Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Sam 19 Aoû - 16:36

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.




Il avait 16 ans. Elle s'en souvient très bien, Ange. Elle s'en souvient très bien parce que c'était la première fois. Et les gens l'avaient trouvé dégoûtant. Et le directeur l'avait renvoyé pour deux semaines. Mais lui, tout ce qu'il voulait, c'était la montrer au monde entier. Tout ce qu'il avait fait, c'était mettre une jupe.

Isaac, il s'était sentit seul. Isaac, il s'était sentit abandonné. Isaac, il s'était dit que c'était peut être de la faute d'Ange si sa vie n'allait pas comme il voulait. Peut être qu'il ne faisait pas assez d'effort ? Peut être que, finalement, Ange n'était qu'un fantasme ? Si Ange n'existait pas ?

Puis il a rencontré cette fille. Un simple pseudo rigolo sur internet. Des conversations. Des confessions. Des appels. La nuit. Le jour. Des sourires. Des paroles. La caméra. L'intimité.

Ange était là, devant la porte de son appartement, un gros sac de vêtements dans les bras. Elle faisait toujours ça quand elle avait quelque chose à se faire pardonner. Des fringues. Toujours des fringues. Une jupe. Parce que c'était symbolique. Parce que c'est comme ça que tout a commencé, après tout. Elle était là, avec sa jupe préférée. Elle avait mis sa perruque courte, la plus sobre, celle avec laquelle elle se sentait en sécurité. Elle s'était maquillée, toujours avec autant de soin. Mais aujourd'hui, c'était un jour particulier. Parce qu'elle allait la voir. Pour la première fois en chair et en os. Son adresse, elle la connaissait bien sûre. Ça faisait des mois qu'elle voulait venir. Mais Ange était inquiète. Car, la belle fille en pixels deviendrait réel et ce n'était pas Isaac qui serait en face.
Il avait jamais eut d'amis. Elle n'avait eut que des followers. Elle était la seule depuis le début. Et même si Ange jouait les princesses, même si Ange fuyait les ennuis, Isma, elle était là. Isma, elle attendait. Isma, elle était derrière cette porte. Isma, elle était réelle.

Pourquoi tu stresses, Ange ? Parce qu'elle connaît ton secret ?  Parce qu'elle sait qu'en dessous de tous ces artifices que tu portes, il y a ce petit lycéen qui voulait devenir une jolie fille ? Ange, elle sait même plus comme parler. Elle sait pas quoi dire. Elle toque. Mais elle veut pas que la porte s'ouvre.


made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Dim 20 Aoû - 13:58


Nerveuse, elle ne regarde plus l’écran-pixel où les messages s’accumulent sur un fond nauséeux de mauvaises excuses de sa part. Ismaïl est planquée dans sa chambre, pour changer, là où les mains curieuses de ses amants ne risquent pas de l’atteindre, les minutes sont comme des heures, si elle pouvait les mettre en bouteille pour échapper au monde extérieur, elle le ferait. Sur son écran les silhouettes iconiques de personnages empourprés de sentiments se succèdent et elle, ne bouge pas d’son pieu. Lieu de deuil sans doute, elle a pas regardé en arrière depuis longtemps.
Et si elle le faisait, elle verrait sans doute son passé venir lui caresser le dos avec réconfort, dans sa solitude sordide elle a oublié qu’elle avait encore des amis - si elle y croyait ce serait mieux mais la sonnette la fout encore dans un pitoyable état entre transe et déni où les films s’enchaînent dans une logique improbable.

Oublie pas d’être toi-même, arrête de te mettre derrière un faux sourire, allez, ça crée un boum fracassant à l’intérieur de son crâne, un frisson parcourt sa nuque et traverse ses épaules, elle sursaute.
Elle attend personne aujourd’hui, elle s’attend même pas elle-même, ni à un miracle, ni à un changement quelconque et dans la mesure du possible, Ismaïl voudrait que ça reste indemne, là où personne ne la touche du doigt pour lui faire d’étranges révélations qui lui retournent le cerveau. Son corps est lourd, elle se traîne hors du lit, les mains dans les cheveux, emmêlées, elles se libèrent bientôt, la jeune fille va tomber de haut en ouvrant la porte, découvrant Ange. Ange et ses constructions farouches, transformation éclair (qui fulmine comme le tonnerre), les yeux d’Ismaïl peuvent pas s’empêcher de s’attarder sur la fille en face d’elle, et l’rouge lui vient aux joues naturellement. « Salut ? Qu’est-ce-que tu fais là. »

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Dim 20 Aoû - 19:33

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.



Angoisse de petit garçon. Les pixels deviennent réalité et le silence se déchire sous l'embarras d'un fantôme du passé. Ange, elle se différencie d'Isaac. Isaac, il se différencie d'Ange. Ils font pas partie du même monde. Mais Isma, elle est là et le garçon a du mal à jouer la fille. Elle a mal au ventre, Ange. N'oublie pas que tu es une princesse. Lèves la tête, tiens toi droite, tu n'as rien à craindre. Ange, elle arrange sa jupe et elle se gêne pas. Elle entre, elle remplit les bras d'Isma avec son gros sac.

" Hello, ma belle Ismaël. Je t'ai apporté un cadeau, me remercie pas, ça vient de la boutique où je bosse. Sympa, ton appart."

Elle brille, elle tourne la petite ballerine, elle est trop éclatante. Et plus Ange scintille, plus Isaac s'enfonce. Mais là, tout de suite, tout ça, ça sonne faux. Ange elle le sait. Mais fallait qu'elle vienne. Elle avait besoin de la voir. Ou plutôt, il avait besoin de la voir. Il avait besoin de lui parler. Il avait besoin de se confier. Il avait besoin d'être avec elle, comme avant. Comme avant d'allumer la cam.

Elle rentre, elle s'installe, elle fait comme chez elle. La jolie fille en fait trop pour que le garçon se calme. Elle sort son paquet de cigarettes.

" Je peux fumer ici, y'a pas de soucis ? T'en veux une ? Tu me fais un petit défilé avec les fringues que je t'ai ramené, hum ? "

Elle croise les jambes. Elle sourit. Un petit sourire. Dans le sac, Y'avait une jupe plissé. Ambiance lycée japonais, souvenirs de leur rencontre. Un bleu marine qui vient d'ailleurs, le pixel qui devient réalité. Ange, elle regarde la fille. Ange, elle regarde ce corps de femme. Ange, elle a Isaac qui lui murmure des choses et ça la fait rougir. Mais elle dit rien. Ange, elle veut pas laisser Isaac s'exprimer parce qu'elle a peur qu'il change d'avis. Ange, elle est là, devant Isma, et elle a peur de mourir. Ange, elle fait celle qui contrôle tout mais c'est toujours Isaac qui a le corps. Ange, tout ce qu'elle veut, c'est porter des soutiens-gorge sans avoir à les remplit avec des poches de silicone. Ange, tout ce qu'elle veut, c'est parler normalement sans avoir à se soucier de sa voix trop grave ou trop aiguë. Ange, tout ce qu'elle veut, c'est aller à la piscine sans avoir peur. Ange, tout ce qu'elle veut, c'est pouvoir porter une jupe. Ange, tout ce qu'elle veut, c'est qu'on la déshabille, qu'on lui arrache ses vêtements, qu'on lui fasse l'amour toute la nuit sans qu'il y ait cette putain d'ambiguïté. Ange, elle veut vivre.



made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Dim 20 Aoû - 20:42

Il était une masse de problèmes. Sans ses chaotiques heures, Ismaïl serait pas Ismaïl. Il était ravageur à sa façon, allumeur de promesses comme tous les amis proches, parfois il la regardait comme si elle avait fait tomber la lune et l’avait regardée exploser sans ciller; parfois il était lui-même, parfois son regard se vidait dans les tourmentes qu’ils connaissaient déjà à leur âge. L’âge où tout bascule, pour une espèce de quête identitaire où les bouches se rencontrent et les mains se croisent et les peaux se chauffent sous les couvertures. Il s’appelait Isaac. 
Isaac c'était un prénom qu’elle chérissait, qui glissait sur sa langue à la manière d’un bonbon au miel, un prénom qui sortait de sa gorge comme un appel au secours dans un monde trop brutal. Isaac tenait sa main de loin, Isaac était une créature anormale dans la perspective pas moins anormale d’une vie où chacun finirait par prendre sa propre route. Mais Isaac ne quittait pas le carnet d’adresses d’Ismaïl et il ne quittait pas ses rêves où les étrangers venaient se frôler à la sortie d’un métro bondé imaginaire, Isaac n’apparaissait plus, il était métamorphosé. 



Elle, est arrivée un peu plus tard, chamboulant le coeur d’Ismaïl, le retournant, lui infligeant débat et passions, c’est sans doute ce que vous vous dîtes ? En réalité les années les avaient séparées, à présent Ange semblait le conte lointain qu’on lui avait trop souvent murmuré à l’oreille, elle n’était pas assez proche et le souvenir d’isaac résonnait… « Merci. » bafouille la brune avant de la débarrasser.


Elle la regarde qui va et vient comme une créature nourrie par les soudaines vagues du passé, Ismaïl se remet en tête le visage d’Isaac, c’est plus fort qu’elle, elle l’imagine qui s’avance vers elle, les doigts roulant sur le briquet, allumant la clope avec habilité comme il avait toujours fait la plupart des choses. « Non viens sur la terrasse, ici c’est aussi là où mes colocs traînent et j’ai pas envie de les froisser. »

Ismaïl titube jusque sa chambre, ouvrant la porte vitrée d’un coup sec, toujours hantée par le souvenir du garçon qui s’asseyait devant la caméra. Elle s’installe sur le balcon, les deux coudes sur le bord. « Bon qu’est-ce-que tu veux que j’essaye en premier ? » Elle dégaine une jupe plissée, se glisse à l’intérieur et retire son jean, mécaniquement, essayant de noyer ses pensées pour Isaac. 
Isaac c’est Ange, alors, respire.

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Lun 21 Aoû - 1:33

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.




Elle a ce regard qu'Ange à déjà vu, la Beauté de Pixels. Insatisfaction, Ange n'est jamais celle que l'on voudrait qu'elle soit quand on la regarde trop longtemps. Pas assez fille pour certain, pas assez garçon pour certaine. Ange, elle a mal à son existence. Elle a ses ailes qui sont fatiguées de toujours voler alors que le serpent la retient par la cheville. Elle s'affole, elle se démène. Mais le serpent ne veut pas lâcher prise. Et il finit par déchirer sa peau pour diffuser son venin mortel.

Ange, elle a le coeur perdu dans la flamme du briquet. Et les poumons qui se réchauffe avec la fumée toxique. Elle la suit dans sa chambre. Changement de décor, les pixels étaient différents, à l'époque. Mais son arrière-plan à lui n'est plus le même non plus. Mille quatre cent soixante jours depuis qu'il a allumé la cam. Les murs ont changé, le lit à changé, le garçon est devenu une fille. Mais Isma, elle aussi, c'est plus la même. Isaac veut lui parler. Mais Ange refuse. Pourquoi elle te regarde plus ? Pourquoi elle ne me regarde pas ? Regarde moi. Ange, elle se laisse faire, son corps la contrôle et attrape le poignet de la demoiselle.

" Isma. Qu'est-ce que t'as ? "

Sa voix. C'est plus celle d'Ange. Ce petit timbre haché par la mauvaise connexion est plus net. La voix d'un petit garçon. En quatre ans, elle a pas changé. La main qui tremble. La perruque qui glisse. Les cheveux fins de l'adolescent incertain qui se cachait derrière son écran. Ange, elle a donné sa permission. Juste pour cette fois. Elle lui doit bien ça. Isma, elle a pas besoin d'une princesse inconnue. Isma, elle a besoin du petit garçon derrière la caméra. Sauf que là, y'a pas d'écran. Là, y'a pas de sécurité. Ange est plus là. Skype non plus. T'es tout seul, Isaac. Joue le garçon, une dernière fois. Pour Isma. Si c'était pour Isma, tu pouvais le faire.

Il soupire. Il prends le sac à main d'Ange et en sort des lingettes démaquillantes. Parce que Ange, elle avait prévu le coup. Elle savait qu'elle serait trop faible face à cette relation. Les couches disparaissent.  Les artifices s'évaporent. Isaac, il avait pas changé. Isaac, il était pas si différent qu'il y a quatre ans. Isaac, c'était toujours un gosse réservé qui se cachait derrière les jupons de sa poupée imaginaire. Isaac, il a pas de bons souvenirs de sa vie de garçon. Sauf elle. Cette demoiselle de pixels qui était devenue réalité. Et même si ça s'était pas très bien passé, elle restait la seule.

Isaac, il tire sur sa clope sans dire un mot. Il la regarde et il la trouve belle. Isaac, il ose pas trop la fixer parce qu'il se souvient bien. Isaac, il est gênée parce que c'était pas la seule à se dévoiler devant la cam.

" Les fringues, c'était juste un prétexte pour te voir, Isma."

Isaac, il sourit. Ce sourire, c'était juste la preuve que le petit garçon avait parfois envie de jouer les adultes. Ce sourire, Ange, elle peut pas l'oublier, c'est elle qui l'a créé. C'est ce sourire malicieux, sombre. Le sourire du serpent avant qu'il n'empoisonne l'ange mourant. Il écrase le mégot, le laisse mourir quelque part dans la rue, le laisse faire le saut de l'ange, le suicide de la cendre froide. Il s'approche de la demoiselle, la tire à l'intérieur. Il arrange la jupe. Il a l'habitude maintenant, Isaac. Il sort autre chose du sac. La chemise qui va avec, la marinière avec le noeud, l'uniforme parfait. Ça, c'était pas de la boutique. Ça, c'était de la part du garçon. Le garçon qui s'est fait viré parce qu'il est venue en cours avec une jupe. Ses petites mains l'arrangent, elles connaissent ce corps de pixels. Et Isaac, il a pas le temps d'être gêné.

" Avec ça, tu pourras faire baver ton mec, hum ? "

Cache cette langue de serpent, Isaac. Le sarcasme, ça allait bien mieux à Ange. Isaac, il savait pas que ça merdait dans le jardin des amours. Mais ça l'intéressait pas. Isaac, il retournera se cacher derrière les jupons de sa poupée après.


made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Lun 21 Aoû - 13:49

Dernière représentation avant la fermeture, dernière fois que ses yeux volent sur la scène pour le voir se trémousser dans ses bas de satin, dernière fois qu’il sourit pour ne pas la découvrir, elle, dernière fois qu’il lui donne de belles attentions pour effacer tous les poisons qui courent dans ses veines. Il aura bientôt le plumage dégarni, trop de trous dans son crâne pour passer pour un allié, les balles vont rouler sur le sol avec lui. Isaac, il est foutu.

Son ange pose ses ailes au sol, elle relève des yeux désolés sur elle sans trop savoir ce qu’il lui prend. Elle se souvient de leurs silences les années passées - voir se fendre un sourire sur son visage éveillait en elle des papillons bien connus dans l’adolescence, au fond de son estomac, ça faisait comme un tourbillon dénaturé, et Ismaïl se plaisait à essayer de le combler. - Maintenant elles se regardent, elle dit qu’il n’y a rien, parce qu’elle n’a jamais su quoi dire quand ça n’allait pas, et même si ça n’allait pas, c’était pas une raison pour vouloir faire revenir Isaac.
Ange c’était le contact indécent, les mots qui glissent sur la bouche sans grande mesure, histoire de provoquer quelques tempêtes de plus dans sa tête et dans ses mots aussi. Elles se faisaient face et Ismaïl la regardait faire, se désapper, se dévoiler, se déconstruire pour mieux se faire entendre. 

La fumée venait caresser le visage d’Ismaïl, elle aurait voulu y rester et s’y bercer d’illusions, mais les gens grandissaient et changeaient. La perruque d’Ange quitte son crâne et Ismaïl lève les mains, pleine de bonnes intentions.

« De quoi tu parles ? » Ça lui échappe, c’est faible et ça descend le long de ses lèvres pour pas grand chose au final, elle réajuste la jupe, elle se cherche des excuses mais y en a pas. Isaac lui manquait, pas Ange. Le garçon réapparait comme une célébration divine du passé sans ce qu’il y a de saint à vouloir retrouver quelqu’un qui n’existe plus. La demoiselle cille pas, elle reste là, à l’écouter, l’observer, lui prier avec les yeux que ça va, qu’elle a pas besoin de faire ça. Il est comme un monstre sorti de sous son lit avec ses ailes déplumées, le regard éteint et adulte, elle, elle sait pas l’être. Tout juste bonne à se taire, et encore elle veut lui dire d’arrêter, de se rhabiller, de se calmer, que c’était pas poli de sa part. 
Pourtant Ismaïl c’est une voleuse, voleuse d’années, de temps, de sentiments, elle sait pas se mettre à la place des gens. Si elle laissait sa chance à Ange, peut être qu’elle l’aimerait autant avec le fard à ses joues et le mascara noyant ses cils.

Elle reste vulnérable, la dentelle de son soutien-gorge rougissant sa peau basanée, le regard incertain (comme tous, dernièrement), elle bouge pas, attrape pas la foutue chemise, elle s’expose, elle dans son corps de pécheresse, les doigts coulant dans ses cheveux pour se donner un peu de force, elle fait un pas vers Ange.
« Pourquoi tu fais ça ? »

Ange la tient par le coeur et si elle pouvait elle le déchirerait, dans son enveloppe actuelle, Ismaïl est qu’une autre créature insignifiante, baignant dans les destructrices tentatives des autres de la faire s’aimer - ce qui a foncièrement échoué, et leur rencontre n’était pas fortuite, et cet échange n’était pas un hasard. - Isaac était parti, Isaac, c’était du passé. « Isaac c’est fini. Il se passe quoi ? »

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Lun 21 Aoû - 16:43

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.




Les silences n'étaient jamais gênant quand la connexion était mauvaise. Y'avait ce petit bruit de téléviseur dans le fond, ça comblait les vides. Y'avait les formes étranges qu'on distinguait à peine dans l'obscurité de la cam. Y'avait les sourires dissimulés et les vêtements qui s'en allaient. Y'avait les pixels qui cachaient la souffrance d'un corps trop fragile qui voulait juste être d'un autre genre. Y'avait l'ordi qui surchauffait sur le lit. Y'avait les joues rouges et la chair de poule. Y'avait les battements du coeur qui remplissaient l'appel.

Isaac, il avait pas perdu le sourire du serpent. Isaac, il la regarde, et il fait que sourire sans rien dire. Isaac, il connaît le corps de pixels mais il reconnaît que c'est mieux en vrai. Isaac, il prends la chemise et il la tends à Isma.

" T'as besoin d'Isaac pas vrai ? Je te dois bien ça. "

Isaac. Même pour lui, ça faisait bizarre. Isaac, c'était comme un vieux souvenirs qu'on arrive pas a jeter à la poubelle. Isaac, c'est ce bleu qu'on retrouve sur la cuisse et on sait pas d'où il vient. Isaac, c'est le coca que t'achètes alors que tu voulais un Sprite et c'est pas plus mal. Ange, elle avait beau le cacher, le rabaisser, le dénigrer, sans lui, elle pouvait pas exister. Ange, elle savait que pour vivre sa vie, fallait qu'elle fasse la paix avec lui. Mais Isaac, il avait une dernière chose à faire avant de tirer sa révérence. Et la jupe, c'est comme ça que ça a commencé, c'est comme ça que ça se terminera.

" Tu sais, je suis toujours le même. J'ai toujours besoin de toi, Isma. "

Le serpent qui voulait être une colombe. Le serpent qui voulait voler de ses propres ailes. Le serpent, sans sa petite hirondelle, il se mord la queue.
Isaac, il était pas prêt à partir. Le venin était encore présent et l'antidote avait besoin d'un petit coup de main. Mais Ange, quand elle a vu l'hirondelle, elle a comprit pourquoi le serpent arrivait pas à lâcher prise.  Y'a ce rire. Ce rire amer, le rire de petit garçon. Isaac, il a l'impression qu'il a pas bougé depuis quatre ans, d'un coup.

" J'ai posé la question le premier. T'as plus d'écran pour te cacher, Isma. "

Les mauvaises choses avant les bonnes. Ange, elle était venue pour parler d'elle-même, pour parler de lui, aussi. Mais Isaac, il a changé les plans, il veut écouter ce qu'elle a à dire. Isma, arrête de faire la conne. Isma, parles. Isma, parle-moi.

" Ange, elle aime parler. Mais Isaac, il préfère écouter. Oublie la deux minutes. Ne me fais pas sortir de ma cachette pour rien, Isma. "

Isaac, il se rends pas compte mais parfois, il est méchant. Il a pas le temps, chaque minutes comptent. Et il veut les donner à ce pseudo rigolo. Il veut les donner à ses lèvres pulpeuses qui ont souri à ses blagues glauques. Il veut les donner à ces jolis yeux qui l'ont regardé même s'il portait une jupe. Il veut les donner à sa seule amie, il veut les donner à la seule raison pour laquelle Isaac est encore là. Alors parles, Isma. Ne lui fais pas perdre son temps si précieux.


made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Mar 22 Aoû - 12:14

Il colore la pièce d’un lustre bien plus adéquat, porté par le tabac et l’odeur languissante vient se loger dans les narines de la belle Ismaïl, portée par son discours, elle l’écoute, l’air un peu absent - qu’est ce qu’il veut étaler comme catastrophes encore ? Elle ne veut pas que ses mots glissent trop vite, elle veut éviter les accidents parce que le verre pilé, ça fait mal quand ça se plante par dessous les pieds, et ça reste jusqu’à ce qu’on prenne une pince à épiler. Ismaïl elle le regarde, personnage bavard, lancé dans son délire sévère pour la percer à jour et elle va pas lutter, à quoi bon ?
Les amis d’Ismaïl sont des morceaux de gamins pas finis, les bords sont pas polis, pas encore, l’accent d’Isaac est le même, il a pas changé, pas plus que ce à quoi elle s’attendait et le bruit dans sa tête monte et monte en octaves, un peu comme si elle était destinée à exploser à la gueule de quelqu’un. Elle avait espéré que ce soit pas Isaac parce qu’Isaac c’est un peu le professionnel qui avant le meurtre va plastifier toute la pièce et enfiler un sac poubelle sur son dos.

Ismaïl et ses yeux de mioche roulent sur la figure pâlote du garçon, du moins c’est ce qu’il est pour l’instant, les ruines de Pompei, époque dévastée, remise à zéro sur le mauvais compteur de la vie. Il s’est enflammé. Elle a dit « Tu me dois rien. » Elle s’est assise sur le lit, abandonnant tout son poids, froissant les draps, sa dégaine faisait bien rire, on aurait dit une fille a qui on venait de poser un lapin, à moitié fringuée, à moitié à poil, elle faisait pas trop attention, au fond, elle commençait à s’en foutre - et puis c’était Isaac, y avait comme un mauvais revers à tout ça, elle pouvait pas dire lequel exactement. -

« J’me cache pas, je pense juste pas que c’est intéressant. » Sourire qui nait sur ses bonnes joues, les yeux qui pétillent mais faiblement, pas comme d’habitude, elle essaye le haut, ses cheveux électrique retombent pas sur le sommet de son crâne. Elle oublie que ça va faire un mal de chien, un peu comme un crash d’avion, elle s’occupera de récupérer les pièces détachées de son coeur sur le sol plus tard, y avait pas de retenue entre eux elle le savait. Et les heures sombres, ils en avaient eues. - Le résultat était toujours le même, le véhicule dans le fossé, les cadavres dans le coffre, ça sert à rien de garder un secret avec Isaac, il aura toujours pire que vous et de quoi étaler son amertume sur vos épaules, éventuellement. 

« J’ai couché avec un gars. Et c'était pas mon copain.-
Voilà j’ai merdé, j’espère que ça te satisfait comme réponse. Non en fait j’ai même pas le droit de dire que j’ai merdé, je l’ai voulu en fait, j’ai attendu. 
J’attends les remords, je les sens qu’arrivent c’est sûr, ça va me bouffer c’est sûr.
 »

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Mer 23 Aoû - 16:37

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.



Isaac, il aimait jouer les martyres. Isaac, il aimait jouer les brebis fragiles. Isaac, il aimait jouer, constamment. Puis quand il s'amusait trop, le retour à la réalité était à chaque fois plus douloureux. Il les compte plus, les crasses qu'il a faite en se cachant derrière sa poupée imaginaire. Il les compte plus, les visages qu'il a emprunté pour se faire aimer. Le gentil garçon, la fille fragile, Mary-Sue et compagnie, tsundere, soumise et soubrettes en tous genres. Il était n'importe qui, elle était n'importe quoi. Mais Isma, elle a pioché dans la corbeille pour tirer le mouton noir. Elle s'en foutait de la poussière sur sa laine, de cette noirceur qui entourait cet animal, de tous ces préjugés. Elle l'avait accepté comme il était, dans ses doutes et dans ses tourments. Elle avait prit le plus acide des citrons pour en faire quelque chose qui ressemblait à de la limonade. Isaac, il mettait Isma sur un petit trône, dans son coeur. Une place spéciale, pas vitale mais importante quand même. Ange, plongée dans son rêve de coton et ses étoiles en carton, elle savait que la beauté de pixels sortirait pas du disque dur de son corps.

" Tout m'intéresse chez toi, Isma."

Un murmure, presque. Un mensonge, ou une vérité arrangée, une nuance sur laquelle Isaac s'est trop souvent acharnée. Naissance d'un garçon dans le secret, besoin de cacher, de se cacher, mentir, toujours, tout le temps. Besoin de plaire, besoin d'être remarqué,  besoin d'exister. Et c'est de cette façon que la fille est née. Entre lumière et obscurité, l'être humain ne savait plus où se situer, se réfugier. Mais aujourd'hui, il en est sûre, il veut être elle et pour la vie.

Isma, celle qui a semé le doute, celle qui a renforcé ma décision, celle qui était là quand tout le monde fermait les yeux. Pluie de couteau qui viennent transpercer son coeur, la belle de pixels n'a pas sut choisir. Isaac, il aime se réjouir du malheur des autres. Ça lui fait oublier les siens. Il s'approche, il se mets accroupi face à elle. Les mains vernies d'un garçon se glissent sur celle de la fille. Isaac, il l'a écouté. Isaac, il ricane.

" Tu me fais rire. Les remords, ils viendront pas si tu l'as voulu. " Il arrange la chemise, les cheveux de la belle. Le serpent a le venin qui coule au bout des lèvres. " Vraiment, Isma, tu me fais rire. Si les remords viennent pas tout de suite, c'est que t'en as pas. "

Il se lève, il la regarde. Uniforme de ses souvenirs, fantôme du passé qui en porte un autre. Rictus étrange, sensation inconnue. Comme l'assassin pris de l'irrésistible envie de retourner sur la scène de son crime. Revoir le sol qui a accueilli les flaques d'hémoglobine. Ce corps froid étendu par terre. Cette peau grisâtre parsemée de fleuves mauves dont le courant a brutalement changé de directions. Cette odeur de chair en décomposition mêlée à la puanteur insupportable du plaisir de tuer. Ce souvenir intense qui s'accouple à une réalité monotone.

" Tu l'aimes ? Ton mec. Parce que si tu tenais vraiment à lui, t'en aurais déjà, des remords. " Le miroir l'attire, il se regarde un instant avant de remettre sa perruque soigneusement. " Tu sais, ne pas avoir de regret ne fait pas de toi une mauvaise personne. Tu t'compliques trop la vie, Isma. "

Un soupire, le masque se recolle petit à petit. L'image du serpent a trop duré, il a besoin de sa colombe dorée. Sécurité temporaire, la perruque ne suffit jamais. Il croise les bras, la regarde. Ses prunelles cyan sont toujours aussi inaccessibles, comme à travers l'écran sombre de l'ordinateur. Mais là, Isaac veut parler. Isaac, il veut tirer sa révérence.

" Isma, j'ai un truc important à te dire. "


made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Jeu 24 Aoû - 1:00

Elle, a eu beau s’envelopper de toutes les façons sous de tortueuses apparences, elle restait la perturbable Ismaïl, la faible, la pas sereine, la grenade dégoupillée sur le champ de bataille, laissée pour compte, son corps sur le bord de la route comme la charogne de Baudelaire; découverte: fascinante, oubliée: pourrissante, plus rien à en tirer, tout juste bonne à jeter. Peut être parce que le paraître ça fonctionnait pas avec elle, que dans le creux de ses lèvres la cigarette cramait plus vite que chez d’autres; Elle, c’était pas une créature agitée dans le feu du monde, c’était une enfant-pixel, scotchée à son écran, à ses rêves écrits sur word, elle avait pas grand chose à dévoiler. Sauf que les secrets, rares étaient-ils brûlaient sa bouche, des marques adultères qui allaient rester avec le temps et pas l’épargner comme elle l’aurait voulu. 


Isaac a les yeux d’une bestiole affamée, elle le voit bien c’est pour ça que ses mains s’agitent sur ses cuisses, dans le sombre appareil qui lui reste pour corps, elle est malade Ismaïl et il ne la guérira pas, après tout il est veuve noire, elle est dans un nid volé, tous les deux sont une erreur de la nature ça fait donc sens.

« Ah mais j’suis ravie de te faire rire, Ange. Isaac. » Peu importe qui est là au fond, qu’est-ce-que ça va changer, le résultat sera le même.
Pas un accident, un crime.

Prémédité.
Y en a pour des années, à purger la peine, y en a peut être pour toute une vie, ah c’est ça le problème quand on prend tout à coeur, surtout la chair sur la chair, les amants dans leur chambre d’hôtel fatale entendront encore des coups de feu.
Vengeurs.

Attendus.
Les yeux suivent la clope d’un scintillement hagard, la catastrophe n’est pas naturelle elle est montée pièce par pièce, depuis le début elle se calculait en fond. Les regards vers Ilyas, l’écran qui s’allume et s’éteint indéfiniment, même Isaac qui marche dans cette pièce, qui chasse Ange, tout ça c’était prévu, c’est pas un coup du sort c’est un foutu problème de maths résolu en deux-deux, d’façon assez dégueulasse, dans un lit avec deux corps et deux coups en trop. Bam, chaos.

« J’aime Mark. »
Long silence percutant, elle va pas poursuivre, parler d’elle lui a toujours foutu la nausée, elle, elle voyait Ange réapparaître dans une esthétique moins électrique, pas encore stable, sorte d’entre-deux terrible entre les vieux démons de sa tendre amie. Tendre ? Est-ce-qu’on pouvait encore dire ça ? 
Elle lui pique sa clope, une longue taffe s’ensuit.

« Dis-moi. »

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Sam 26 Aoû - 13:12

Lancer un Appel Vidéo.
Ange ft. Ismaël.




La nature humaine était si fragile. Attendre la sentence d'un acte que l'on a pris du plaisir à commettre. Attendre les regrets de sentiments que l'on ne devrait pas ressentir. Fuir, encore et toujours, les pensées noires. Rejeter ce côté sombre qui nous murmure de délicieuses paroles au creux de l'oreille. Parfois, Isaac se posait la question. Lui qui avait totalement accepté cette aspect sombre de sa personnalité, il lui arrivait de se demander où Ange se situait. Elle était son refuge, elle était sa confiance, elle était son univers. Et quand bien même elle avait cet aspect inaccessible, Ange était probablement la meilleure chose qui soit arrivée à Isaac. Mais l'enfant n'avait pas toujours été respectueux de ce trésors. Il s'était souvent caché derrière cette image, avait joué avec ses yeux de biche, son attitude de princesse. Ange n’était pas seulement la fille qui brillait au fond du petit garçon, c’était le caméléon.

Ange fouille dans son sac et repose sur le visage d’Isaac son voile magique. Le teint devient porcelaine, les yeux brillent et scintillent, les cils s’envolent et les lèvres s’habillent d’une intense couleur rouge. Isma, elle dit qu’elle aime Mark. Ange ricane. « J’ai plutôt l’impression que t’as juste pris l’habitude de l’aimer. Enfin bref. ». Ange, elle va pas insister. Ange, elle le connaît pas, ce mec. Mais Ange, elle connaît Isma. Même si Isma ne connaît pas Ange. Elle sait que c’est pas le bon. Mais c’est pas ses affaires. Elle a pas le temps de s’acharner sur la beauté de pixels comme ça. Ange, elle arrange sa perruque puis se retourne vers Ismaël.

« Le corps d’Isaac ne convient plus. J’ai prit un rendez-vous avec un médecin et il a dit que je pourrais bientôt commencer mon traitement hormonale. »

Le rêve d’un petit garçon va commencer le jour de sa mort. Ange, elle attends ce moment depuis tellement longtemps. Le corps d’Isaac, il était pas compliqué. Le corps d’Isaac, il était faible, lâche comme celui d’une adolescente. Mais plus il vieillit, plus ça se complique. Sa voix est capricieuse. Sa silhouette n’est pas aussi harmonieuse qu’elle le voudrait. Et elle a toujours peur de ce qui se cache entre ses cuisses. Elle veut pouvoir profiter de la douche sans avoir envie de vomir. Elle veut pouvoir se regarder dans le miroir sans maquillage. Elle veut pouvoir faire toutes ces petites choses qu’Isaac gâche avec ce corps de garçon. Ange, elle est déterminée. Ange, elle est prête à tout.

« J’imagine que j’avais besoin de te le dire pour voir si c’est ce que je voulais vraiment. J’aurais pas put le faire sans venir te voir avant, Isma. »

Sa voix, c’est toujours celle d’Isaac. Cette voix trop grave pour être celle d’une fille, pas assez pour être celle d’un garçon. Bientôt, elle va s’éclaircir, bientôt, elle va changer. Elle va s’épanouir et la chenille restée coincée dans son cocon va devenir papillon. Isaac va libérer ses ailes d’Ange et va s’envoler. Un battement, un courant d’air, le pollen qui se mêle à l’oxygène, les pétales de fleurs qui virevoltent, une vie nouvelle. Ange en avait tant rêver. Un rêve de petite fille coincée dans la tête d’un petit garçon. Un enfant qui voulait devenir une femme quand il sera grand. Le gamin qui mettait les robes des prostitués du bar où il vivait au lieux de jouer au foot. Le petit qui volait les rouges à lèvres dans les sacs des jolies dames. Mais le rêve n’avait pas toujours été rose. La réalité avait souvent tendance à venir l’embêter. Les regards. Les coups. La piscine. La plage. Le sport. Les vestiaires. Les brutes. Les putes. La jupe.


made by black arrow

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Invité le Dim 27 Aoû - 0:52

Courbes déchaînées sous le jean mom fit, les ongles vernis la bouche gloss, les yeux de biche. Artifices dont elle a pas besoin pour être Ismaïl. Sous toute sa plasticité de fille à aimer elle est encore fille (il faudra qu’elle ferme les yeux sur ses complexes mais elle sera son beau sexe, celui qu’elle aime, assume, porte tous les jours, celui de fille.) Elle s’effondrera pas le soir quand son copain fera glisser le slim le long de ses jambes parce que, qui pourrait faire la moue devant l’amour de son propre /corps/.

Lui qui ne faiblit pas, qui change à mesure des années à raison d’un grain de beauté tous les six mois, la bouche d’Ismaïl pétille de sourires parce qu’elle a la vie facile, voilà elle est fille et elle le vaut bien. 

Derrière bien sûr quelques avalanches à déplorer mais comme les catastrophes naturelles ont toujours le nom de personnes - on ne se demande plus pourquoi. - Elle a droit à son lot de malheurs comme tous les humains.

Pourtant à entendre Ange elle croit avoir découvert le secret de l’univers, serait-ce un bistouri qui pourrait tous nous sauver ? Du jour au lendemain, serions-nous transformés ? C’est vrai si elle pouvait effacer la partie Ilyas de son cerveau elle serait probablement en un seul morceau, c’est vrai, elle a envie de dire; la chirurgie c’est une bonne option. 



Pauvre conne, arrête la noyade avant qu’il soit trop tard. C’est peut être un miracle mais c’est le moment où son humanité se réveille, elle a oublié les plis de sa jupe qui décidément ne seront jamais parfaits, elle a oublié l’espace d’une seconde ce qui la bouffait pour une autre - qu’est-ce-qu’il lui fallait de plus, une claque en plein visage ? -

« Ange, c’est super. » Sa voix est désarticulée, la pauvre ne sait pas gérer ce genre de sujets apr!s tout, elle a jamais eu le coeur assez solide pour soutenir les autres, faut un temps pour s’habituer à tout.
Elle en oublierait presque ce qu’elle a dit sur Mark, le seul incendie qui risquait de débuter s’est étouffé doucement et en silence en plus de ça. Elle allait lui dire ‘oui c’est vrai, tu as raison’, mais à la place elle a sautillé sur ses deux pieds comme une gamine. Lui est venue une question toute naturelle, elle a quitté sa bouche comme une évidence, à cette future autre elle a demandé: « Comment t’as su que t’étais pas Isaac ? »

Invité
Invité


Re: Lancer un appel vidéo. {IsmAnge}

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires