we all just need someone to trust (mathis)

Message par Tom le Dim 17 Sep - 0:16

couverture

We all just need someone to trust

Tu tiens fermement ta tasse entre tes doigts. Doigts recouverts par tes manches trop longues. Tu te tiens là, installé sur le canapé, les pieds planqués sous tes cuisses. Tu inspires les effluves de cannelles qui émanent de ta tasse de thé, trop sucrée. Si tu tournes les yeux vers la fenêtre, tu peux voir les gouttes s’écraser sur les vitres et la nuit tomber. Tu grimaces un peu, en grignotant ton cookie – dans l’idée d’être gentil, tu en avais apporté trois autres pour tes colocataires, que tu avais déposé sur la table de la cuisine. Une gorgée de liquide est venue brûler tes lèvres un instant. Tu as soufflé. Tu as soufflé sur le liquide, comme si ça allait arranger les choses. Rien. Tu as grimacé un instant, avant de reposer la tasse et ton cookie tout juste entamé sur la table basse. Ça refroidirait. Ça refroidirait, et ce serait plus agréable. Tu y croyais. En attendant, tu t’es levé. Tu t’es levé, pour aller t’emparer de ta guitare acoustique, déposée dans ta chambre. Tu as attrapé tes lunettes au passage. Parce que, après ta journée passée à fixer ton écran d’ordinateur, tu commençais sérieusement à fatiguer. Avant que la migraine ne pointe le bout de son nez. Puis, tu es revenu dans le salon. Tu es revenu, pour reposer ton arrière-train pile à la même place – toujours face à ta tasse. Tu as gratté les cordes. Doucement. Comme s’il s’agissait là d’une mélodie pour faire venir tes colocataires – égarés tu ne sais où dans le monde entier. Tu souffles. Tu souffles, doucement, alors que tu te perds à gratter les cordes de ta demoiselle. Tu t’amuses de quelques airs. Tu t’amuses de quelques notes que tu as un jour appris. Une mélodie que quelqu’un a réussi à faire entrer au fond de ton crâne, une fois. Quelques notes joyeuses, juste pour oublier le temps maussade à l’extérieur. Quelques notes heureuses, le temps que ta boisson soit assez tiède pour ne plus te brûler les lèvres. Tu fermes les yeux, pour te laisser emporter. Tu fermes les yeux, pour t’interdire de penser. Frisson de froid. Frisson qui te saisit. Tes doigts glissent. Tes doigts dérapent, dans un début de fausse note. Tu t’es redressé. Tu t’es redressé, pour regarder le manche de ta guitare sèche, pour t’interdire de penser. Pour ne pas laisser les souvenirs te hanter. Tu t’es redressé, pour mieux te positionner. Pour te remettre à faire onduler les cordes, encore. Pour faire taire le silence, et perdre ton esprit dans ses plus profondes pensées.

- Sujets similaires