bad together // alban.

Message par Invité le Mer 16 Aoû - 21:45

Elle se l'était juré, quatre ans auparavant, plus jamais elle ne remettrait les pieds dans un bar, et surtout, elle ne boirait plus. Elle en a trop souffert de l'alcool, parce qu'au début, c'est mignon, c'est inoffensif. On chope un mal de crâne insoutenable le lendemain, mais on est rapidement en forme après cet épisode flou dans un esprit qui cherche à recoller les morceaux de cette soirée. Sauf qu'avec Ollie, ça a dérapé. Trop vite, trop violemment. A vingt ans, elle a fini dans une cure de désintoxication, c'était l'une des plus jeunes, si ce n'est pas la plus jeune, et elle n'en pouvait plus des regards de pitié qu'on a pu lui accorder. Elle n'avait pas besoin que les autres lui disent qu'elle avait raté sa vie, gâché son existence de la sorte pour qu'elle le sache. Mais voilà qu'elle se retrouve dans l'un de ses anciens bars préférés, sa fierté lui a trop souvent empêché d'avouer aux gens qu'elle avait suivi une cure de désintoxication pour sortir de l'enfer qu'était devenu sa vie. Alors elle cherche souvent une excuse pour décliner une invitation dans un bar, mais cette fois elle n'avait pas le choix. Viviane, avait insisté pour qu'elles se rejoignent ici. Elles devaient parler apparemment, sans doute du bordel que les deux jeunes femmes allaient mettre à la prochaine manifestation où elles participeront. Hésitante au début, elle songe à se défiler. Partir serait simple, elle n'a qu'à dire à son amie qu'elle ne se sentait pas bien. Mais les deux filles savent très bien, qu'Ollie ne manque pas une occasion comme celle-ci, d'ouvrir sa gueule un peu plus grand que la dernière fois. Alors elle prend une grande inspiration, et rentre. Elle a l'impression de faire tâche, habillée de la sorte. Une chemise blanche dont les manches sont légèrement retroussées, son jean bleu troué aux genoux et une paire de converses basses blanches, elle fait tâche, la moitié des gens sont soit habillés un peu n'importe comment, soit trop bien pour ce lieu. En avance comme toujours, Ollie elle va s'asseoir au bar. Elle est tentée, beaucoup trop pour que ce soit bien. Elle n'a jamais vraiment arrêté, un écart par-ci et un écart par-là font que son sang commence à s'habituer à la dose d'alcool dont elle s'est privée depuis quatre ans. Elle soupire, maudit son amie de l'avoir invitée ici, se maudit d'avoir cédé, de ne pas avoir dit non. C'est simple pourtant, elle a pratiquement toujours su dire non, particulièrement dans les dernières années de sa vie. Mais elle vient de retrouver Vivi, elle veut revoir sa copine. Parce que c'était pas rose lorsqu'Ollie était sur Lyon pour la dernière fois. Obnubilée par son téléphone, harcelant son amie de messages pour savoir où elle est, qu'elle n'entend pas le barman qui lui parle depuis plusieurs secondes. Après l'avoir remarqué, elle s'excuse, et commande deux bières blondes. Elle espère en tout cas que cela conviendra à sa partenaire du soir. En rangeant son téléphone dans la poche arrière de son pantalon, elle l'aperçoit du coin de l'oeil. Cela faisait longtemps, tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas vu, pas après qu'elle soit partie comme une voleuse. Alban, il a toujours la même gueule, cette même gueule qui avait fait craquer Ollie il y a des années de cela. C'était une gamine à l'époque, mais rien n'a changé. Elle est tentée d'aller lui parler. Parce qu'au fond, elle l'aime toujours un peu. Mais eux deux, ça marche pas. Ils sont toxiques l'un pour l'autre, c'est une relation malsaine, un cercle vicieux. Et Ollie veut pas retomber là-dedans. Elle se rend bien vite compte qu'elle finit par fixer le brun, et détourne rapidement son regard qu'elle concentre sur les deux verres qui viennent d'arriver devant elle. Elle ferme les yeux, peste contre elle-même.

Invité
Invité


Re: bad together // alban.

Message par Alban le Jeu 17 Aoû - 20:02

troisième verre, ou quatrième, ou peut-être bien cinquième. mais y'a des potes de la fac, là, soirée imprévue, soirée qui l'éloigne un peu d'la bande, ça l'évite de penser à israa, à toute cette merde, comme s'il s'était rien passé, c'est pas plus mal, d'être dans l'déni pour une nuit, rien que pour une nuit. il pense à autre chose, il pense à rien, et ça lui fait du bien. mais y'a une tape contre son épaule, là, un collègue qui lui lance que y'a une jolie fille qui les mate, depuis un petit moment. il lève les yeux, curieux, quand même, de voir si c'est vrai, d'voir la jolie fille en question. et il croise son regard, forcément. ça le fige, ça le glace, un moment. parce qu'il avait oublié ce visage. parce qu'au bout de plusieurs mois, même plus, il était enfin parvenu à l'extraire de son esprit. et elle revient. prête à tout chambouler, prête à tout changer. évidemment. il tente de faire abstraction des commentaires salaces que peuvent faire ses potes, en voyant qu'elle les mate avec insistance. et puis, merde, il pense, et il lui en veut, parce qu'elle revient, qu'il sait pas comment gérer les choses, qu'elle est partie, putain. y'a cette impression de relation inachevée. y'a ce manque d'explication, de délicatesse, d'empathie. il sdemande si c'était prévu, son départ. égocentrique comme il est, il se demande si elle est partie pour l'atteindre une dernière fois, fatalement. putain.
alors, il se lève, il marmonne une excuse à ses potes, et le voilà qui trouve une place de libre à côté d'elle. impossible d'oublier qu'elle est là ce soir. et y'a l'envie d'entendre sa voix à nouveau qui arrive, maintenant, parce que peu à peu les souvenirs le submergent, alban. les mauvais, comme les bons. ses doigts tapotent contre sa cuisse, merde, le voilà nerveux devant elle. il essaie de capter le regard du barman, pour avoir un verre entre les mains. et aussi pour ne pas avoir à la regarder, elle, droit dans les yeux, maintenant qu'il est là, il se sent moins brave, le gamin. "ça fait longtemps que t'es rentrée ?" il demande, enfin, sans quitter du regard le barman, là, il a la sensation qu'un peu plus d'alcool lui fera du bien, lui permettra de l'affronter, elle. elle part sans un mot, et revient sans un mot. peut-être l'une de ses rares constantes.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: bad together // alban.

Message par Invité le Jeu 17 Aoû - 22:11

elle aurait pu descendre un verre de vodka pure sur l'instant. elle n'aurait pas hésité. du coin de l'oeil, elle l'a vu, lui et ses copains. elle a bien vu qu'un de ses compagnons avait remarqué qu'elle les fixait. en même temps, tout le monde a dû le remarquer. tout le monde sauf elle, trop concentrée à détailler les détails de son visage qu'elle n'avait pas vu depuis près de quatre ans. elle sait pas trop comment se sentir. soulagée ? non pas vraiment. parce qu'elle a toujours su qu'alban, c'était un peu les problèmes. elle a sa part de responsabilité dans l'histoire, mais si c'était pas pour sa sale gueule, elle aurait sûrement pas fini comme ça. enfin. ollie elle croit que tout arrive pour une raison. elle a bien dû faire quelque chose pour finir là-dedans. c'est peut-être parce qu'elle a volé le goûter d'un gosse y a quelques années. sans doute, c'est trop tard pour tergiverser sur le sujet. mais l'goûter du gosse était quand même bon. il s'assoit à côté d'elle, elle a envie de ronger ses ongles, enfin chez elle, c'est plutôt les mordiller, chose qu'elle fait souvent quand elle est stressée. parce que le retrouver, ça stresse un peu la brune. il lui demande si ça fait longtemps qu'elle est rentrée. elle a envie de lui dire qu'elle vient juste d'arriver, qu'elle voulait le voir. mais ça serait que des conneries. parce que ça fait des semaines qu'elle est là ollie, mais elle a juste pas eu les couilles de venir lui parler putain. « deux mois. » elle parle pas fort ollie, c'est comme si elle avait perdu sa voix. ce soir, elle n'est plus la grande gueule qu'elle aurait pu être dans des circonstances différentes. « j'voulais venir te reparler. mais... » elle se mord la lèvre inférieure, hausse doucement les épaules. elle prend une grande inspiration, parce que putain ça lui fait mal au cul d'admettre ça. « j'savais pas si c'était une bonne chose. j'suis partie en te disant rien, j'peux pas attendre de toi que tu m'ais attendue pendant quatre ans. » elle déglutit. d'un côté elle aurait aimé qu'il l'attende. mais bordel c'pas lui, c'pas alban. elle l'imagine mal attendre une nana sagement pendant quatre ans. voyant qu'elle attend de manière impatiente le barman, ollie lui glisse une des deux bières qui trône devant elle. visiblement, elle est coincée ici avec lui ce soir, sans viviane pour venir à sa rescousse. « tiens. j'crois qu'elle te sera plus utile qu'à moi. » elle souffle, un léger sourire aux lèvres. ça lui fait du bien putain, de le revoir, d'entendre sa voix. y a les souvenirs qui remontent dans sa tête. les bons, en premier. ça lui fait du bien, un peu. se souvenir du bon temps. puis après viennent les moins bons. merde.

Invité
Invité


Re: bad together // alban.

Message par Alban le Ven 18 Aoû - 22:43

forcément, le barman le capte toujours pas. forcément, ça l'énerve, alban. encore plus quand il entend la réponse d'ollie. deux mois. deux mois, c'est rien, sur quatre ans d'absence. mais deux mois, avec leur relation, ça lui semble énorme, au gamin. il comprend qu'elle a vraiment envoyé valser le "nous" qu'ils représentaient à l'époque. déjà, en partant aussi vite. et en revenant sans prendre la peine de lui envoyer un message, quelque chose. sans montrer aucun foutu signe de vie. il a l'impression qu'elle y crache dessus, sur leur relation. le déshonneur complet. il décide quand même de prendre son courage à deux mains, et à se retourner, pour l'affronter, sans se cacher. elle s'explique. "mais j'en valais pas la peine?" il essaie de deviner, ça n'peut qu'être ça, dans sa tête, pour qu'elle renie à ce point le passé. c'est vrai qu'il comprend pas vraiment, c'est vrai qu'il est vexé, depuis l'temps, d'avoir l'impression de se faire jeter comme un kleenex, comme ça. ni plus ni moins. y'a un rire jaune qui s'échappe de ses lèvres, quand elle continue sa phrase. il secoue la tête, il tente de chasser de son esprit certains mots, vexant, qui peuvent sortir à tout moment. et elle lui propose une des deux bières. forcément, c'est alban, il accepte et l'attrape rapidement. "parce que, l'idéal pour toi, ça aurait été que j'attende comme un clébard sans trop savoir si t'allais revenir un jour? pendant que tu t'ferais péter par des connards je n'sais où?" et y'a la colère qui ressort, un peu, faut croire qu'être avec ollie l'rend mauvais, plus mauvais qu'il ne l'est vraiment. mais c'est que les mauvais souvenirs après son départ lui reviennent très vite en tête. d'abord, la première phase, celle où il était encore énervé contre elle, sans trop se rappeler pourquoi. et la deuxième, celle où il pensait qu'elle allait lui renvoyer un message à tout moment, où il pensait qu'elle était un peu vexée, sans doute par une dispute qui a volé un peu trop haut, mais ça allait. et après, la phase où il a compris que c'était différent, cette fois. où il s'est dit qu'en s'excusant, vraiment, ça allait marcher mais, toujours aucune réponse de sa part. est-ce qu'elle voyait au moins ses messages? et y'a eu l'étape où il a compris qu'elle était vraiment partie.
"c'est con, tu l'sais pourtant que j'ai horreur de la solitude." il conclut, en buvant plusieurs gorgées de la bière. manque de chance, c'est une bière légère. lui, il aurait voulu une à dix degrés, au moins, histoire de la sentir passée et d'être saoul avant la fin de la pinte. mais bon. évidemment qu'il a eu des filles depuis. il connait pas tous les prénoms, elles sont loin d'avoir toutes comptées. et y'a lou, aussi, maintenant. lou, qui compte, lou, qui change tout.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: bad together // alban.

Message par Invité le Ven 18 Aoû - 23:09

ça lui fait mal d'entendre ses mots à ollie. tellement mal, elle a l'impression qu'on lui tord les boyaux, lui arrache les tripes. pourtant elle le sait, au fond. tout ce qu'il dit, c'est vrai. c'est putain de vrai. elle s'est focalisée sur elle pendant cette période, mais comme l'égoïste qu'elle a été, elle a pas pensé à lui. elle pensait sans doute qu'il aurait voulu l'en empêcher, et putain ça lui aurait brisé le coeur à ollie. comme elle a dû briser le sien en partant comme ça. elle aurait du lui écrire, lui dire quelque chose. mais ça, elle l'avouera jamais. encore moins à lui, parce que y a sa fierté qui rentre en jeu. et là ça change tout, parce qu'ollie elle est fière comme un paon. et ça l'a détruite, cette relation. elle aurait jamais pensé que ça partirait aussi loin. elle pensait pas qu'elle devrait revenir sur paris, s'éloigner de lui, subir les regards remplis de pitié de sa famille. elle se pince les lèvres, elle sent les larmes qui montent à ses yeux. elle touche pas à son verre, c'est la raison pour laquelle elle est dans cette situation, qu'elle doit lui faire face aujourd'hui, après quatre ans d'absence, quatre ans de silence. elle a envie de tout lui balancer à la gueule ollie, oh tellement. mais elle sait que ça n'arrangera rien. pour une fois, elle a pas envie de crier. c'est juste la gamine douce qui refait surface, la gamine qui se fait sermonner. mais elle est aussi piquée au vif ollie, elle supporte pas ses accusations. alban c'est le seul homme qu'elle ait aimé, et il le sait. lui dire qu'à ses yeux il n'en valait pas la peine, autant lui jeter un caillou en pleine gueule, ça aura le même effet. « tu sais très bien que c'est pas vrai. » elle grogne, elle est agacée un peu ollie.  « et comment j'étais censée te joindre ? par corbeau peut-être ? » elle lance d'un ton railleur, parce que durant les quatre dernières années, elle a coupé contact avec presque toutes les personnes qui la reliait à lyon, supprimer leurs numéros. ça lui avait brisé le coeur de faire ça, ouais. mais elle s'est dit que c'était pour son bien. et pour une fois, elle avait décidé de se faire passer en première. elle rit jaune, parce que ses accusations, cette fois, c'est celle de trop.  « tu te fous de ma gueule ? j'ai jamais, et crois-moi JAMAIS pensé que tu m'attendrais ou une connerie du genre. » elle souffle, elle l'a jamais pensé, elle l'a espéré quelques fois. mais c'est pas bien de sa part, après l'avoir abandonné, elle a pas le droit de lui demander comme ça, de l'attendre. sans rien avoir en retour, pas même une explication.  « tu veux que je te dise ce que j'ai fait pendant quatre ans ? parce que si visiblement pour toi j'me suis faite péter par des connards, j'étais en cure de désintox à cause de toi sale trou du cul. » elle lâche rapidement, dans un souffle. la bombe est lâchée. elle déteste en parler de sa cure, c'est pas une fierté pour elle. c'est pas un moment joyeux dans sa petite vie non plus, parce que c'est l'une des pires que la jeune femme ait vécue. elle sourit un peu, c'est sans doute pas approprié dans cette situation. mais elle se souvient des heures qu'elle a passé dans ses bras parce qu'ils se sentaient seuls tous les deux, et qu'ils ont horreur de la solitude.  « je sais. partir ne m'a pas rendue amnésique tu sais, je me souviens de tout. » elle murmure, elle sait même pas si il entend ses paroles, vu le bruit qui surplombe leur conversation, l'agitation autour d'eux.  « du bon, comme du mauvais. sauf qu'il y avait un peu trop de mauvais pour que ça marche sur des décennies, et tu le sais aussi bien que moi. » si elle fuyait son regard avant, maintenant elle l'affronte. elle plonge ses yeux dans ses pupilles. elles sont froides, dénuées de toute affection, tout amour. et d'un côté, ça la brise ollie. parce qu'elle aime pas être la seule qui ressente quelque chose, aussi infime soit-il. et voir ce manque de chaleur dans ses yeux, c'est pas une habitude pour la jeune femme. même quand ils planaient tous les deux, y avait de l'amour pour ollie. elle voudrait y retourner. mais elle peut pas. elle veut pas. parce qu'elle veut plus y retourner, elle pourrait plus supporter l'état de léthargie qui l'envahit, d'avoir la gueule de bois tous les matins, d'avoir besoin de fumer un énième joint au bout d'une heure. putain.

Invité
Invité


Re: bad together // alban.

Message par Alban le Sam 19 Aoû - 22:43

c'est vrai qu'il aurait bien aimé revenir quelques années auparavant, ou du moins être l'alban de ce temps-là, du temps d'ollie. pace que ça aurait été plus facile de n'pas trop tenir compte de son visage, de ses yeux rougis parce qu'il est dur dans ses mots. il faisait moins attention à ces signes-là, avant, il les remarquait pas, faut dire. ou, quand bien même, il les oubliait aussi tôt, finalement. rien n'avait d'importance, putain, l'bon temps, en soit. mais, il faut grandir. il faut mûrir. évidemment qu'il est touché, alban, il a pas suffisamment bu pour avoir anesthésié son cœur encore. mais, la colère reprend bien vite ses pouvoirs, quand elle ouvre la bouche. "sérieusement? j'sais pas, un sms? facebook?" il demande. "email, skype, whatsapp, même un putain de courrier, à la limite." il enchaîne. les moyens, les moyens ne manquent pas quand on l'veut vraiment, selon lui. elle peut avoir supprimer son numéro, soit. il a fait pareil, quand au bout de plusieurs appels manqués et sms sans réponse. mais, il reste toujours d'autres moyens. forcément, con comme il est, il parle trop, alban, les mots sortent d'eux mêmes sans qu'il puisse vraiment prendre le temps de réfléchir à ce qu'il voudrait lui dire, ou à ce qu'il faudrait lui dire. évidemment qu'il est plus charmant dans ses propos, mais, y'a cette frustration, cette rancœur qui reste gravée au coeur. "mais arrête tes conneries" il répond, du tac au tac, quand elle parle de cure de désintox, et pire, qu'elle l'accuse.  il sait pas quoi penser. il essaie de se souvenir, d'avant. évidemment qu'il était dépendant du cannabis. mais, dans sa tête de pauvre con, ça reste quelque chose de doux, ouais, ce qu'on appelle drogue douce, comme si ça s'faisait une différence. il est dans l'déni, l'pauvre gars, parce que si ce serait aussi inoffensif que ça, il l'éviterait pas comme la peste depuis des années. "je t'ai jamais forcée à quoi que ce soit" il lance, parce que, dans l'fond, c'est vrai, il s'souvient pas lui avoir mis la moindre chose de force dans l'gosier. mais, il était sans doute pas d'une belle influence, à l'époque. mais ça lui semble tellement loin.
trop de mauvais. c'est vrai que s'il était le même type qu'auparavant, il lui répéterait pour la énième fois que, l'mauvais il est que dans sa tête. naïf et con comme il était, il lui répéterait qu'ils s'en sortiront. que ça peut marcher, entre eux deux. mais, il a compris, avec l'temps, faut croire. et il sait bien qu'ils allaient droit dans le mur, même si ça fait mal à admettre. le temps a beaucoup aidé à comprendre ça, aussi. "cette fois, on est d'accord." il répond. il s'y est fait, depuis le temps. c'est bête à dire, mais il a eu l'temps de faire son deuil de cette relation, en quatre ans. "et tu comptes faire quoi? tu comptes rester sur lyon maintenant?" il demande, plus calmement, en s'entassant un peu sur l'siège, en reprenant un peu de distance. pour savoir. curieux, évidemment, parce que ça reste ollie. il termine déjà sa bière. ça passe vite;

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: bad together // alban.

Message par Invité le Ven 25 Aoû - 21:18

elle sait pas quoi penser, sa tête, son esprit sont embrouillés. c'est un bordel sans nom depuis quelques temps, depuis quelques années, il faut l'admettre. mais elle est trop fière pour l'admettre, ne serait-ce qu'un tant soit peu. elle préfère rester comme elle est, ne pas avouer qu'elle est confuse sur presque tout, ses relations précédentes, son ancienne vie. il n'y a qu'une chose qu'elle sait pertinemment, elle ne peut pas y retourner. elle ne peut pas revivre l'enfer une deuxième fois, pas encore. elle n'en peut plus, une cure a été suffisante. autant se tirer une balle la prochaine fois pas vrai ? il vaut mieux en finir qu'être misérable le reste d'une vie de merde, traîner sa carcasse dans les vieilles rues de lyon, l'esprit embrumé par l'alcool, une seringue plantée dans le bras droit, nan c'est pas une vie. c'est pas la vie qu'elle a envie de mené, ça c'est sûr. elle a jamais été plus sûre de quelque chose que cela, même ses convictions les plus intimes ne dépasseront pas cette envie, cette idée-là. elle a un peu envie de rigoler quand il lui dit qu'il ne l'a pas forcée. c'est vrai, elle est fautive dans l'histoire. plus que lui pour sûr, mais c'est bien plus simple de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre. « c'est vrai. » elle acquiesce, hoche doucement son joli visage de haut en bas. « mais tu ne m'as pas aidée non plus. » elle tranche, parce qu'alban c'était pas le petit-ami idéal sur ce niveau là. un cerveau malléable, elle est un peu naïve ollie, un peu influençable. son corps se détend légèrement en voyant qu'il se calme, sa voix s'abaisse, son corps s'affaisse. elle boit une gorgée de sa bière intacte devant elle, regrettant tout de suite son geste. elle sait que ce n'est rien une bière, vraiment rien. mais petit à petit, elle en voudra une autre. parce qu'à force de parler elle aura la gorge sèche, d'où la bouteille d'eau qu'elle trimbale toujours avec elle dans son sac. « ouais, j'suis revenue pour de bon. » elle dit doucement, pas sûre que ce soit une bonne chose ou non, mais elle ne pouvait plus vivre dans la capitale. ce n'était même pas une option à vrai dire. « j'en pouvais plus de paris, ou même des regards remplis de dédain ou de pitié de ma famille donc... » elle laisse traîner, pas dans le but qu'on la plaigne. elle déteste ça plus que tout, elle a pas envie qu'on la regarde comme un oiseau à l'aile brisée, elle est parfaitement capable de se débrouiller seule. « j'ai trouvé un job, j'ai enfin trouvé un appart donc ça devrait être bon. » elle conclut, n'ayant pas grand chose de plus à lui dire. si il a des questions, elle y répondra, sans aucune honte ou gêne. parce qu'avec alban, c'est une question d'habitude, une simple routine. « et toi, qu'est-ce que tu deviens ? » elle hausse doucement les épaules, désireuse au fond de savoir comment est sa vie maintenant, c'est bien plus simple de poser la question que d'entrer dans son quotidien, c'est mieux. pour l'un comme pour l'autre.

Invité
Invité


Re: bad together // alban.

Message par Alban le Lun 28 Aoû - 11:51

il aurait aimé être capable de lui en vouloir un peu plus, de lui faire comprendre qu'il acceptait pas qu'elle parte comme ça, qu'il l'acceptera jamais, mais les nerfs se détendent, face à elle, en entendant sa voix, et dieu sait que c'est mal barré pour les règlements de compte qu'il espérait tant, alban. ça arrivera sans doute, plus tard, sans crier gare, quand tout ira bien en apparence, les reproches sortiront de sa bouche, mais, là, la curiosité l'emporte, la nostalgie des bons moments aussi. comme s'ils n'avaient connu que des bons moments. foutaises.
il essaie de se souvenir, il se demande s'il a vraiment eu une sale influence sur elle, à l'époque. sans doute. mais, c'était un cercle vicieux, aussi. il était légèrement plus sage quand elle n'était pas avec lui. y'avait moins de tentation, déjà. ils étaient mal foutus, ensemble, c'est clair. il respire, il prend le temps, il se soutient pas de tout, faut dire qu'à l'époque, il avait du mal à mémoriser les choses, trop défoncé la plupart du temps.
c'est bête, mais il est presque déçu qu'elle revienne véritablement. il aurait préféré un passage éclair, une rencontre imprévue, et merci au revoir, parce qu'il avait véritablement réussi à tirer un trait sur elle, sur eux, et ça lui fout une trouille d'enfer de savoir qu'elle sera maintenant dans les parages. même si beaucoup de gens s'baladent à lyon, il pourra pas s'empêcher de regarder, parfois, si elle est dans l'même bar que lui ou ce genre de conneries. mais vu ce qu'elle dit, c'est définitif, vraiment définitif, l'appart, tout ça. "ah cool, cool" il s'imaginait pas parler travail et appartement avec ollie. peut-être parce qu'ils étaient encore des gamins, à l'époque. et elle lui demande ce qu'il devient, lui. y'a pleins de choses qui lui passent par la tête, parce qu'évidemment qu'en quatre ans, il a changé, et il s'en est passé des trucs. mais pour l'moment, il est fier d'avoir capté le regard du barman, et de se commander un jägerbomb. et son regard se pose sur ollie. une pause. une attente. il pèse ses mots. est-ce qu'elle pose cette question, comme une banalité, une politesse? est-ce qu'il devrait la mettre au courant, qu'ils ont perdu israa dans la bataille? est-ce que ça la préoccupe franchement, comme lui? il sait pas vraiment. "j'suis étudiant en bio." il commence, léger, banalité, tout ça. "j'sais pas où ça va me mener honnêtement, mais c'est déjà un progrès." quand on compare au alban d'avant incapable de garder un job de merde, parce que trop défoncé. "j'ai pas touché à la marie-jeanne depuis des années, en fait. ni à la cocaïne ou c'genre de truc, je sais même plus ce qu'on a pu prendre ensemble." y'a que la marie-jeanne qui l'rendait addict, finalement. y'a eu des abus d'autres choses en soirées, évidemment, mais sans que ça devienne une addiction. il est même pas foutu de se rappeler des noms, lui, il s'contentait d'ouvrir la bouche quand on lui proposait une p'tite pilule sans vraiment se poser de questions. "et j'suis avec quelqu'un, aussi, elle s'appelle lou." il lance, finalement. comme pour lui dire, tu vois, j'ai réussi à m'en remettre, de ton passage dans ma vie. pas peu fier d'lui balancer ça à la tronche d'ailleurs, il boit une gorgée d'son nouveau verre, attend la suite.

*******************
j'mens surtout à moi-même quand j'répète que j'essaye de faire de mon mieux

Re: bad together // alban.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires