difficilement, il enlève son t-shirt, là, il le fout sur Marthe, genre, cacher ses seins, tout ça. "mais enfile ça hein, vraiment ". ouais, ça l'fout mal à l'aise, parce que, en tant normal, c'est pas du tout son genre, alors bon. " mais arrêtez de la mater bande de cons" il grogne, là "franchement matez plutôt la queue de dorian ", genre, détourne l'attention comme il peut. " et puis vous m'faîtes tous chier là" merde y'a Alban l'bourré relou qui refait surface, là, mais, franchement, il kiffe pas savoir que tout l'monde reluque sa coloc. Alors, il prend l'air, là, sur l'balcon de la chambre, et il voit Paola. "putain j'ai perdu l'contrôle de la soirée jcrois" il lui lance. " viens m'faire un câlin pour me réconforter steuplé " il lui demande, gentiment, là. " en plus j'ai froid ", ouais, torse nu, dehors, ça s'tient, ça s'tient.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 19:08

Ton train arrive à quai, enfin, après une heure trente de retard et un voyage où, coincée à côté d’un obèse, t’étais à peine capable de bouger les bras pour tourner la page de ton bouquin. T’es pas une nerveuse d’habitude, toi t’es plutôt calme, mais sans ta dose de bouffe, tu deviens moitié irritable. T’as été rendre visite à papa maman pour une semaine, ça t’as mis les nerfs ça aussi. Trop occupés à gérer les allées et venues de personnes moitié à poil et avec la dose de shit qu’ils ont aspiré, t’es pas certaines qu’ils se soient vraiment rendus compte que t’étais là. T’as pu revoir tes potes, c’est ce qui compte. Tu dégaines ton paquet de clopes de ton sac et en allume une pour te détendre sur le chemin jusqu’à l’appart, où tu pourras certainement enfin te retrouver seule, au calme. T’arrive rapidement sur les lieux et abasourdie, tu découvres que la porte d’entrée est entrouverte. La musique résonne dans les couloirs et une fumée grisâtre se faufile dans l’ouverture. Inquiète, t’ouvres la porte en grand, d’un coup. C’est qu’il pourrait y avoir un incendie et des blessés, putain. Pourtant, tout ce que tu trouves c’est une bande de types et de meufs complètement faits, entre la zombification, le naturisme et le coma éthylique. Tu ne pensais pas qu’autant de personnes pouvaient tenir dans votre appart. T’es un peu sous le choc de tout ce que tu viens de découvrir en quelques minutes, alors tu décides d’aller te chercher un remontant dans le frigo pour aller t'enfermer oklm dans ta chambre. Tu fais rouler ta valise à ta suite et lâche un cri  entre la surprise et la peine de mort quand tu découvres que ce dernier est vide. Les kinder pingui que tu avais acheté tout particulièrement pour ton retour ont disparus. T’avais pourtant laissé un post-it "propriété de Louise, tu manges, tu rachètes." La rage monte et tu décides de laisser ta valise en plan pour régler tes comptes. Tu cherches dans la foule une tête connue, oui parce que clairement, ton appart s’est transformé en réunion de shootés en rut, la moitié des gens dansent, fument, s’embrassent, à moitié à poil, et ils se ressemblent tous ces cons. Tu finis par croiser Wade, que tu assassines du regard. « C’était toi le kinder pingui, hein ? » que tu lâches en attrapant férocement le verre qu’il tient à la main pour le boire cul sec. Sans attendre de réponse, tu te casses avec son verre vide et repars à la recherche de tes autres colocataires. Tu trouves enfin les cheveux caractéristiques, bruns bouclés, d’Alban sur le balcon. T’avances à grands pas vers lui. Excédée, tu choppes la clope pincée entre ses lèvres et la secoue un peu pour éliminer la bave. « Elle est passée où la bouffe, putain ? » que tu lui gueules au visage. Assez près pour sentir son haleine porcine. T’ignore royalement la meuf qui se tient sur ses genoux. Peut-être bien qu’un peu de bave d’Alban a été gicler sur sa figure. T’es trop énervée pour être désolée. La dernière coloc passe par-là et t’en profites pour lui reprocher de ne pas avoir tenu sa promesse, elle aussi. « Et mes plantes, t’as vu la gueule qu’elles ont ? » tu lances à Marthe qui semble s’être fait arracher son t-shirt. Sérieusement, un peu d’eau tous les deux-trois jours, c’est pas compliqué, sans compter les pots renversés voir éclatés que t'as aperçu dans l'entrée. Un mouvement de tête en direction du salon de l’appart te signale qu’un inconnu est en train d’utiliser ta valise comme une barre de strip-tease. Tu soupires. T’es clairement pas assez bourrée pour trouver ça drôle. T’attrape un verre des mains d’une personne que tu ne connais pas et avale le tout sans t’inquiéter de son contenu. Relax.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 20:36

La vodka, bourré comme il l'est, la chaleur du breuvage dans sa gorge n'est que plus bienvenue. Il est toujours avare de chaleur et celle de l'alcool est exactement ce qu'il cherche. Wade est toujours là, avec ses mots niais et il ne peut s'empêcher de lever les yeux au ciel à sa réplique. « Bien sûr, quand tu l'auras désinfecté. » Sach le provoque, comme à son habitude. Puis Jazz arrive et l'ambiance change un peu. Il y a des échanges de bouteilles, puis de beuh. Ouais, c'est de la beuh que le vieux lui a gentiment donné, dans les mains de Sacha. Il esquisse un sourire parce que le ciel l'a sûrement entendu, puis une moue, avant de finalement sourire à pleines dents. C'est toujours étrange comme la défonce l'affecte, beaucoup plus expressif, beaucoup moins susceptible. Parce que sobre, jésus, il l'est trop. « Ah, faut pas m'en vouloir, je lui ai fait honneur. » Sach glousse. C'est pas très viril, mais avec un petit peu de chance, ils sont tous bourrés et ils oublieront tous.

C'est peut-être qu'il est trop habitué à la chaleur, ou trop bourré, mais il met un temps à remarquer les doigts de Wade qui se serrent contre sa hanche. Sach comprend pas trop, son esprit partagé entre le ter à rouler et l'alcool présenté par Jazz. Par contre son corps ne met pas longtemps à réagir et non, ses joues ne s'empourprent pas. C'est déjà qu'il fait chaud ici et l'alcool ça donne chaud aussi. C'est pas qu'il est gêné de Wade, non ce genre de gestes, il a l'habitude ; c'est son bro. « Woah, aller où ? » Il est un peu perdu maintenant, son pote a dit un truc, le vieux cool a dit un truc et lui a pas suivi. « Si t'as plus cool que ça, je dis pas non », il tente quand même, histoire de faire genre il a suivi. Parce que Sach, il a un peu l'impression d'être grave paumé et malgré lui, bourré ou pas, c'est jamais un sentiment qu'il affectionne.

Et pendant qu'il se fait tâter le postérieur, y'a un mec (dorian) qui embrasse toutes les filles de la soirée. Lui aussi il a l'air bien parti et Sach aurait pu continuer à regarder, parce qu'une lapdance avait encore été lancée en défi, mais il préfère rouler le joint. Pas pour longtemps puisque la balade de baisers à donner des idées à Wade et que celui-ci se tourne vers Sacha, une moue au visage. Un soupir, des yeux qui se lèvent vers le ciel -encore- et il vient écraser sa main sur le visage de cet idiot. « Arrête un peu, c'est mon truc les yeux de chien battu. » Blague-t-il, avant de coller un bisou sur la joue de Wade ; c'est rapide et léger, mais il va en entendre parler de celui-là. Il finit par se décoller un peu histoire d'atteindre la vodka sur la table. Et il évite presque la fille (louise) qui passe en furie, toute remontée, près d'eux. Elle lâche quelques mots avant de s'évaporer dans le monde et le regard de Sacha la suit, un sourcil arqué, jusqu'à ce qu'elle disparaisse. « Kinder pingui ? » Il demande, finalement, un peu dans le vent. Un peu confus. Un peu perplexe.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Paola le Lun 24 Juil - 20:46

Après avoir lancé Basile au dégrafage de soutif. Tu te ressers un verre ('et là c'est le drame') tu ne te sens plus vraiment bien, pas au point de vomir, mais pas assez bien pour rester dans ce dawa absolu. Tu cherches donc une chambre avec une fenêtre pour rester dans le calme. Mais tu trouves mieux puisque tu tombes nez à nez avec un balcon. Tu te précipites donc sur ce balcon et fait la meuf du titanic sur la rambarde du balcon. La musique dans ta tête et tout le blabla, tu es déjà loin dans ta tête. Sauf que quelqu'un rentre dans ta pièce que tu as trouvée toute seule. Tu penches la tête pour mieux analyser le visage de la personne qui rentre. C'est Alban qui se rend compte que sa soirée dégénère tu rigoles et réponds ''Tu crois ? '' et puis là le gars te demande un câlin. A cette heure-ci un câlin ça ne se refuse pas. ''Mooh ça va alleer'' Tu t'approches de lui et passe tes bras au-dessus autour de lui. Le petit être qu'il est, se plaint d'avoir froid un regard sur tes vêtements pour vérifier si toi aussi on t'avait pas enlevé un truc ''Je peux pas te donner mon t-shirt, par contre je peux t'accompagner dans ton malheur.'' Tu souris et tu enlèves ton t-shirt. T'es hyper compatissante comme fille Paola. En attendant vous êtes tous les deux sur le balcon torse nu. (On fait coucou aux voisins) "C'est vrai qu'il fait pas chaud'' une nouvelle fois tu rigoles c'est pas pour ça que tu regrettes d'avoir retirée ton t-shirt. Bah ouais une fête où tu fini pas à poils c'est une fête ratée. Et là y'a une meuf qui rentre dans la chambre, on peut pas être tranquille dans c'te soirée ? La fille (Louise) a l'air un peu énervé puisqu' apparemment c'est chez elle.. T'attends qu'elle parte "T'avais pas prévenue tes colocs' ? " Tu dis ça comme si tu lui faisais la morale, mais quand t'es bourrée tu sais pas faire genre alors ça ressemble à tout sauf à une quelconque morale, du coup ça te fait rire

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Lun 24 Juil - 21:42

elle est cool, paola, vraiment cool, parce qu'elle lui fait un câlin, et mine de rien, il est tactile, le gars, super tactile, et ça le détend vachement, ce contact physique. "j'sais pas j'suis pas sur de retrouver mon appart en état tu vois" il lance, honnêtement, c'est pas la première fois qu'une soirée de ce genre se passe, mais, c'est peut-être la première fois que y'a autant de gens chez lui, alors bon. Il profite du câlin, il est content, et puis, elle se recule, elle fait chier ? Et elle dit qu'elle veut l'accompagner dans son malheur. Et elle enlève son t-shirt. "ah ouais." C'est vrai que sobre, il regardait Paola dans les yeux, parce que, c'est un mec bien, en théorie, vous comprenez. Mais là, mais là, il en profite " jolis seins, enfin, joli soutien-gorge aussi" est-ce qu'il est supposé lever les yeux maintenant ?  Sauf qu'il est obligé, parce que quelqu'un débarque, rapidement, dans la piaule, sur le balcon, et c'est louise, genre, elle est vivante elle aussi? putain, alban il débarque, il s'sentait abandonné de ses colocs là, avec marthe qui taffe comme une folle, wade qui est occupé à travailler ou décuver, et louise qui a quitté l'navire y'a un moment? est-ce qu'il était au courant de ça? et elle lui enlève sa clope, en plus ? "mais merde" il lâche, là, sur le cul, carrément, genre, tornade la louise. " mais je croyais que tu avais quitté la coloc?" encore une fois, t'as rien compris alban ou alors, trop saoul pour s'en souvenir? sauf que, de toute manière, elle se casse pour aller vociférer ailleurs. " bah j'ai laissé un post-it à marthe tsais, mais je pensais pas que louise allait revenir " et wade, on s'en fiche, parce que, dès qu'alcool il y a, il est content. Mais bon, pour le moment, il se retrouve encore seul avec paola, alors, forcément, il est heureux. " t'es sûr que t'as pas froid, comme ça?" genre, on pourrait se réchauffer ensemble, il pense. " j'ai envie de t'embrasser paola, genre, là, tout de suite " il lance, comme ça, et miracle, il s'rappelle de son prénom.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léonie le Lun 24 Juil - 22:08

Léo, elle capte plus grand chose, assise sur la table entre alban et le naked man (dorian). elle continue à boire, bercée par le brouhaha ambiant qui lui faisait si mal au crâne en début de soirée, lorsqu'elle l'observait de loin sans oser s'y mêler. y a une drôle d'odeur qui flotte autour, un mélange âcre et un peu mentholé (le combo vomi alcool et dentifrice qu'elle peine à identifier) et léo s'en moque. elle papouille alban dans l'optique de mieux lui retirer son pantalon incessamment sous peu et reçoit le caleçon de dorian d'un sourire gentiment moqueur. il évoque ses dessous et elle se fige un quart de seconde en rembobinant la soirée. ah ouais, putain, elle porte "ça". ni plus ni moins un déguisement. ça devrait la mortifier, la gosse habituellement en skinny jeans et t-shirts blancs, mais même pas, l'alcool adoucit peut-être les moeurs, mais il noie aussi les insécurités. surtout les siennes. alors léo, elle hausse un sourcil éloquent, comme si elle envisageait d'accéder à sa requête et en réalité, l'idée de déambuler en lingerie fine ne la dérange même plus. après tout, tout le monde est déjà à moitié à poil, non ? mais on va pas se mentir, elle a d'autres plans pour cette horreur faite caleçon. t'emballes pas, je voulais juste te le confisquer pour le bien de l'humanité. et elle glisse une main câline dans ses cheveux, comme si elle cajolait un enfant de huit ans, approximativement. les défis s'enchaînent et puis tout monde crescendo, du type qui se fait fesser à celui qui dégrafe tous les soutien-gorge (ah tiens, c'est le même) sans parvenir jusqu'à elle, dieu soit loué. léo échappe aussi aux suçons, suppôts de satan qu'elle déteste. c'est vraiment laid et si encore c'était le préliminaire le plus agréable de tous, on lui pardonnerait mais c'est même pas le cas et elle n'a même pas assez de ses dix doigts pour recenser tout ce que ses lèvres pourraient accomplir de plus agréable que ça. mais le ballet qui lui filait le tournis est divertissant, maintenant, et léo glisse son minois contre l'épaule d'alban pour l'observer tranquillement, colonisant les cuisses nues de dorian pour y glisser ses mollets tout chauds. mais ce type, en plus d'avoir remis son froc, commence à s'agiter pour une raison qui lui échappe, il fait tomber son briquet et braille et l'accoudoir se carapate. putain. et comme si ça suffisait pas, ça s'agite aussi à sa gauche. dorian suit avidement un défi des yeux et il a l'air jaloux.
jusqu'au mot qui lui écorche violemment les oreilles et même tout l'épiderme. léo, elle manque s'étouffer avec sa gorgée d'alcool. elle se redresse brusquement et plante des prunelles qui déconnent pas sur dorian (elle les imagine féroces, la môme, le chiot qui se rêve loup) parce que c'est un truc qui la rend dingue. et puis l'alcool, c'est un catalyseur. pour tout. l'amour. le désir. l'enthousiasme. la tristesse. la colère et la rage. c'est qu'un pute de rien du tout et elle devrait même pas en faire cas mais dorian, il prend pour toutes ces petites merdes de son quartier que t'oses jamais défier. qui t'insultent constamment, te coincent contre un mur et chient glorieusement sur la condition de la femme. c'est pas tout à fait leur faute, aux oubliés de la société mais quand elle voit driss, si gentil, si respectueux, quand elle voit simon ou youssef, le mari de sa soeur, quand elle voit papa son héros, elle se dit que si, c'est quand même un peu de leur faute. toutes des putes sauf maman, hein ? qu'elle balance dans un sarcasme amer mais calme, elle n'est pas encore tempête, elle qui sait si peu l'être, quand bien même elle aimerait avoir le panache de ces filles éclats que les garçons désirent tant. t'as conscience que tu traites une nana de pute parce qu'elle soulève un t-shirt alors que tu te promènes les burnes à l'air depuis tout à l'heure ? il la goûte, l'ironie ? léonie, clairement. c'est même pas dit méchamment, elle lui crache pas des trucs à la gueule, parce qu'il a toujours sa jolie aura jaune autour de lui, un peu ternie c'est tout. elle se souvient de la confiance infinie qu'elle a ressenti après seulement trois mots jetés à l'eau et un dérapage verbal mérite pas de tout oublier dans le caniveau. mais ça sort. ça sort, pour toutes les fois où elle s'est tue, pour toutes les fois où elle a subi les quolibets, les insultes, les ragots et la ligne floue du consentement, juste parce que t'es une putain de fille. sérieux, c'est son corps, elle fait ce qu'elle veut avec qui elle veut et ça la rend pas moins respectable pour autant. elle pourrait se faire prendre par tous les mecs de la soirée devant tes yeux que t'aurais pas à la traiter de pute. on est en 2017 les gars, c'est peut-être temps d'arrêter de glorifier les mecs qui baisent tout ce qui bouge et de crucifier les nanas qui font pareil. et elle pourrait continuer longtemps, léo, avec son accent qui fleure bon le sud et sa voix qui s'élève un peu à mesure qu'elle déroules les mots sur sa langue. sans jamais crier, on n'est pas des bêtes, mais y a une forme de passion qui se dessine, de ras-le-bol général. parce que quand t'es une fille, t'es jamais assez, t'es jamais bien, t'es toujours jugée sur ce que tu fais et même sur ce que tu ne fais pas. alors elle est désolée léonie, vraiment, sobre elle se serait immédiatement excusé et flagellé d'avoir éventuellement pu blesser quelqu'un mais là, elle assume. elle le pense. alors tant pis. allez, va la voir et sois gentil pour te rattraper. ouais, elle a rien entendu pourtant baraa, loin comme elle l'était mais tant pis. et puis finalement, dorian se bouge parce qu'il a un gage. il l'embrasse et elle a envie de le repousser parce que techniquement, si on doit pas traiter les filles de pute, on doit pas non plus les embrasser sans leur consentement. et puis, léo, elle se souvient que le consentement est mort, ce soir. depuis longtemps. et puis ... c'est agréable. y a toujours des braises rougeoyantes dans son ventre, suffit de souffler dessus pour rallumer la flamme. léonie, elle ignore si c'est l'ivresse de la vodka ou la bouche de dorian, mais elle en veut plus la môme, un léger courant ondoie comme un fluide électrique le long de sa colonne alors elle répond, elle prolonge rien qu'un peu, pour caresser ses lèvres des siennes. et puis il s'écarte, et continue son tour jusqu'à finir par baraa. incorrigible.
elle se retrouve à nouveau seule, léo plus ou moins. elle observe plus en détail les ombres qui l'entourent, sourit bêtement devant le spectacle de wade et sacha qu'elle trouve absolument adorable, de loin, comme ça. et puis y a le type aux compliments bancals qui la rejoint (basile) léo, elle ignore toujours son nom mais elle l'accueille à bras ouverts. littéralement, à bras ouverts. elle le serre contre elle dans ses bras trop fins et se décale un peu pour lui laisser le loisir de grimper sur la table (bien assez grande pourtant). franchement ? ouais, ça va. j'aurais pas cru, j'ai failli faire demi-tour en arrivant tellement il y avait beaucoup trop de gens. déchirés, en plus ... et toi, ça va ? elle se déride un peu léonie, mais elle n'est pas soûle. elle ne boit jamais à être ivre complet, c'est un sentiment de perte de contrôle qu'elle refuse de ressentir. mais assez pour perdre pied juste ce qu'il faut pour briser les barrières, ça oui. tout semble plus facile, sous influence. doucement, elle dévisage basile de ses prunelles étoilées. elle le détaille longuement, scrute ses traits comme un van gogh avant de poser la question fatidique. t'es toujours aussi prévenant ? qu'elle souffle dans un sourire coton sans cesser de le dévorer de ses opales immenses. c'est vrai ça, il a peut-être des compliments moisis mais il est attentionné. généralement, à cette heure avancée, personne ne se soucie plus de savoir comment vont les gens, surtout les inconnus qui connaissent personne et rasent les murs. au loin, dorian propose un lap-dance avec douze trains de retard et léo laisse échapper un éclat de rire cristallin, qui n'a plus peur d'éclore et de fleurir dans l'atmosphère. franchement, je sais pas si quelqu'un va oser passer après la glorieuse performance de tout à l'heure. raille-t-elle en chassant de son esprit ladite performance qui jure avec ses jolies images mentales. elle en tout cas, ce serait un grand non. pas dans ces conditions. et pas en public, surtout.

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Basile le Lun 24 Juil - 22:33

trop de bruits, trop de chahut. tout bouge trop vite autour de lui. basile il ne sait plus vraiment où donner de la tête. tout le monde part en vrille et il a l'impression d'être entré dans un autre monde. il a l'habitude pourtant que les soirées dégénèrent comme ça. mais ce soir il se sent pas dans le mouvement, pas assez bourré pour suivre ces ivrognes qui ont déjà dégueulé leur déjeuner. ça pue autour de lui, y a de la bouffe par terre, des verres, de l'alcool. y a ses pieds qui collent au sol. alors il décide de s'éloigner un peu de l'épicentre de la pièce (et de la soirée par la même occasion). alors il décide de rejoindre cette brune qu'il a complimenté plus tôt dans la soirée. elle est seule assise sur une table puisqu'alban, puis dorian, viennent de la laisser tomber. il en profite, basile, pour avancer jusqu'à sa hauteur. elle le surprend à lui ouvrir ses bras, comme ça, sans prévenir. elle le serre contre elle et c'est fou parce qu'elle sent bon. vraiment bon. et ça contraste avec toute cette puanteur ambiante. basile, il grimpe ensuite sur la table après qu'elle lui ait fait de la place. la demoiselle dont il ne connaît toujours pas le prénom, lui répond. basile, il la regarde simplement lorsqu'elle parle. c'est un moment de calme dans cette soirée de brute qu'il prend le temps de vivre. tant mieux dans ce cas. moi ... et bien disons que j'ai du mal à les suivre ce soir, mais on s'marre bien c'est le principal. basile il affiche un sourire sincère. ses lèvres se sont pincées, laissant entrevoir une ébauche de fossettes au creux de ses joues. un rire s'échappe d'entre ses lèvres lorsqu'elle finit par lui demander s'il est toujours aussi avenant. un coup d'oeil aux alentours lui permet de voir qu'il doit bien être l'un des seuls encore assez vivant pour se soucier des autres. puis c'est dans sa nature à basile, d'être soucieux des autres. oui et non. disons que tu me donnais envie d'être avenant, t'as un visage plutôt doux, il donne envie de te connaître. il sent ses yeux sur lui, ses yeux qui le transperce, le scrute avec intensité. basile, il ne s'en rend pas compte, mais il fait de même. c'est qu'elle a un charme immense, une beauté presque cachée. ça vient de ce qu'elle renferme, ce qu'elle ne dévoile pas. puis la voix de dorian transperce celles des autres. un lap-dance, encore. et la réplique de léonie le fait sourire. c'est vrai que rivaliser risque d'être difficile. d'ailleurs basile ne s'y risquera pas. il est pas dans le coup, trop loin, trop écarté de l'histoire. il préfère les regarder pour l'instant, il reviendra sûrement dans la partie plus tard. parce qu'il a trouvé un point où se poser. il veut discuter avec elle, tant qu'elle le voudra bien. mince, moi qui pensait que tu te serais désignée pour m'en faire un ... qu'il lance faussement déçu. un ton ironique bien loin d'être discret. c'est pas que ça le dérangerait basile, mais c'est pas non plus comme s'il allait lui en demander un.

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Lun 24 Juil - 22:44

ça demande pas mal de concentration, un tatouage. même si c'est fait avec n'importe quoi, quand il a n'importe quoi dans les veines et dans le corps, et qu'il fait aussi n'importe quoi. roman il s'applique, il y met son coeur son âme sa vie, il fait tout son possible pour que le boule de léo il garde sa beauté. c'est un mec en or, roman.
c'est peut-être pour ça qu'il manque un peu la soirée. parce que roman est concentré, il lève pas les yeux, sauf quand il a terminé, et d'un coup il a l'impression d'être dans un autre monde. y'a des gens qui étaient pas là qui sont là et ceux qui étaient là qui sont là aussi, c'est fou il comprend pas mais roman s'en fiche, il a encore son gin toxic - beurk - donc il le boit.
c'est bon, ça va. les cuisses sont un peu froides maintenant que leo a foutu le camp mais c'est bon, ça va.
mais deux secondes plus tard, le verre de gin toxic est vide - enfin putain - et roman il se prend des yeux de biche en pleine gueule et il capte pas trop. il fronce des sourcils, dévisage la fille et sourit - poli, le mec - quand elle lui parle, même s'il capte pas trop. il va pas lui avouer qu'il pensait à ses animes et qu'il se demandait ce qui était sorti comme épisodes ce soir, ça le fait pas, elle va rire de lui. alors voilà il sourit et il hoche de la tête et puis ensuite wow.
le nirvana.
y'a une meuf(baraa) à ses genoux et des dents sur son t-shirt et the fuck ? ok il pose pas de questions, il la laisse faire, et puis le t-shirt fout le camp et y'a des lippes contre les siennes.
ok ok roman, joue la cool, ça va mon gars.
- non mais t'excuses pas hein, mais il le dit en ricanant comme un idiot la tête un peu dans les nuages.
le monde continue de tourner et roman finit par se lever. il a les jambes engourdies faut dire, il veut bouger. alors il prend son t-shirt au sol et il va voir jazz. enfin il le cherche, et ça prend que quelques secondes, car c'est le seul sel et poivre des environs.
- mon requin, qu'il dit, s'affaisse sur lui, renifle ce qu'il boit et hésite, longtemps, à lui voler son verre. au final il le fait pas mais il lui lance un sale regard qui veut tout dire. avec de la chance, jazz va capter ; c'est le coloc parfait après tout.
deux secondes plus tard, il capte qu'il a les tétons tout tendues.
- j'ai froid mon gars ; il le marmonne mais évidemment, il met pas son t-shirt même s'il est au bout de ses doigts. il regarde autour pour voir les gens et wow, y'a monsieur kebab (wade) alors il hurle - surement dans les oreilles de jazz, évidemment -.
- CAPTAINE DEADPOOL.

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Baraa le Lun 24 Juil - 22:55

tu fais que t'amuser. parce que tout le monde le fait. parce que l'alcool commence à faire effet. avec tous les verres que tu t'es enfilé en un temps record forcément, là tu vas prendre cher. pourtant, la soirée avait bien commencé. t'étais avec ta petite bande. t'avais eu le temps de tacler un peu basile qui te l'avait bien rendu. alban a dit qu'il veillerait sur toi sans savoir que c'était toi qui devais garder un oeil sur lui. et puis dorian, dorian tu préférais ne pas en parler parce qu'il était bien loin, sur une autre planète à l'heure qu'il est. alors, t'as juste retiré le tee-shirt de cet inconnu (roman) et puis, tu as posé tes lèvres contre les siennes avant de t'excuser. mais il a dit que c'était rien. et puis, il a souri. c'est que c'était pas si mal. t'as souri aussi avant de tourner les talons pour t'enfiler un nouveau verre tandis que dorian criait que tu allais passer la nuit avec roman. tu t'es tournée pour le regarder tout en haussant les épaules comme si de rien était, continuant de marcher à l'envers avant de reprendre un verre. t'as même pas envie de te justifier. d'ailleurs, tu ne parles plus jusqu'à ce qu'il vienne te prendre par la nuque et t'embrasser pour un défi. tu réponds même pas. tu restes de marbre jusqu'à ce qu'il dise que c'est "comme quand vous étiez gosses". " on était pas gosses dorian. " que tu rétorques à voix basse assez sèchement. et puis tu soupires avant de reprendre un peu plus fort : " et puis sérieux, va t'habiller là putain ! c'est pas un appart nudiste ici merde ! " ouais, t'en as clairement marre de voir tout le monde à poils d'ailleurs, tu prends ton verre et tu vas t'asseoir dans le canap en croisant les bras. t'attends. t'attends quoi, t'en sais rien mais tu attends. t'as la tête qui tourne au taquet. tu comprends vraiment plus rien de ce qu'il se passe. t'es paumée de chez paumée.

*******************
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Paola le Lun 24 Juil - 23:53

Tu le comprends tout à fait le pauvre organisateur de la soirée qui ne va pas reconnaître son appart demain. ''Il faut que tu t'exiles avant que tout le monde dessaoule et découvre l'appart en plein jours'' Ouais tu réfléchis bien, même bourrée. Enfin après il faut trouver un avion ou un bateau rapidement et c'est pas tellement facile en cette période.

Bon là tu fais ton numéro de charme. Nan, mais quand tu as fait des séjours en tant qu'animatrices pour te payer tes études ils t'ont toujours dit de compatir est d'essayer au maximum de te mettre à la place de l'enfant. Bon, c'est plus un enfant là, mais pas d'inquiétude je gère. Du coup dans cette situation tu as pris l'initiative d'enlever ton haut et de te retrouver en soutif face à Alban.(Le danger est présent) Tu rigoles quand ta poitrine déclenche un 'ah ouais' de la part d'Alban. Tu aurais pu être gênée en temps normal, mais là, actuellement tu ne l'es pas. ''Je peux dire la même chose de ton corps d'athlète'' Les abdos non négligeables qui abordent le ventre du bouclé peuvent laisser personne indifférente.
Là tu comprends que Louise vient parler à Alban d'après ce que tu comprends. T'es hyper fière de ta capacité à comprendre les choses en étant non-sobre. ''C'est de sa faute alors si elle a pas vu, tu as prévenu.'' Tu lui souris pour essayer de le réconforter.

De nouveau vous êtes seul, t'espère qu'il ne va pas y avoir encore une personne qui arrive pour déranger la sérénité du balcon. ''Si tu avais une solution pour avoir plus chaud je dis pas non.'' Il suffirait de rentrer à l'intérieur de l'appart et de fermer la fenêtre mais c'est trop simple pour y penser maintenant. Alban d'un coup se met à te dire qu'il a envie de t'embrasser, t'es pas du genre à tourner autour du pot quand t'es bourrée. ''J'trouve que tu parles trop et que t'agis pas assez Alban.'' Et là tu prends les devants et tu l'embrasses. Enfin avant de repousser Alban ''Laisse-moi deux secondes". Dans ton short tu as toujours des chewing-gum, parce que là c'est pas possible le goût vomi quand tu l'embrasses. Alors, tu lui ouvres la bouche et le dépose sur sa langue avant de sourire ''Ce sera beaucoup mieux comme ça'' T'attends qu'il mâche un peu et tu reprends là où vous en étiez.

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Léo le Lun 24 Juil - 23:57

t'es resté les fesses en l'air pendant un bon moment. t'as presque failli t'endormir sur tes mains en regardant la foire se dessiner devant tes yeux. alors t'avais accroché deux trois jeans au mollet qui passaient devant ton nez, pour leurs réclamer des fins de pétards que t'avais fumé comme un pompier. t'as les yeux tout luisant de bonheur et d'imbécilité, les pommettes rondes et rosies par la chaleur des corps qui se pressent dans cet appartement qui ne ressemble plus à rien. tu t'es levé, t'as regardé le reflet de ton cul dans la porte fenêtre en souriant comme un benêt. t'as l'alcool qu'est redescendu un peu, mais le spliff t'ont rendu plus crétins que jamais. alors que les langues se délient de tous les côtés, ta pauvre petite âme tatouée se retrouve bien seul au milieu du capharnaum. tu fais la moue comme un gosse abandonné au supermarché. tant pis, léo le rigolo on l'oublie vite, comme d'habitude, alors il va aller se faire un cocktail trop bon parce qu'il a plus que ça à foutre. tu te balades un peu en sifflotant, concentré sur ta mission et ton envie du moment : un long island ice tea. tu chopes un verre vide, et tu commences à furter à la recherche de tous les ingrédients de ta potion. cinq minutes plus tard, vodka, gin, rhum blanc, triple sec, tequila, jus de citron et coca sont dans ton verre. sans oublier des glaçons. t'es tout content, tout fier, et tu te pavanes -tout seul- en sirotant ton cocktail à la paille. too precious for you. t'as quand même oublié de remonter ton jean sur tes fesses, alors c'est le cul à l'air que, depuis tout à l'heure, tu te baisses pour attraper les bouteilles et piquer des clopes dans les paquets. et là, une main (louise) chope ton verre. tu fais la gueule une demi seconde puis te ravises quand tu réalises que c'est une fille. une fille qu'a le visage fermé et rabougri, qu'a l'air de vouloir étriper tout le monde qui l'entoure. un sourire béat s'étire sur tes lèvres. tu remontes ton pantalon pour te donner l'air plus présentable. et lentement mais surement, tu articules, en insistant bien trop."saalut, beauté."

*******************


sick of loosing soulmates

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Alban le Mar 25 Juil - 0:24

plus la soirée avance, plus alban aime vraiment, vraiment paola très fort, parce qu'elle sait s'y prendre, avec lui, parce que, contrairement à une certaine blonde, elle est gentille, compréhensive, douce, vraiment douce, c'est possible, une fille qui n'est pas motivée à le détruire, sérieusement? elle essaie même de le réconforter, là, quand l'alcool, louise, tout ça, fait qu'il a un coup de barre, coup de blues, qui repart vite. et c'est vrai qu'il peut être très con, alban, quand il a bu, mal interpréter les choses, comprendre comme ça l'arrange, mais, là, il comprend qu'il a ses chances, alban, de passer un moment peut-être magique avec cette fille, alors, forcément, il est heureux. et elle l'embrasse, d'accord, d'accord, ses mains l'attrapent vite par la taille et elle le repousse, merde ? deux secondes, elle demande. "euh, t'es sûre?" il demande, parce que, maintenant qu'elle a enlevé le t-shirt, comme un con, il s'imagine qu'elle va en enlever plus, genre, pour passer à l'acte, là, maintenant, tout de suite, sur le balcon, et c'est pas que ça le dérangerait en soit, mais, il est surpris quoi. et vas-y qu'elle lui ouvre la bouche, qu'elle lui pose un chewing-gum. il hausse les épaules, il mâche, forcément. " on sera mieux ailleurs ", il lance, en lui prenant la main, et à l'entraînant avec lui, ils sortent de la chambre de marthe, parce que, décidément, mauvais plan. et puis, est-ce qu'elle a des capotes quelque part, marthe? il se fait un chemin dans la foule, rapidement, pour rejoindre sa chambre, c'est mieux, parce que, là, il a la clé, cachée, quelque part, dans un tiroir, et ça le ferait foutrement chier que quelqu'un vienne les déranger, et il met un peu de temps à retrouver la clé, d'ailleurs, mais, c'est bon, c'est réglé, porte fermée, ils sont tranquilles. " c'est mieux, non?" il murmure, en s'approchant d'elle, parce que, maintenant ses mains veulent retrouver son corps, alors bon.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Invité le Mar 25 Juil - 7:42

La soirée se transformait de plus en plus en quelque chose qui ressemblait de loin et de près à une orgie, et Jazz n’aurait pas été étonné de voir apparaître des bonnes sœurs et qu’elles se mettent à prier pour leurs âmes dans le but d’exorciser le soit disant démon en eux. Jazz, lui, il trouvait tout cela amusant. Et s’ils avaient été dans un cartoon, il aurait la personne assise sur le rebord de la fenêtre en mangeant du pop-corn, tout en regardant le bordel digne de la comedia dell’arte italienne.
Jazz, il s’était levé pour quitter symboliquement le jeu. Pas qu’il n’appréciait pas l’agitation de toute un groupe, mais s’il se prêtait tout volontiers, et même aimait provoquer les problèmes, il savait aussi quand se retirer, et clairement certains jeunes avaient certaines choses à régler entre eux. Ah, putain, les hormones. Puis y avait Alban, sur son chemin, qui galérait avec son briquet qui semblait vouloir plus s’amuser avec la loi de la gravité qu’avec son gentil, mais bien trop éméché propriétaire. Secouant la tête de droite à gauche, ou de gauche à droite tout était une question de point de vue, Jazz, dans ses éternels élans de bonté, s’accroupit, en faisant craquer ses genoux putain, et lui alluma sa cigarette. Déclaration d’amour qui réchauffa son cœur, mais complètement disproportionnée. « D’accord Alban. Mais seulement si tu me laisses porter une cape blanche et qu’on se marie les pieds dans l’eau sur une plage de sable fin. » Ouais non. Il était loin d’être romantique, mais il était à peu près sûr qu’à ce stade de la nuit Alban était prêt à tout lui offrir sans exception, et il regrettait soudainement de ne pas avoir demandé plus. Quoiqu’il était presque sérieux pour la cape blanche. Malheureusement, un homme saoul est aimant, trop aimant, parce qu’il partit vite retrouver une autre belle, et Jazz aurait été presque offensé de se faire aussi vite tromper, sous ses yeux.

Puis il alla retrouver un peu au hasard Wade et Sacha, deux mecs qu’il ne connaissait pas réellement, mais si l’un il le voyait souvent au kébab du coin, parce que Jazz, comme tout le monde, avait carrément la dalle à une heure du matin et ne se privait jamais de rajouter un peu de graisse autour de sa taille, et l’autre il l’appréciait déjà parce qu’il semblait aussi chercher la drogue, alors cela ferait l’affaire. Il serait bien allé voir Léonie, toutefois elle était trop occupée à essayer de raisonner des gars désespérément bourrés et donc encore plus macho que normalement. Il sourit. Même dans une telle situation elle essayait de changer le monde. C’était n’importe quoi, et pourtant cela ne faisait que l’apprécier encore un peu plus. « Tu veux faire une contre-soirée chez moi ? Pourquoi on irait pas chez toi plutôt ? » Pas que cela l’embêtait de faire des soirées chez lui, seulement ce n’était pas forcément l’appartement le plus prêt, et vu l’état de chacun, il allait forcément en perdre en route. Sauf que, ouais, il ne savait pas non plus que Wade était déjà chez lui, en quelque sorte parce que son appartement était actuellement violé par tout un tas d’inconnus.
Jazz soupira, néanmoins légèrement amusé, en voyant le petit manège entre Wade et Sacha. Ouais, il était encore tombé sur un couple, ou du moins des jeunes en chaleur qui connaissaient une histoire, guidés très clairement par leurs hormones. Il ne se souvenait pas d’avoir été comme cela à leur âge, quoiqu’il l’avait probablement été et ne voulait pas se rappeler pour d’évidentes raisons.

Puis une autre personne (Louise) débarqua telle une tornade emportait tout, et Jazz sursauta en s’envoyant plein de tequila sur son torse toujours nu, toujours humide, l’eau se mélangeant à présent avec l’éthanol. Il jura en anglais entre ses dents, ne comprenant absolument rien à cette histoire de kinder pingui, mais comprenant aisément qu’elle n’était pas forcément la personne la plus heureuse de voir qu’il y avait une soirée ici. Ouais, elle devait être l’une des colocataires. S’en allant comme elle était arrivée, elle disparut soudainement pour aller trouver certainement le coupable. Si elle cherchait le responsable, elle n’allait certainement pas dormir de suite. Quoique dans tous les cas, elle n’allait certainement pas dormir de suite.

Puis sans prévenir, une nouvelle fois sinon ce n’était pas drôle, il sentit Roman s’écrouler sur lui de presque tout son poids, et Jazz fit un pas en avant, déstabilisé, s’efforçant de retrouver l’équilibre s’il ne voulait pas qu’ils tombent tous les deux à la renverse. Il grogna encore une fois lorsqu’il se rendit compte que l’action l’avait encore fait renverser de la tequila sur sa peau nue. Il allait coller, et puer. Heureusement que l’alcool tenait chaud. « C’est quoi ce surnom sorti de nulle part ? », rigolait-il. Clairement, Roman s’obstinait à l’appeler ainsi, et la raison lui échappait. Pas qu’il s’en plaigne, être un requin avait quelque chose de gratifiant, mais ils n’étaient pas non plus connus pour être les bêtes les plus saines. « Si t’as froid, verse-toi de l’alcool dessus, ça tient chaud et t’auras l’impression de prendre un bain. » Ouais non. C’était débile comme idée, non ? Il fallait boire l’alcool, pas se le verser sur leurs torses nus. Quoique cela marchait, non ? Puisque Jazz n’avait pas froid depuis tout à l’heure, pourtant mouillé et à moitié nu de son précédent strip tease. Ou alors était-ce l’alcool ingurgité qui commençait à faire effet ? Dans les deux cas, c’était plutôt efficace.
Il lui hurla dans les oreilles, un truc qu’il peina à comprendre que parce qu’il avait lu les bds et qu’elles étaient géniales. Heureusement, cela sembla le réveiller d’un coup, et il aperçut un zippo laissé à l’abandon, mais toujours allumé, sur le canapé et qui commençait à créer une jolie flamme. « Shit. Et toi, là ! Tu commences à prendre feu ! », qu’il hurla à la personne (qui veut) juste à côté de l’étincelle qui commençait à se montrer agressive. Malheureusement, pire des réactions, cette personne balança son verre d’alcool sur la flamme, qui se délecta de cette nourriture. Jazz bouscula certaines personnes sur son passage pour choper une bouteille d’eau heureusement abandonnée dans un coin, et vider son contenu sur le feu naissant. Plus de peur que de mal, mais cela avait bien causé un trou dans le tissu et la mousse du canapé.
Il alla chercher Alban, qu’il trouva sans peine sur le balcon, et s’en tamponna royalement la quille d’apparemment lui briser son plan. « Hey l’étudiant ! Arrête d’essayer de pécho, t’as un mec (ou une meuf) qu’a fait un trou dans ton canapé. » En vrai, vu son état, ç’aurait pu très bien être Alban. mais ça n’était pas lui, alors, maître de la soirée, il devrait faire quelque chose, non ? C’était pas son appartement, mais il se voyait mal se faire embarquer par les flics, ou appeler les pompiers, avec tous ces jeunes. Ça serait vraiment mal vu, non ?

Invité
Invité


Re: ( RPLABANDEETQUIVEUtWESH) GO THE NIGHT

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

- Sujets similaires