BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Dim 6 Aoû - 20:55


VIVI
citation ici citation ici

prénom viviane qui plane comme une arme de guerre, repeints ses contours de verre fêlé du bout des doigts trempés dans la voie lactée lieu de naissance englobée dans ses iris verdâtres, elle est née dans un manteau de neige un cinq janvier à paris âge poupée ratée qui traine son échine depuis vingt-deux ans  job ou études connue des bureaux de police pour ses révolutions humanitaires, vivi elle cogne de son poing plutôt que de baisser sa culotte, se bat pour les droits des hommes, pour l’égalité des sexes, souvent se sent seule réveillée dans ce monde qui grouille à sa perte, s’écrasant comme une météore contre le bitume à la connaissance limitée, lutte au quotidien pour que se meuvent les cerveaux étriqués des télévisions laveuses d'esprit situation une myriade d’étoiles qui traverse son échine, ne se sent pas courtisée par les plaisirs charnels, exècre même les caresses dans les draps salis, perdue dans les fractures de la réalité de la jeunesse qui lui échappe du bout des phalanges choix d'immeuble deux avatar peltz pseudo poussière d'étoile.


La coloc, choix ou obligation ? Quelles sont les raisons pour lesquelles tu souhaites emménager avec 3 inconnus ? si cela reste de prime abord un choix, c'est également une obligation d'une certaine manière. bien que très indépendante, vivi a du mal à rester seule; elle n'y parvient encore qu'assez difficilement parce que simo occupe l'espace vide et elle a de ce fait besoin de le combler afin de ne pas trop y penser. elle a eu l'habitude de vivre avec plusieurs personnes sous le même toit étant donné que souvent, sa mère recueillait des personnes plus démunies.
Tu rentres après une journée de boulot épuisante en n'ayant pas eu le temps de manger le midi, et tu découvres que le frigo est vide parce que Tom a oublié d'aller faire les courses, tu fais quoi ? vivi hausserait les épaules, ayant adopté le végétarisme il y a de cela quelques années, elle a souvent été en retrait quant aux repas partagés. elle a donc toujours une réserve de ses aliments bio dans son mini-frigo dans sa chambre.
Quelle est la répartition des tâches idéale pour toi au sein d'une colocation ? (Tâches ménagères, courses, règles de vie...) vivi étant de nature maniaque, elle risque de ne pas être magnanime si un quelconque colocataire ne remplit pas ses tâches attribuées. elle tiendrait une liste bien visible avec des tournantes pour que chacun y mette un peu du sien.
La nuit, tu es plutôt du genre... Dodo à 20h ? Grosse soirée jusqu'à 3h du mat' ? D'humeur séductrice, une conquête dans ton lit ? elle n'est pas de nature fêtarde, elle préfère être dans son lit (et seule de préférence) à regarder des séries qu'à partager des bières dans un bar.
décris le caractère de ton personnage en quelques mots
(une constellation) funambule entre les gratte-ciels de ses rêves, elle vacille entre le plafond d'ses pensées et la ligne directrice que ses parents lui ont imposé. elle a souvent l'coeur au bord des lèvres quand elle acquiesce maman et ses directives de chrétienne aveugle, de communiste stupide qui s'complait bien dans son métro, boulot, dodo. vivi elle a toujours rêvé d'autre chose, quelque chose de différent.

(deux cratères) la lune qui se morcelle sous ses pieds, vivi qui s'cassait presque dans la paume de ses mains, des petits morceaux qui trébuchent, son temple qui dégringole son coeur en cendres. elle était des soirs mélancoliques, d'ces soirs brouillard dans la nuit. Les yeux embrumés, l'estomac embrouillé. elle s’en souviendra toute sa vie, de cette soirée. de ces cris étouffés, puis tantôt perçants. l’animosité qui prenait possession des corps. des pas pressés qui remontaient paris. les mots écorchés, les maux lacérés. les vagues à l’âme, les vagues à larmes dans lesquels on se noie, sans avoir pied, sans pouvoir nager. le bruit de tous ces échos qui se jetaient en elle, comme des vagues contre le rivage, contre les vagues contre les dunes et ça lui faisait avoir des hauts-le-coeur. c’était une flamme qu’elle avait gardé bien trop longtemps dans son plexus solaire, qui s’alimentait de mots lancés, d’actions regrettables et de mauvaises unions. et même si elle se sentait proche du gouffre, coincée près d’un grand précipice ou bien même près d’une fenêtre grande ouverte sans pour autant parvenir à reculer ou même sauter, elle songeait, elle songeait que si cet ange salutaire lui était venu en aide ce soir, c’était peut-être pour sauver une partie de son âme, avant qu’elle ne s’échoue lamentablement aux pieds des cerbères des enfers.

(trois nébuleuses) le temps qui s’égrène, le temps qui ne se fige plus dans un sablier dont le sable a été soufflé. de la rencontre de leur peau naissaient des galaxies au-dessus de leurs têtes. la réalité revêtait les drapés du rêve, le rêve dont elle s’était éprise ces derniers mois durant, lors de ces divagations à ce futur probable. cette scène qui avait des allures tristes se ponctue maintenant de douces couleurs qui montèrent des pieds jusqu’à la tête de vivi, la berçant de réconfort. elle sentait comme la chaleur d’un brasier au milieu de son ventre-papillon et dans son esprit se bousculent quelques mélodies, quelques bouquets de proses qui prennent des couleurs enchanteresses. elle se sentait un peu percluse. comme un enfant amoureux pour la première fois. dans le fond, c’est un peu le cas. vivi n’avait jamais réellement eu de relation amoureuse. elle ne savait pas quoi faire. restait là. les bras qui pendaient le long de son corps. elle ne savait pas comment s’y prendre, vivi. elle plaçait ses mains en forme de caresse autour de sa taille et ses joues rubescentes pourraient la trahir. l’estomac qui partait en vadrouille et pourtant l’enveloppe charnelle qui restait là, comme les lampadaires dans la rue qui la quittaient jamais. elle rendait son baiser-coccinnelle, elle laissait sa main épouser son corps, elle lui donnait son coeur à travers les lèvres, elle s’envolait sur une autre planète avec sa fusée. (ou peut-être n'était-ce qu'un doux rêve ?)

(quatre planètes) son coeur conduisait toujours les obsèques de son frère et pour refermer la plaie béante de sa disparition, elle se devait de quitter l’école qu’ils avaient fréquentés tous deux. elle veut plus vivre comme ça, veut plus vivre sans lui. veut plus monter les escaliers de l’école seule, sans main à serrer, veut plus déambuler les couloirs avec personne à admirer, veut plus aller à la cantine sans faire des batailles de nourriture. veut plus n’avoir personne à aller voir quand son coeur a un accrochage ou même quand il fait un décollage, elle veut plus n’avoir plus rien à dire. juste respirer bruyamment. avoir les angoisses qui montent à la tête et la font tourner, les vertiges qui la gagnent lorsqu’elle est dans ces locaux. alcool, blues. jeunesse talking blues. elle ne devenait qu’un voyou. y a plus d’endroit qui faisait taire le vacarme de ses idées noires. plus personne pour faire sauter ses pensées périmées. elle parle fort comme si elle cherchait à couvrir le bruit qu’il y avait dans sa tête. elle a été abîmée par simo. alors, inconsciemment elle se punit. il n’est plus là pour lui mettre aux poignets des des bracelets de tissu qui deviendront des bracelets de fleurs. elle n’avait pas assez de force pour s’emmener loin, loin des griffes de la colère. loin des regrets, loin des nausées. lyon, bonjour.

donne 5 anecdotes sur sa façon de vivre au quotidien
09:14, vivi qui tient à garder un rythme convenable de vie même en ayant arrêté ses études, veut pas rester plonger dans ses draps les poings serrés de ce désespoir qui meurtri son coeur, pour pas laisser s’enfermer l’adolescence rêveuse qu’elle dans sa cage thoracique trop menue. alors elle va prendre son petit déjeuner sain, se poste quelques instants face à un miroir passer revue aux poches de chagrin qui se logent sous ses yeux. 10:30, elle se met en recherche de nouvelles sociétés en fraude pour entrelacer le silence, chasse les marques ne prenant pas soin des animaux, en fait un article où les mots trébuches de ses doigts parfois hésitants. 11:23, vivi va commencer à faire le ménage dans sa chambre et dans les communs, si jamais elle juge que cela est nécessaire (ce qui en soit, ne l’est pas souvent). 12:44, commence ses activités humanitaires.


Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Ed le Dim 6 Aoû - 20:59

PRINCESSE.

Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Dim 6 Aoû - 21:04

tu viens pour un autographe c’est ça ? (ou pour un bisou )

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Dim 6 Aoû - 21:06

t'es belle.
je sens qu'on va tellement bien s'entendre.

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Ed le Dim 6 Aoû - 21:20

Bah les deux en fait ?

Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Léonie le Dim 6 Aoû - 22:20

rebienvenue baby I love you je m'attendais à une nico 2.0 mais ça s'annonce radicalement différent

Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Dim 6 Aoû - 23:20

(re)bienvenue ma belle I love you

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Lun 7 Aoû - 0:03

ed, l'autographe sur la fesse droite et le bisou sur la gauche?
léa, en plus on reste coloc' du coup
léonie, merci baby très différent effectivement mais je n'en reste pas moins fidèle à moi-même, elle sera torturée en quelque sorte
#prayforcesario, merci mon amour, tu m'réserves un lien par contre

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Baraa le Lun 7 Aoû - 11:12

bienvenue ma belle
excellent choix d'avatar

*******************
Don't be afraid to catch feels
I know you ain't afraid about this
Baby I know you ain't scared to catch feels

Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Lun 7 Aoû - 13:19

ce personnage est de toute beauté, évidemment que je te garde un lien
immeuble 2, appartement 23 avec @Ismail , @Sacha et @Tony

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Invité le Lun 7 Aoû - 13:26

merci mes amours, coeur sur vous I love you

Invité
Invité


Re: BLEUS COSMIQUES

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires