(tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Basile le Sam 9 Sep - 15:26

basile, il a pas hésité bien longtemps avant de se décider à aller à la fête foraine. c'est que les sensations fortes c'est son dada au petit gars. c'est qu'il aime entendre les rires, les cris de la population dans un mélange de lumières aux couleurs vives. c'est qu'il aime ces odeurs de sucre qui enivrent ses narines, faisant baver ses babines. il a le pas pressé, basile, même s'il sait qu'il risque pas d'arriver le dernier. il est censé rejoindre ses troupes, particulièrement @alban a qui il a envoyé un message avant de partir. il se doute que @lou sera de la partie également et ça pourrait peut-être être bizarre en fin de compte de se retrouver tous ensemble là-bas avec cette nouvelle situation qui lie les deux tourtereaux. basile, il a essayé d'ambiancer @baraa pour ne pas avoir à tenir la chandelle surtout depuis son aventure d'un soir qui lui reste en tête. cette @léonie qu'il a du mal à oublier. mais pas de nouvelles de l'une comme de l'autre. devant lui les lumières se rapprochent, les cris étouffés se font de plus en plus prononcés. et puis ça y est, il se trouve enfin devant l'entrée principale du parc où a élue domicile la fête foraine cette année. un coup d'oeil à son portable, pas de message. basile, il s'allume une clope et se pose dans un coin. il fume en observant les gens passer devant lui et il attend patiemment que ses camarades le rejoigne.  

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Lou le Sam 9 Sep - 18:56

tu reconnais la silhouette de ton frère de loin et de dos immédiatement, et par réflexe tu lâches la main d'@alban qui reposait dans la tienne. tu avances à ses côtés dans un silence pesant, réfléchissant au comportement à adopter en présence de celui qui a installé le concept de trahison au sein de votre trio. tu espères que l'ambiance fête des forraine vous aidera à vous détendre un peu, à retrouver votre complicité d'antan, mais tu peux comprendre que la pilule ne soit pas encore passée pour @basile alors tu lui laisseras le temps qu'il faudra pour s'habituer. après the night avec @alban vous n'avez pas eu le temps de discuter, appelée à l'hôpital en urgence pour le père et alban ayant comme destination l'aéroport pour des vacances improvisées, aujourd'hui a été le jour de vos retrouvailles mais tu les aurais préférées plus intimes. vous avez bien sûr parlé dans la voiture en chemin, mais en évitant consciemment (ou pas) l'essentiel. vous arrivez enfin à quelques mètres de @basile, et faites le tour pour arriver face à lui. tu tentes une approche fraternelle en tendant les bras comme pour le prendre dans les tiens, priant pour qu'il ne te lâche pas un gros vent. tu es là depuis longtemps ?
avatar

Lou
big boss


Voir le profil de l'utilisateur

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Selene le Sam 9 Sep - 21:58

selene a toujours aimé les fêtes foraines. quand elle était petite, elle avait un ami - fils de forain. tous les ans elle attendait avec impatience le retour de ces troupes. les manèges qui s’installaient de part et d’autre de la grande place de bruges. petite ville à quelques minutes de bordeaux. l’odeur de la barbe à papa, des chouchous qui arpentaient les petites rues, jusqu’à sous les volets de sa chambre. elle y voyait de là, perchée, le bout du mini chapiteau qui abritait le petit cirque. mais ce qu’elle aimait le plus selena, c’était de se perdre dans le labyrinthe aux miroirs de l’attraction foraine de cette famille d’adoption. selene a longuement profité des privilèges que cela lui donné d’être amie avec henri. le fils. manège gratuit et puis les baisers volés ici et là. elle se souvint des courses folles à travers la foule. l’innocence de l’enfance et l’esprit téméraire du début de l’adolescence. (…) l’esprit perdu dans la contemplation des attractions, selene sourit toute seule. le souvenir de ses jeunes années lui donne du baume au coeur. elle a perdu henri de vue. elle se demande parfois ce qu’il est devenu. les mains perdues dans le fin fond des poches immenses de son fin gilet, elle cherche son briquet. douceur amère au coin des lèvres. elle a envie de s’en griller une avant d’envisager l’exploration des manèges à sensations fortes. car ce n’est plus une petite fille rêvant de pêche aux canards ou du tir à la carabine. néant entre ses doigts, vide. clope orpheline de son ami le feu. son regard glisse au travers de la foule. à la recherche d’un appui. pas très loin, un gars, une fille. (@basile, @lou) lui, la clope au bec. c’est son jour de chance à selene. elle s’avance et avec politesse dit :
salut. désolé d’vous déranger. est-ce que je pourrais t’emprunter un briquet, j’ai perdu le mien… il serait gentil, hein ?

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Mathis le Dim 10 Sep - 15:54

mathis, il se souvient des rires. les fêtes foraines il connaît ça, y’en avait toujours dans le p’tit bled où il a grandit. et il se souvient des gamins de sa rue, avec qui il y allait quand il était ado. à les regarder s’amuser sur les auto tamponneuses. il s’souvient comment ils s’liguaient tous contre lui mais. ça marchait jamais. fallait voir l’ado mathis, presque ces deux mètres, presque ses 90 kilos de muscles. la voiture en caoutchouc, elle bougeait juste. pas. il s’souvient aussi, des moments où il portait un gamin sur chaque bras et qu’il rigolait comme un gogole à des blagues toto qu’ils racontaient.
et puis il s’souvient du jour où il a dû partir d’la maison, pour faire ce qu’il voulait faire. il voulait aller à rouen de base. c’était pas loin, rouen. ça s’est pas fait. alors ses trois soeurs, elles sont restées là-bas, et lui, il est parti. il a prit son sac à dos, ses chemises à carreaux, ses jeans, et il est partit. à paris il a essayé. et il a pas supporté, mathis, paris. c’est moche, les gens s’bousculent. le nombre de fois où il a voulu frapper des gens à paris, mathis.

mathis, il a été à lyon, finalement.
et à lyon, y’a des fêtes foraines aussi.
il l’a apprit par @Ed alors qu’ils parlaient de choses diverses. donc d’son enfance, à mathis. un peu.
pas trop.
jamais trop.

et comme mathis, c’est resté un gosse, un peu, bah il a proposé un truc à son voisin. un défi.
mathis, le premier truc qu’il a découvert en débarquant à lyon, c’est un kebab qu’est pas trop loin de l’immeuble où il est en coloc. et ça, c’est cool. parce qu’il est bon, c’kebab. et que la première fois qu’il a mangé un kebab, mathis, c’était à paris. il avait 23 ans.

il arrive à la fête foraine, et mathis, il sourit. c’est plus grand qu’à la mailleraye, mais c’est jovial, c’est drôle, c’est sympa.
et il attend ed qui d’vrait pas tarder à arriver.
hey ed. qu’il crie en l’voyant arriver de loin. les gens se retournent en l'entendant. c’est qu’il a la voix qui correspond à son physique, mathis.
et il s’dit qu’il aurait peut-être dû lui proposer un autre défi, à ed.
le perdant offre un kebab au gagnant, jusque là, ça va.
le perdant est celui qui fera le moins d’attractions.
ça va plus.
il regarde autour de lui. y’a plus de la moitié des attractions où il pourra même pas passer la tête.
s’comporter comme un gosse et avoir un corps de deux mètres, c’est pas compatible.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Ed le Dim 10 Sep - 19:46

il creuse, profondément, mais impossible de déterrer un souvenir de la surface lisse de ses souvenirs. c'est comme-ci le temps avait tout effacé, qu'à force de souffler dessus le vent de l'oubli avec effacé la plupart des moments heureux qu'il avait inscrit dans sa mémoire. à l'époque il croisait les doigts et priait pour ne jamais oublier, le gamin qu'il était prenait un milliard de cliché pour être certain qu'il se souviendrait toute sa vie de ces instantanés de vies, maintenant il ne sait pas s'il est heureux de ne plus voir le visage de ses parents l'emmener à la fête foraine ou s'il devrait être triste d'avoir laissé derrière les belles choses. alors il se contente d'être comme il est depuis que wade est partit. triste. parce qu'il ne voit pas comment il pourrait réagir autrement qu'en oubliant ce que l'on ressent quand on a vraiment envie de sourire, il continue de mettre son costume chaque jour comme-ci de rien n'était. et c'est vrai, rien n'a changé. le soleil se lève toujours trop tôt le matin et il ne voit même plus se coucher, rien n'a changé si ce n'est qu'il ne retournera plus jamais au cinéma parce que même si il l'avait voulu, ça lui ferait trop mal et que la fantôme du garçon resterait dans les parages. rien n'a changé, tout est juste redevenu comme avant, quand il n'y avait rien. rien que lui et le vide.
ed sourit tristement, mais continue d'arquer ses lèvres comme-ci il allait réussir à décocher une flèche dans le coeur des gens et leur faire comprendre ce qu'il ressent. mais il sait profondément que c'est inutile et vain. il acquiesce mécontent.
il va se changer les idées aujourd'hui. il est pas venu à la fête foraine pour se lamenter.

un psy dirait qu'il veut retourner en arrière et retrouver ses plaisirs d'enfants pour mieux renouer avec l'adulte qu'il est maintenant, mais c'est surtout de la grosse connerie. ed il est là pour le pari, pour le kebab qu'il espère, ne sera pas de kaïs. pour penser à autre choses qu'aux choses auxquels il pense généralement, comme son futur job qu'il va devoir trouver s'il veut pas finir enfermé pendant une ou deux années. peut-être que s'il fuit ses responsabilités elles finiront par arrêter de le pourchasser et de vouloir le tuer quand il a les yeux fermés. peut-être que s'il arrête juste un moment de s'inquiéter tout va rentrer en ordre et il arrêtera de trop se demander. il oublie déjà la moitié des choses quand il voit @mathis au loin.
c'est pas qu'il était bruyant, c'est qu'il s'ennuyait ed. et que dans son peignoir de mémé et ses chaussettes claquettes il fallait qu'il parle, il fallait qu'il s'abreuve d'autre chose que du thé ou d'alcool mélangé. il fallait qu'il fasse autre chose que fumer jusqu'à étouffer en espérant voir un visage surgir d'entre les nuages formés au dessus de sa tête déchirée. il voulait écouter autre chose que les battements lents et solitaires de son coeur, rien à voir avec ce qu'il ressentait qu'il était plus seul. une montagne russe ou deux pourra certainement redonner une impulsion électrique à son système en agonie.
mathis, j'ai vraiment cru que t'allais te dégonfler tu sais!  
il lui vend son sourire commercial et ses dents trop blanches, comme un personnage sorti d'une publicité pour les gens heureux qui passent aux 20h, qui n'ont jamais connu de soucis d'argent et ont trois gosses qui ont fait médecine. il se motive tout seul ed.
ça va aller. ça va bien se passer. et même s'il doit vomir ses tripes et chialer ça ira tant qu'il est loin des quatre murs qui le retiennent prisonnier de ses propres pensées.
tu veux commencer par un truc en particulier ou on laisse le hasard décider ?
il tourne sur lui même, fait la carte mentale des attractions dans sa tête, ses mains trifouillent les pièces dans ses poches et le porte monnaie troué. il s'inquiétera plus tard de son loyer et de son avenir baisé. il regarde les alentours, à la recherche de visages connus mais il croise personne qui puisse le rassurer. il se sent étranger à cet endroit. tout compte fait, peut-être que même lorsqu'il était à paris, il n'est jamais allé dans une fête foraine. et il est persuadé qu'à l'époque, il n'aurait pas aimé.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Invité le Dim 10 Sep - 20:49

t'aimes pas la foule. enfin pas ce genre de foules. ton truc, c'est plutôt les boites de nuit. la chaleur étouffante, les corps transpirants qui s'entremêlent et le résonnement sourd des basses trop fortes. mais là, c'est pas pareil. il y a des enfants avec leurs parents, des vieux en première sortie de la semaine, des jeunes à moitié bourrés. tout le monde est réuni, des gamins de cité aux hommes d'affaires des beaux quartiers. ça te rappelle tel-aviv. ça te rappelle les émeutes et les bousculades. ça te rappelle le jour où on a évacué la ville entière en plein milieu de la nuit parce que quelqu'un avait posé une bombe dans une école. tous les habitants sans voiture s'étaient précipité à la gare, en pyjama, complètement affolés. il y avait des enfants avec leurs parents, des vieux en première sortie de la semaine, des jeunes à moitié bourrés. tout le monde était réuni, des gamins de cité aux hommes d'affaires des beaux quartiers. et tu détestes ça. mais @Baraa a insisté. et tu n'avais pas franchement envie de passer la soirée seule après tous les événements récents. alors tu marches, un peu derrière le groupe, le regard perdu et la tête ailleurs. tellement ailleurs que tu ne te rends pas compte que les autres se sont arrêtés pour parler à des gens de votre immeuble (@Basile, @Lou, @Selene). tellement ailleurs que tu fonces dans le tas et te rétame par terre en moins de deux secondes.

Invité
Invité


Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Léonie le Dim 10 Sep - 23:42

@Lou a proposé à la coloc de se rejoindre à la fête foraine luminescente qui s'étale au pied du parc et que léo peut même observer de sa fenêtre, du haut de sa colline. les manèges, c'est pas vraiment sa passion pourtant. déjà parce que ça coûte cher, beaucoup trop cher pour une môme aux poches vides. et puis léonie, c'est une fille de l'eau, elle aime la mer comme ligne d'horizon et les vagues aux embruns salés, pas vraiment voltiger dans les airs et sentir son coeur couler dans son ventre sous des flots d'adrénaline. mais elle se sent seule la gamine, dans cette ville inconnue où elle ne s'imprime qu'en pointillés dans la vie de ceux qui lui ouvrent les bras, désireuse de les préserver du chaos qui la menace. et puis la solitude, c'est un fardeau trop lourd qu'elle est ravie de briser ce soir. alors elle appelle @Micky et @Léa, spontanément, pour leur proposer une soirée posée, loin des fêtes alcoolisées. ses doigts hésitent à inviter @Ed comme s'ils étaient juste deux bons copains qui déconnent ensemble mais elle n'ose pas : l'atmosphère bruyante et joviale du lieu s'accorde si mal à eux.
elle déambule difficilement, léonie, scannant la foule enjouée à la recherche de la crinière de rêve de sa coloc. et puis elle l'aperçoit en compagnie d'@Alban, l'inconnu à l'appartement saccagé. elle s'approche en catimini la môme, silhouette gracieuse et évanescente et manque louper un battement en voyant lou ouvrir grand les bras à ... @Basile ? son souffle désaccordé cogne contre ses lèvres closes alors qu'on la bouscule, la figurine figée au beau milieu de l'allée. c'est l'bordel à l'intérieur, entre avancer ou reculer, l'audace et la réserve prudente. parce qu'elle lui a écrit, à son bel inconnu. un message spontané, un peu bancal, encore teinté d'alcool et de plaisir. et puis il n'a pas répondu. c'est pas grave, léonie connaît bien la frivolité des hommes et leur adresse quand il s'agit de s'évanouir au petit matin. c'est sa faute, si elle les pense toujours différents. pas la leur. il lui a rien promis, basile, et léo a appris à ne rien demander, jamais. mais quand elle s'approche, y a la sensation de ses mains aventureuses qui s'éveille sur sa peau aux souvenirs brûlants et son palpitant subit plus de secousses qu'au sein de n'importe quel manège présent ce soir. concentre-toi sur lou. c'est ce que dicte un cerveau qui n'a jamais eu le dessus : elle aurait évité bien des ennuis en agissant de façon rationnelle et raisonnée. réfléchie. mais non, léo, elle évolue à l'aveugle, laisse ses sentiments exacerber la conduire au bord du précipice. et vas-y qu'elle sombre pour un salaud pendant des années, et vas-y qu'elle vole quinze mille balles à des petits caïds sans penser aux conséquences. alors sa tête ... elle a beau s'époumoner, elle gagnera jamais la bataille. "salut vous deux !"  balance-t-elle dans un pâle sourire en venant s'échouer près de lou et alban. "basile." qu'elle ajoute doucement, la môme, en laissant ses opales frôler son visage un quart de seconde avant de capituler sous la tension insidieuse qui vient s'abattre sur ses épaules. léo, c'est l'anti-meuf, elle a toujours peur de déranger, et devant basile, elle se sent tout sauf à sa place, la gêne mordant ses joues. elle veut pas avoir l'air d'attendre quelque chose, de ressembler à la nana insistante qui pense qu'il lui doit la lune et les étoiles parce qu'ils ont fait l'amour. ça lui va, son silence, même si ça fait toujours un peu mal et elle veut pas le prendre au piège. elle regrette déjà de s'être pointée face à lui, la gamine, ses prunelles de chat cherchent un échappatoire, micky, léa, une connaissance, n'importe qui. elles croisent ed au loin, mais c'est pas la solution. ce qu'il lui offre, son quotidien, son univers, ses confessions voilées, léo ne veut pas en abuser au risque de le perdre. elle craint être ce chiot qu'on adopte parce qu'il a l'air triste et qu'on abandonne quand il se montre trop dépendant.
et puis, miracle, y a cette jolie fille (@Azra) qui la bouscule et s'effondre au sol. et léo, elle la cueille au vol, l'accueille comme le messie, la distraction rêvée pour verrouiller ses pensées et se contenter de profiter. mais c'est pas facile, de seulement profiter. elle se baisse délicatement la môme, laisse ses opales courir sur la silhouette au sol pour s'assurer qu'elle va bien et puis lui tend la main, offre un sourire qui vient du coeur. "ça va, rien de cassé ?"

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Mathis le Lun 11 Sep - 11:17

mathis il sourit comme un gamin en voyant ed arriver. il est content d’être là. ça l’ramène à l’époque où toute la famille était heureuse, tous, ensemble. et il aime bien se souvenir de ces moments mathis. il est pas de ceux qui pleurent quand un truc pourra plus jamais se reproduire. plus de ceux qui sourit en se souvenant qu’à un moment, dans la vie, ça s’est produit.
ed arrive rapidement à sa hauteur et mathis est tout sourire, toutes dents dehors. il arrive pas à s’tenir tranquille sur deux pieds, et à mesure que son poids passe sur son pied gauche ou son pied droit, ses cheveux se balancent. de loin, il r’ssemble un peu à un énorme gorille. un gorille heureux. il s’arrête, c’la dit. quand ed lui parle. et soulève un sourcil.
et rigole.
fort.
parce que mathis, il est pas délicat. mathis, il est pas silencieux. il a pas peur du ridicule, il s’en fout. moi ? me dégonfler ? comment tu veux que j’me dégonfle ? tu m’as regardé ? on peut pas m’dégonfler. parce que j’suis, enfin. ouais. laisse tomber. parce que mathis, c’est ça aussi. tenter des blagues. des jeux de mots. et.
les louper.
99% des fois.

tout le temps.
en fait.

à la question d’ed, il regarde autour de lui. il aimerait bien s’faire un tour d’auto-tamponneuse mathis, mais. il rentrerait pas dans aucune des voitures. et plus il regarde les manèges, plus il s’dit que c’était vraiment, vraiment, pas, une, bonne, idée. ce défi. il voit un groupe de gens dont il reconnaît certaines têtes de loin (@Selene, @Azra). mais il ira les voir plus tard.
oui.

pour le moment, ed est là. et pour le moment, ed est sa priorité. son visage tombe sur un genre de grand huit, taille réduite, pour lyon, et il regarde ed en la pointant l’attraction du doigt. ça. c’est l’seul truc sur lequel j’peux monter. sans risquer de casser l’attraction.
putain de créateurs.
les vieux aussi veulent s’amuser, v’savez ?

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Ed le Lun 11 Sep - 21:07

mathis est un géant, ed aussi l'a été, mais en face de lui même ses grandes jambes semblent ployer, il abdique son trône de roi de cieux pour la chevelure d'un autre genre d’apollon. sa taille, ed , c'est le mètre quatre vingt qui le sépare de la terre et qui l'empêche d'avoir les pieds bien ancré sur sa surface. faut dire que sa tête elle plane plus dans les étoiles qu'en dessous des nuages. être rationnel lui aurait filé un torticolis à force de regarder en bas, en arrière dans tous les sens possibles à recherche d'un autre visage, il s'est longtemps cru seul sans son royaume de grande taille. la carrure, la figure rassurante mais c'est lui qui a le plus besoin d'être rassuré. envie d'être prit dans des bras rassurant, envie de mots doux contre sa peau, envie de savoir que demain il n'aura plus besoin de s'inquiéter. mais personne ne semble vraiment s'en inquiéter tant qu'il continue d'afficher sa bonne humeur. et les jours passent.
et les sourires se délavent.
et les couleurs passent.
et il lave à l’acide son coeur pour s'assurer que cette fois il sera bien troué du bon coté. le meilleur pour demain et demain à la poubelle. besoin d'air extérieur pour respirer, besoin de penser à autre chose. il veut juste se laisser aller, crier, pleurer et regretter. même s'il doit le payer ce kebab, ça suffira pour le réchauffer. face à son géant il redevient enfin enfant face à un  grand frère, avec pour seule envie de faire mieux que lui juste pour lui ressembler, comme un idéal impossible à atteindre, comme un besoin viscéral d'être quelqu'un mais surtout de pas être soit.
et il éclate d'un rire. pure, cristallin. de verre pillé.

ah ah.
ouais, on peut pas le dégonfler. décemment. mais s'y a un moyen de le faire craquer il finira bien par trouver. creuser. déceler cette petite chose. il veut pas lui faire du mal mais juste le taquiner.
ed aussi il n'est pas drôle. c'est parce qu'il est ridicule qu'on peut pas s'empêcher de rigoler, du comique de situation. parce qu'il semble lui même trouver ça hilarant d'être complètement à coté de la plaque.

juste une fois, il voudrait être plus qu'un running gag.

c'est déprimant mec, file donc un peu de tes jambes à ces pauvres gosses qui se font recaler. clin d'oeil dissimulé. il compte mentalement ses billets. c'est un genre de réflexe. un tour suffira pour l'instant. on commence doucement. bonjour gars avec son attraction la ceinture bouclée. c'est la nervosité ou l'appréhension qui fait se dresser ses poils sur ses avants-bras. pour une fois il sera autorisé à hurler tant qu'il fait passer ça pour de l'amusement même si au fond ça veut dire plus que ça. t'sais si t'as peur tu peux encore t'accrocher à moi.
même si ce serait plutôt l'inverse. putain, il est pas habitué. à ce qu'on puisse le dépasser, ça lui fait tout drôle. comme la première fois qu'il s'est retrouvé en face de sa chevelure garnier. tout sa vie, ed s'est assuré que ses cheveux restaient dans la catégorie du blond merdeux. du surfeur. de l'acteur américain. t'as une dernière volonté ?
il en a une ed.
que ça s'arrête jamais.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Basile le Lun 11 Sep - 23:54

au loin deux visages familiers, deux visages qu'il s'attendait à retrouver basile. et plus la distance se fait fine entre eux, plus il se rend compte que ce n'est pas si horrible que ça, que tout n'est pas insurmontable. @Lou lui ouvre les bras et basile, il ne se fait pas prier pour l'y rejoindre. c'est que sa relation avec sa cadette lui a manqué, cette complicité qui semble lui échapper. un baiser déposé sur ses joues, c'est au tour d'@Alban que basile serre sans gêne contre lui, une étreinte familière, amicale, celle de deux frères presque perdus. non, j'ai à peine eu le temps de finir ma clope. qu'il répond à @Lou. et comme s'il avait prononcé le mot magique, une demoiselle s'élance dans leur direction, les aborde dans sa quête du graal, le feu. (@Selene) un sourire généreux se creuse sur ses lèvres alors qu'il plonge sa main dans sa poche à la recherche de l'outil de ses désirs, avant de lui tendre son briquet. pas de soucis, tiens. il ne la connait pas, ne l'a sans doute jamais croisé, ou peut être que si après tout. et elle lui semble charmante, elle la petite blonde seule dans cette foule. t'es venue seule ? une question innocente qu'il partage alors qu'elle allume sa cigarette. rien de trop audacieux, simple banalité comme s'il lui disait bonjour. puis y a son coeur qui loupe un battement, y a sa bile qui semble lui remonter le long de l'oesophage, alors que ses yeux se portent sur elle, @Léonie. il se contient, basile, se retient de faire la tronche, d'ouvrir la bouche d'étonnement. il sait pas pourquoi elle s'avance vers eux, là comme ça, comme si elle venait lui parler après ce long silence. puis ses mots résonnent et il comprend que ce n'est pas lui, mais eux, qu'elle a été attirée par @Lou et @Alban et non par le souvenir de leur nuit sous les étoiles. @Léonie elle lui porte une attention particulière, siffle son prénom entre ses lèvres comme un tabou. elle est fuyante, à demi-présente. basile, il ne veut pas lui montrer à quel point ça le dérange de la trouver près de lui après son ignorance soudaine. alors il répond, sans doute un peu sèchement, mais y a son prénom qui se cale contre sa langue. Léonie ... il sent cette tension planer dans l'atmosphère, pesante, éloquente. y a ces sensations contradictoires qui se mêlent, cette envie de la prendre à part et de lui demander pourquoi qui lutte contre celle de l'ignorer puérilement. et il n'a pas besoin de trop y réfléchir puisqu'une demoiselle vient s'étaler contre elle, @Azra. basile, il profite de cette diversion pour lancer le mouvement, pour mener ses troupes ailleurs. bon on commence par quoi ? un air malicieux, les lèvres pincées en un sourire enfantin, il interroge du regard ses compagnons d'infortunes.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Mathis le Mer 13 Sep - 22:56

mathis, il a beau regarder autour de lui, il a pas cette impression qu’il avait, ado. mais c’est peut-être, probablement, sûrement, parce qu’il est pas là en famille. il voit pas énormément de famille. il voit pas mal de groupes de potes, de couples. mais elles sont où les familles ? les fêtes foraines, c’est parfait pour une famille. un dimanche après-midi, de rare soleil, sortir et s’décoiffer dans le manège à chevaux.

manège à chevaux. voilà sur quoi il pourrait monter aussi. sans trop, trop risquer de casser le mécanisme. bah quoi ? les manèges à chevaux, pour la plupart, ils ont l’âge de sa grand mère.
et elle est vieille, sa grand mère.
et plus c’est vieux, plus c’est résistant.
comme sa grand mère.

alors ouais, l’prochain manège, ce sera ça. et puis, mathis, il s’dit que ça pourra être marrant, de voir ed sur un p’tit cheval. lui, mathis, il s’en fout, il pense pas vraiment que ça détonne avec son comportement. ou juste que ça étonne quiconque d’le voir là dessus. ça s’accorde avec la personne quoi.
ed, par contre.
ouais. et puis, mathis, il s’dira que c’est pour le kebab. parce que grâce à ça, il est sûr de l’faire perdre, ed. ou presque. et s’il perd pas, s’il relève le défi, et bah il prendra des photos. et quand il a envie d’se marrer, il les regardera. pas qu’il veuille se moquer. mathis, il est pas comme ça.
mais. bah. un peu quand même, si.

c’est un gamin mathis. un gamin qu’aime monter sur les manèges à chevaux à 26 ans.
ed, il finit par lui répondre. par une phrase qui l’fait rire, mathis. parce qu’il se souvient quand il était gosse.
il avait aucun problème à monter sur aucune attraction. alors que son p’tit frère.
ouais.

et plus ils approchent de l’attraction, plus mathis sourit. il aime les les trucs qui vont un peu vites. et il aime bien les trucs plus lents, plus enfantins. mathis, il reste jamais qu’une journée à disneyland. il lui faut une journée pour faire toutes les attractions un peu violentes, et une pour faire les attractions peter pan, bateau de poupées et autres trucs sur lequel on l’attend pas forcément quand on l’connait pas.

ed recommence à parler. s’accrocher à moi, qu’il dit. mathis, ça l’fait sourire. il imagine la scène. et il s’dit qu’il serait pas l’seul à sourire.

et mathis regarde ed avant d’monter, et de s’attacher à côté de lui sur l’engin. moi ? une dernière volonté ? ouais. un kebab. quand t’auras perdu. et mathis sourit à son voisin, avec ce sourire orgueilleux. mais l’orgueil, sur le visage de mathis, ça ressemble pas à de l’orgueil.
ça ressemble à un gosse qui vient d’te voler une barre de chocolat sans se faire chopper.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Ed le Mer 1 Nov - 22:51

ed pense qu'il va s'endetter, il pense au kebab et à celui de kais. il pense qu'il pourrait traîner mathis là-bas et ne pas lui parler de l'hygiène douteuse, juste pour voir sa gueule le lendemain s'il est se tape une bonne intoxication. il pense beaucoup mais il ne dit rien. en fait, la seule fois qu'il ouvre la bouche c'est pour raconter des conneries ; avec le temps il l'a compris et il s'est fait à l'idée. dans sa tête tout semble très héroïque, il prépare ses tirades ed, il fait chauffer les mots et s'imagine poète. puis quand ça s'échappe, il ne sait pas à quel moment il perd le contrôle de ses pensées et se met à dire des choses futiles, le genre de choses  un peu stupide qui font rire sur le coup. puis pitié. mais puisque tout monde son numéro, il l'aime aussi, il se dit qu'il n'est pas fait pour les grands discours. il ne pourrait pas vraiment faire la morale parce qu'il est pas resté assez longtemps sur les bancs de l'école et il n'a rien à dire parce qu'il n'a aucune idée de ce que c'est vraiment que la vie. il connaît surtout sa galère qui ne fait pas l'unanimité, il connaît sa rue et son pavé que tout le monde évite. en général, les gens qui savent le trouver on déjà un pied dans le vide et le reste dans les nuages. les grands rêveurs du siècles sont tous drogués sinon ils pourraient pas avoir de belles idées, pas quand des bombes exposent sur des airs sur lesquels on aimait danser.
ed sait qu'il n'est pas un sauveur, qu'il donne trop de sa personne ; il serait le genre de chirurgien qui hésite trop. qui évite avant de piquer et rate la veine. de toute façon, personne lui a demandé de porter tout ça sur ses épaules maigres. on lui demande juste de kiffer. du coup il le fait, parfois il force sur ses cordes vocales. il s'amuse à hurler toute sa rage au ciel quand le manège se met en branle. il hurle parce qu'il a enfin quitté son boulot de merde. il hurle parce qu'il déteste wade. parce qu'il arrête pas de se dire qu'il faudrait qu'il parle à léonie et qu'il lui demande des nouvelles, qu'il s'inquiète. ed n'a plus peur comme ça. il a déjà eu la trouille de sa vie. il avait trop la flippe de se réveiller un matin dans des draps froids et maintenant que c'est arrivé il sait vraiment ce que ça fait une peine de coeur. ça le rend ridicule, et il oscille entre le besoin de pleurer et celui de marcher la tête haute pour pas zapper le regard du prochain.
peut-être qu'il y aura des jours où il voudra briser la glace et d'autres où il enfilera son plus beau costume. EH T'AS VU ON EST LES ROIS DU MONDE il bascule à nouveau dans la réalité et il s'accroche au manège. il ferme les yeux dans les descentes et sent le vent fouetter son visage. il essaye de respirer face à la vitesse et parfois il manque de souffle, alors il rit nerveusement. mais il en redemande chaque fois. ed est toujours un grand gamin, qui tend l'autre joue quand on veut lui mettre une claque. il tourne la tête vers mathis pour vérifier qu'il se dégonfle pas. même si ed pense avoir perdu depuis longtemps à faire le singe et s'agiter. plus enjoué que les gosses derrières. mais il a l'estomac bien accroché. toi tu dois vraiment avoir la dalle pour parier un kebab.
il se moque.
il tire sur l'ambulance. puis joue la vierge effarouchée quand les piques assassines lui reviennent. c'est parfois difficile de savoir ce qu'il pense vraiment, s'il est touché ou s'il s'en fiche de passer pour un taré. et lui même, sait qu'il se plaît à amuser la galerie, autant qu'il déteste d'être un clown. c'est peut-être son job de rêve.
et c'est à la mode de crever sur scène quand on est artiste.

Re: (tc) la fête foraine w/ tout le monde.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


- Sujets similaires