stellar dream † ollie

Message par Ed le Jeu 17 Aoû - 22:52

Elle lui apparaît comme un fantôme du passé, dans l'encadrement de la porte du bar d'où émane la chaleur et la lueur de la nuit représentée par deux lampadaires où les moustiques viennent jouer. Et pourtant, dieu sait qu'elle est grande cette porte, double, suffisamment large pour permettre à la foule de s'y émouvoir, mais Ollie prend toute la place de sa présence, comme bientôt sa seule existence suffit à chambouler tout ce qui peut traverser l'esprit de Ed. Il songe à accuser l'alcool dans ses veines pour justifier le mauvais flashback qui s'invente dans ses réminiscences, qui rejoue le temps où tous les deux avaient pour seule préoccupation de s'amuser, avant que la vie ne vienne les avaler tout en entier et qu'elle n'éteigne les rêves comme des bougies déjà en train de chanceler. Il se souvient qu'elle était tout pour lui, de l'avoir aimée plus qu'il n'a aimé son propre frère, d'avoir partagé des secrets et pleuré de joie sur son épaule quand Ellie a accepté ses sentiments et qu'ils sont devenus plus que des amis. Il se souvient d'avoir retenu de lâcher une larme quand elle est partie et bien sur du retour, du froid qui l'a envahit. Il n'a pas supporté la description qu'on lui a fait de celle qui était son héroïne, son sang, peut-être juste une cousine, mais sa famille.
Si un jour, ça a voulu dire quelque chose pour lui, c'est elle qui a donné tout son sens à ce mot qui lui semble trop désuet, cette famille qui n'a jamais aimé. Ce n'est pas leur faute, il rétorque à lui même dans son sourire caché dans la paume qui permet à son menton de se reposer, gamin ennuyé. Elle lui ferait presque regretter de s'être enfui quand il a pu, après l'avoir lâchement abandonnée, elle seule lui évoque les remords auquel son égoïsme s'arrache. Presque face à lui, s'il tend le bras et qu'il s'avance il pourra la toucher et ce ne sera plus le fantôme de son passé venu le tourmenter, elle redeviendra Ollie, qui sur de nombreux clichés entrechoquait ses épaules avec les siennes et riait. Mais il y a l'alcool et peut-être cette clope qui n'en était pas une, un des joints de Wade qui fait papillonner ses yeux et lui évoque des vielles promesses. J'y toucherai jamais. Jusqu'à ce que les lèvres du brun viennent s'entrechoquer avec les siennes et qu'il commence à sombrer entre l'addiction et l'amour irraisonné. Il ferme les yeux un moment, se prépare à l'orage. Si il l'a vue, elle aussi l'a remarqué. Il repense à l'homme qu'il aime pour se donner de la force, mais c'est la vision de Viviane et Léonie qui revient à son esprit. Deux femme qu'il a probablement trop déçu. Il a encore et toujours raté son coup. Il ouvre la bouche pour dire quelque chose mais rien ne sort.
Forcément.
Quoi dire d'autre ? Que le silence qui dure depuis des années ? Qu'une supplique dans un regard, un pardon qui n'a pas lieu d'être, éhonté.

Re: stellar dream † ollie

Message par Invité le Ven 18 Aoû - 10:51

elle le regarde. ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu le visage de celui qu'elle considérait autrefois comme un frère. ils ont grandi ensemble, gamine sans frère ni soeur, elle l'a adopté ed, elle l'a aimé comme si ils avaient les mêmes parents, les mêmes gênes. et pourtant. ça fait bien longtemps qu'elle ne l'a pas vu, qu'elle ne lui a pas parlé. la rancune, la fierté. elle s'le refuse. elle lui en veut un peu trop sans doute, elle aurait aimé qu'il soit là pour elle. quand elle avait besoin de lui. quand elle a traversé l'enfer. quand elle est redevenue une meilleure personne aussi, elle a pensé qu'elle pourrait aller le voir. oh que non. la rancune, la peur aussi. ses oncles et tantes n'avaient pas dû se gêner pour parler sur le dos de la brune aux repas de famille, ne montrant que les pires côtés de leur nièce, sans doute. alors elle est jamais revenue, par fierté, par lâcheté. elle sait pas comment agir, quoi faire, que lui dire. elle sait très bien qu'elle s'excusera pas. parce qu'à ses yeux, elle n'a rien fait de mal, y a juste pas donner de nouvelles, mais ah. les repas de famille, si ils en faisaient toujours, c'est à ça qu'ils auraient servi de nos jours. c'est dans ces moments là qu'elle aimerait que ça soit plus simple, que tout redevienne comme avant. qu'ils ne soient pas deux corps étrangers l'un face à l'autre. elle fait quelques pas, s'approche de lui. elle est plus qu'à une longueur de bras maintenant, et elle a envie de prendre ses jambes à son cou. mais c'est pas la bonne chose à faire, elle le sait. elle s'assoit en face de lui, se mord les lèvres. putain, il a pas vraiment changé. toujours la même gueule de merdeux qu'il se tapait quand il était gosse. il en va sûrement de même pour ollie, sauf qu'elle ne le voit pas. « salut. » sa voix n'est qu'un souffle, qu'un murmure. mais c'est sans doute un bon début.

Invité
Invité


Re: stellar dream † ollie

Message par Ed le Lun 28 Aoû - 20:02

ça lui a prit du temps pour comprendre ce qu'est le réel sentiment d'abandon, quand quelqu'un qui vous aime vous laisse derrière sans oser jeter un regard, sans se donner la peine d'avoir de la pitié, l'indifférence. Un sourire qui se meurt pour devenir une ombre qui grignote tous les souvenirs, comme l’acide, déforme les traits et les virages, pleurent des couleurs saturées de rêves écrasés. L'indifférence, ça tue à petit feu sans vraiment s'en rendre compte, jusqu'au jour à le coeur lâche, il garde le frisson de peine qui l'a traversé quand elle l'a laissé tomber et qu'il a supplié de ses yeux. Mais elle avait déjà cessé d'oser regarder dedans, comme un deuil en plusieurs étapes, mais c'est l'acceptation qui fait le plus mal, ça t'arraches les tripes de savoir que personne n'en a rien à foutre de toi. Il était pas juste seul, il était con, il avait plus rien. Qu'il vive ou qu'il crève ça leur était complètement égal aux autres, ça leur arracherait même pas leur sourire pour la forme, peut-être juste un petit merde et le bras quand ils devront payer un petit bouquet, c'est comme la pluie ou le beau temps on s'y fait tout le monde y verse pas des larmes. Il pensait que ses parents étaient le meilleur exemple, mais à y réfléchir, eux au moins ils ont eu la peine de continuer à l'aimer, parce qu'il était leur gosse, leur sang, leur chaire et que ça avait de l'importance, visiblement. Ellie elle ne s'est pas posé la question, elle s'est contenté de faire comme-ci rien n'était et que c'était une évidence. Bien sur Ed, t'avais pas compris ? Un truc qu'il n'a pas comprit, encore, parce que Ed est l'abruti, le monstre de foire qui semble toujours réfléchir mais n'a jamais de coup de génie. Comme une bête qu'on peut abandonner sur l'autoroute de la vie, rien qu'un au revoir et la nuit l'engloutit. Cette manière qu'il a d'être minable, ça lui va si bien, comme une seconde peau dans laquelle il se fond jusqu'à devenir mirage. Il laisse la place au gamin prétentieux trop sur de lui qui a quitté Paris des rêves pleins les yeux, on peut encore y voir briller les lumières de la dame de fer et le son des klaxons rythme le battement de ses paupières. De ce gosse là il ne reste plus rien, envolé, on lui a volé l'innocence de ses derniers jours, souillé jusqu'à la dernière image le positif de sa ville natale. Juste un mauvais souvenir, une époque lointaine qu'il finira bien un jour par oublier, occulter et laisser de coté cet être plutôt que de l'assumer. Il lui jette le regard du chien battu, Ollie, il lui balance tout le malheur du monde dans ses petits yeux globuleux, abîmés par la lumière bleue et fatigués. Il comprend ce qu'elle a ressenti maintenant. Il comprend ce que ça fait d'avoir mal. Vraiment. Pas un simple bobo soigné au mercurochrome. Ollie... Il se donne pas la peine de s'excuser, il lui fera pas cet affront définitivement. Il ose pas lever son verre pour la saluer, il ose rien faire, juste rester le regard dans le vide et la bouche entrouverte. Y a un milliard de choses qu'il voudrait lui dire et autant de questions qu'il veut poser, mais tout ce qu'il arrive à faire c'est soupirer et vouloir que le moment s'arrêter. Il aurait préféré qu'elle ne revienne jamais, il voulait pas se rappeler. Le bon vieux temps. Parce que ça lui rappelle, à quel point il a tout gâché et que maintenant c'est trop tard. Maintenant c'est l'enfer. Tu vas mieux. Il en sait trop rien, il sait à peine ce qu'elle était avant. L'avant d'avant lui revient pas flash, clair et limpide, puis vient ces années de silence, celles où il resté dans trop savoir quoi faire. Puis ça vient. Putain je suis désolé. La boule au fond de la gorge qui enfle. Désolé. Pour tout. Il est désolé d'être lui, désolé d'être Ed. C'est peut-être vraiment sa faute tout ça.

Re: stellar dream † ollie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires